C’est plus de 40.000 tonnes de déchets ultimes qui risquent d’être enfouis à 500 mètres sous terre à la verticale de la plus grosse nappe phréatique d’Europe.

Alors que l’État français et des experts assurent que le confinement géologique de ces déchets, dans une ancienne mine de sel, constitue la solution la plus écologique, la population, elle, proteste depuis des mois contre ce qu’elle dit être un empoisonnement. Vincent Lapierre et l’équipe du Média pour Tous se sont rendus sur place afin de clarifier « l’affaire Stocamine ».

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine