Léa et Erwan sont deux jeunes finistériens des Monts d’Arrée. Passionnés de biologie, d’histoires naturelles mais surtout par la nature du Kreiz-Breizh, où ils passent le plus gros de leur temps, ils sont à l’origine du projet Antik’Arrée, projet qui vise à restaurer l’Antique forêt de l’Arrée. Nous les avons interroger pour comprendre leurs objectifs, écologiques et environnementaux pour la protection de la Bretagne.

Breizh-info.com : Parlez nous de votre projet de restauration de l’Antique forêt de l’Arrée ? 

Léa et Erwan (Antik’Arrée) : Notre projet a tout d’abord germé en faisant de longues marches dans la nature Bretonne, car personne ne peut être insensible à ses vieux paysages extrêmement riches en histoire naturelle et humaine, en géologie et possédant une faune et une flore remarquables. S’en imprégner de nos jours est reposant et vraiment passionnant, mais si on remonte entre 6000 et 1000 ans avant notre ère, on peut se renseigner sur la beauté passée du magnifique et ancien Massif armoricain dont nos paysages portent encore les marques.

Mais surtout sur une ancienne forêt qui recouvrait le centre Bretagne et qui est aujourd’hui disparue. Cette forêt est devenue le fruit de notre passion commune et pourrait aussi devenir une clef pour résoudre les problèmes climatiques actuels, du moins sur le sol Français.

Breizh-info.com : Actuellement comment se portent les forêts en Bretagne ? Notre environnement direct est-il en danger ?  

Léa et Erwan (Antik’Arrée) : Les forêts Bretonnes sont à nos yeux les plus belles forêts de France. Elles réunissent des caractéristiques que peu de forêts possèdent, des marais, des sources d’eau, de très vieilles plantes aujourd’hui disparues dans d’autres régions Françaises, de très vieux arbres et un climat océanique parfaitement propice au développement de l’humus forestier.

Mais malgré tout avec sa superficie la Bretagne fait partie des régions les moins boisées de France. Il ne s’agit pas là du concours de celui qui possède la plus grande forêt mais bien de l’impact des arbres sur nos vies, exemple : Si on voulait compenser l’empreinte carbone de tous les français, il faudrait donc planter plus de 24 milliards d’arbres. Difficile d’évaluer ce que cela représente…

Pour donner un chiffre plus parlant, cela représente environ 0.3 hectares (3000 m2) de forêt dense (aussi dense que la forêt des Landes) à planter par personne.

Pour toute la France, il faudrait planter 24 millions d’hectares (240 milliards de m2) d’arbres.

Encore du mal à visualiser ? Cela équivaudrait à recouvrir 38% de la surface de la France avec des arbres, soit l’équivalent d’un bon tiers Ouest du pays, comprenant la Nouvelle Aquitaine, la région Pays de Loire, la Bretagne, la Normandie et l’Île de France.

Oui, c’est beaucoup et nous ne prétendrons jamais pouvoir planter autant d’arbres, sachant que des initiatives similaires ont déjà vu le jour dans certaines des régions ci dessus, il va de soi que la Bretagne ait ses propres initiatives autant par son histoire naturelle que par sa superficie qui fait d’elle une des dix plus grandes régions de France.

Breizh-info.com :  Quelles actions entendez vous mener pour réaliser votre action ?

Léa et Erwan (Antik’Arrée) : Les actions que nous souhaitons réaliser sont très simples et basées sur la positivité et la solidarité. Nous ne souhaitons pas accentuer sur la noirceur de l’état climatique actuel, mais bien sur la beauté de notre Bretagne et sur le fait que nous pouvons agir dans la bonne humeur parce qu’il est encore temps.

Nous cherchons premièrement à nous faire connaitre sur les réseaux sociaux. Sur notre page Facebook nous avons détaillé l’intégralité du projet et l’utilisation des fonds, mais nous souhaitons aussi dans le futur organiser des Fest-Noz et divers événements afin d’informer quiconque le souhaitera et réunir des bénévoles et de l’huile de coude parce que de gros chantiers de plantations s’annoncent à nous.

Un premier terrain témoin sera mis à disposition des paires d’yeux afin de montrer ce qu’il est possible de recréer comme paysages avec des arbres, des roches et des zones humides « dé-drainées » . En somme replacer la nature là ou elle devrait être, ou s’en rapprocher un maximum en étudiant les reliefs et données disponibles sur notre passé Breton.

Breizh-info.com : A quoi ressemblait notre Kreiz Breizh par le passé ? 

Léa et Erwan (Antik’Arrée) : Pour s’imaginer cela, il faut d’abord enlever toute modification intense de la main de l’homme, commencer par défaire les retenues d’eau, barrages, écluses etc… imaginer que nos cours d’eau n’étaient pas droits mais remplis de virages qui suivaient les reliefs, augmenter la puissance du débit de nos cours d’eau car les racines des arbres évitent les crues et inondations en buvant l’eau et maintiennent les rivières dans leurs lits

D’ailleurs il n y avait que des arbres dans nos vallées du Kreiz-Breizh, plus de 6 espèces différentes et mélangées par le seul travail du vent et des oiseaux. Ces forêts n’étaient pas rectilignes et mono-essences comme l’homme aime le faire pour le profit, elles étaient épaisses et les branches des arbres formaient des nœuds à cause des variations du soleil, (comme dans beaucoup d’endroits Bretons actuels…), leur faune était riche.

Je dis leur car elles n’étaient pas qu’une simple forêt mais bien un écosystème complet comprenant marais, torrents, hautes montagnes où la lande était déjà présente mais uniquement sur les sommets dû à l’acidité des vents marins, de magnifiques forêts qui se rejoignaient toutes, en réalité on peut voir ça comme une sublime toile d’araignée naturelle.

Je vous invite à visionner la vidéo qui tente de montrer avec de vraies images de l’Ecosse, de l’Irlande et de la Bretagne à quoi ressemblaient les Monts d’Arrée moins érodées et les forêts natives des pays celtes et des climats océaniques.

Si jamais une immersion en réel dans cette antique forêt du Kreiz-Breizh vous tente, vous devez impérativement suivre un tracé à peine perceptible de forêts Bretonnes qui sont des vestiges de cette forêt et qui étaient autrefois liées : Forêt d’Argol (29)-Forêt du Cranou (Hanvec 29)- Forêt d’Huelgoat (29)- Forêt de Fréau (Poullaouen 29) – Forêt de Beffou (Loguivy-Plougras 22)- Forêt de Locarn (22) – Forêt de Quénécan (Sainte Brigitte 56) – Forêt de Lannouée (56) – Forêt de Loudéac (22) et enfin la très célèbre forêt de Paimpont.

Une fois que vous aurez suivi cette route de forêt vous aurez non seulement vu des paysages sublimes, mais vous arriverez clairement à visualiser la terre que vos ancêtres ont foulée. D’ailleurs ces forêts sont des points stratégiques pour notre projet puisqu’ils nous serviront de points à relier par nos plantations d’arbres afin de reformer la forêt du Kreiz-Breizh, qui on l’espère sera un exemple.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine