Finlande. Plus faible nombre de naissances depuis 1868, le recours à l’immigration inéluctable ?

A LA UNE

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

En berne, la démographie en Finlande. En 2019, le pays a vu son taux de fécondité tomber à son plus bas niveau depuis la famine de 1868. Mais le recours à l’immigration pour palier au problème n’est pas du goût de tout le monde.

Baisse des naissances en Finlande

L’hiver démographique frappe actuellement plusieurs pays d’Europe. Si nous évoquions il y a quelques mois la politique familiale incitative mise en place par la Hongrie de Viktor Orbán pour relancer sa natalité, la Finlande est également en fâcheuse posture sur ce point. Il s’avère ainsi qu’en 2019, le nombre d’enfants nés dans le pays a connu une diminution pour la neuvième année consécutive. Un nombre de naissances en Finlande qui a chuté à 45 600 l’année dernière.

Preuve du caractère exceptionnel de ce phénomène, il faut remonter à 1868, année où le pays a été frappé par une grande famine, pour retrouver une natalité aussi faible. Par rapport à 2018, ce sont près de 2 000 enfants de moins qui ont été recensés dans les maternités finlandaises. Le taux de fécondité national pour 2019 a été le plus bas jamais enregistré, avec 1,35 enfant par femme. Il était de 1,40 l’année précédente et de 1,50 en 2017. En 1990, il avoisinait les 1,9 enfant par femme…

La population augmente… grâce à l’immigration

À l’inverse, la population finlandaise a augmenté de plus de 9 600 personnes pour atteindre environ 5 528 000 à la fin de l’année 2019. Cette hausse n’est pas spécialement due à un nombre de décès en baisse d’environ 1 000 individus par rapport à 2018. Et résulte principalement de l’immigration. La Finlande a ainsi un solde migratoire positif de 18 000 personnes au titre de l’année dernière.

Des migrants qui, eux, sont de plus en plus nombreux à arriver puisque, par rapport à 2018, leur nombre a augmenté d’environ 1 300, pour atteindre un peu plus de 32 000 individus. Au sein de ces derniers, on dénombrait seulement 8 500 ressortissants finlandais de retour au pays. À titre de comparaison, parmi les pays scandinave, c’est la Suède qui détient la plus forte proportion de personnes nées à l’étranger, soit 19 % en 2019, contre 9 % il y a vingt ans. La Finlande a la plus faible proportion, soit 7 % en 2019, contre seulement 1,3 % en 1990.

Dans ce contexte où les perspectives démographiques sont très inquiétantes, certains économistes préconisent déjà le recours forcé à l’immigration de travail pour faire face aux problèmes structurels d’ici 15 à 20 ans. Par ailleurs, des enquêtes d’opinion révèlent que les jeunes finlandais sont de plus en plus nombreux à affirmer ne pas vouloir d’enfants.

Mais cette option que constitue le recours à l’immigration n’a pas forcément l’aval de la population finlandaise lorsque l’on prend en compte la percée récente du Parti des Finlandais, opposé à l’arrivée de migrants.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Nantes. Le Scénario : manger des anguilles près de Talensac

Il ne paie pas de mine, Le Scénario, dans le milieu de la rue de Bel Air, en face...

OSS 117, Fendas, American Nightmare 5, Ice Road, Dream Horse, De bas étage : la sélection cinéma de la semaine

OSS 117, Fendas, American Nightmare 5, Ice Road, Dream Horse, De bas étage : voici la sélection cinéma de...

Articles liés

Dibunadeg er straedoù, merc’hed mouchet, bannieloù : un eured turk e Redon

Ar sizhunioù tremenet ez eus bet trouz diwar-benn an euredoù kumuniezhel e Bro-C'hall. Re a zansoù estren, re a zibunadegoù er straedoù, re a...

Chute de la natalité : vers une nouvelle crise économique ?

Cette semaine dans C’est Cash, Estelle Farge et Olivier Delamarche s’interrogent sur la chute de natalité que subit l’Europe depuis plusieurs années, largement amplifiée...

Espagne. Les arrivées de migrants se poursuivent à Melilla, des policiers blessés par des clandestins [Vidéo]

Melilla, enclave espagnole située sur le continent africain, a connu un nouvel assaut de migrants à sa frontière. Plus de 100 clandestins sont parvenus...

Propagande. Comment éduquer les collégiens rennais à l’immigration ?

Que cela est joliment dit ! « Résidence d'artiste », « lettres à l'ailleurs », « travail scolaire », « raconter la distance et l'amour des siens », l'enfer progressiste est toujours pavé...