A Saint-Herblain, un Nord-africain, qui aurait de surcroît demandé l’asile politique, a tenté de tuer sa femme, d’origine nord-africaine elle aussi.

Au 21 rue du Mozambique, dans les immeubles du Val de Chézine, ce 15 janvier vers 1h du matin, la police est appelée par des voisins excédés et inquiets d’entendre des hurlements venir d’un appartement. Un homme armé d’une barre de bois ouvre la porte à la patrouille : dans l’appartement, une femme aux cheveux trempée, visiblement tabassée.

L’homme, régulièrement hébergé chez cette femme – qui cachait celle relation à ses parents – l’avait tabassé, lui avait entravé les mains et avait plongé plusieurs fois sa tête dans la baignoire, qui présentait des traces de sang ; la victime présentait aussi des traces de brûlures. « Si les voisins n’étaient pas intervenus, elle serait morte », relève un proche du dossier.

La victime, « le corps gonflé tant elle a reçu de coups », entend porter plainte. Le suspect, interpellé ce 15 janvier et en garde à vue hier, était ivre mort – 1.4 grammes par litre de sang – après avoir descendu la moitié d’une bouteille de whisky – et a reconnu une partie des violences, tout en affirmant ne pas se souvenir de tout du fait de son alcoolémie. Par ailleurs, il tabassait aussi régulièrement, depuis deux mois, la victime.

Le parquet a requis son placement en détention provisoire. Jusque là, ce demandeur d’asile marocain – sans métier ni source de revenus connus – n’était pas connu des forces de l’ordre. Il a été présenté ce jeudi après-midi à un juge d’instruction, en vue d’une mise en examen pour tentative de meurtre, violences volontaires et séquestration.

Pour l’heure, aucune réaction des féministes politiques adeptes de l’écriture inclusive n’a été enregistrée.

Louis Moulin

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.