france-insoumise-phi

Changer le nom de la ville de Saint-Brieuc (saint Brieuc étant l’un des sept saints fondateurs de la Bretagne) en « Port-Brieuc » car pas assez laïque : une idée émise sur Facebook par la liste de gauche initiée par la France insoumise.

Saint-Brieuc : trop catholique pour la liste de gauche ?

Tandis que les élections municipales se rapprochent, l’« Assemblée populaire » (liste de gauche initiée par la France insoumise) qui sera en lice pour gagner la mairie de Saint-Brieuc est préoccupée par un sujet : le nom trop peu laïque de la préfecture costarmoricaine.

Dans une publication Facebook du 20 janvier dernier, la page « Saint-Brieuc insoumise »  a suggéré de renommer Saint-Brieuc en Port-Brieuc. Si l’argument de la mise en valeur du rôle maritime de la ville est avancé dans ce choix, l’hostilité anti-cléricale de cette gauche briochine semble être la principale motivation de cette volonté de changement. Les « insoumis » locaux rappellent ainsi que « pendant la Révolution, Saint-Brieuc s’est appelée Port-Brieuc ». Et interrogent : « En ces temps de crise, le moment ne serait-il pas venu de réaffirmer notre laïcité en coupant le saint cordon ombilical de notre commune ? »

Saint-Brieuc
Capture Facebook. Source : Ar Gedour

La publication supprimée

Avec ce changement de nom, « Saint-Brieuc insoumise » souhaite « marquer la volonté d’un renouveau ». Un renouveau qui passerait donc par l’effacement des racines chrétiennes de la ville, et bretonnes par extension puisque saint Brieuc est l’un des sept saints fondateurs de la Bretagne.

Depuis, face aux nombreux commentaires à la suite de cette proposition, la publication a été supprimée de la page Facebook en question. Mais cela en dit tout de même beaucoup sur la volonté de cette gauche farouchement laïque de balayer les derniers vestiges de l’identité bretonne dans le pays briochin.

L’initiative pourrait par ailleurs donner des idées dans d’autres communes : Saint-Malo, Saint-Nazaire ou encore Saint-Pol-de-Léon seront-elles les prochaines cibles des héritiers de la Terreur ? Et la Chapelle-sur-Erdre alors ? Pas assez « Loi de 1905 compatible » elle-aussi ?

Et, sur cette lancée, pourquoi ne pas s’attaquer directement à la toponymie issue de la langue bretonne elle-même : toutes ces villes dont le nom commence par « Plou » et « Plo » (signifiant « paroisse ») mais aussi par « Loc » (indiquant un lieu consacré) doivent-elles être débaptisées ?

Compte tenu de la prégnance des marqueurs catholiques sur les noms de lieux-dits, de hameaux, de communes à travers toute la Bretagne, les listes « insoumises » vont avoir du travail si elles veulent faire table rase de notre passé et, de facto, de notre identité !

AK

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.