Rennes_mairie
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’association Rennes en Sciences a adressé, en décembre, un document intitulé « Pour la création d’un Palais de la Découverte à Rennes » à plusieurs listes pour les élections municipales de Rennes.

Le candidat du Rassemblement national, Emeric Salmon, qui avait sans doute des choses à dire lui aussi sur la question, a été écarté d’emblée par les animateurs de l’association, ce qui biaise toutefois largement la portée « générale » de l’opération et en dit long sur l’idéologie qui berce les animateurs de l’association.

Toutefois, voici le débrief ci-dessous, diffusé à la presse par les animateurs de l’association.

Rencontre avec Didier Chapellon & Philippe Boude (Choisir l’Écologie pour Rennes), le mercredi 23 octobre 2019

En tant qu’écologistes, Didier Chapellon nous indique qu’ils sont particulièrement sensibles à la biodiversité et à la sauvegarde des collections d’espèces rares ou disparues qui sont conservées dans certains établissements rennais. Ils pensent qu’un travail devra être mené avec les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, l’Espace des sciences et la collectivité afin de sécuriser et mettre en valeur ces collections. C’est avec ces institutions que nous devrons également travailler à la diffusion de la culture scientifique auprès des lycéens et étudiants auxquels l’espace des sciences ne s’adresse pas vraiment.

Rencontre avec Charles Compagnon & Jean-Claude Persigand (Libres d’agir pour Rennes), le mardi 14 janvier

Charles Compagnon perçoit ce projet comme un élément de mise en valeur du patrimoine de Rennes et un moyen de faire connaître l’histoire de cette ville, chacun convenant qu’il manque à Rennes un lieu relatant l’histoire de la ville. Pour ce qui concerne l’aspect plus scientifique, il partage notre souci de développer la culture scientifique et technique en complémentarité avec l’existant, notamment l’Espace des Sciences. Concernant le lieu, nous exposons que l’évolution de ce qui se fait dans le bâtiment Pasteur ne rend pas impossible l’implantation d’un Palais de la Découverte tel que nous le projetons (il est en particulier compatible avec le voisinage d’une école), mais que son fonctionnement ne peut s’intégrer dans le concept de tiers lieu. Notre projet, activité pérenne, nécessite un lieu dédié qui ne peut être compatible avec celui d’une activité éphémère, propre au concept de tiers lieu. Ceci étant, nous réaffirmons être ouverts à d’autres possibilités, et sommes d’accord sur la pertinence d’un lieu en centre-ville. comme le Palais du Commerce, l’ancienne résidence du Recteur, place St. Melaine, l’ancien Mess des officiers ou… la prison Jacques Cartier. Charles Compagnon souhaite insérer ce projet comme un élément contribuant au rayonnement de Rennes et évoque l’idée d’un parcours touristique d’histoire scientifique (à l’image de villes comme Salamanque ou Coïmbra) : cela contribue à l’audace d’une ville qui intègre son passé. Il marque son étonnement en nous écoutant dire que la Bretagne est la seule région de France à ne pas avoir de Muséum d’histoire naturelle. Raison supplémentaire, à ses yeux, pour que la Ville fasse de notre projet un élément dans son offre culturelle.

Rencontre avec Enora Le Pape & Jean-Paul Tual (Rennes en Commun), le mardi 28 janvier

Enora Le Pape et Jean-Paul Tual prennent bonne note de nos propositions et marquent d’un accueil favorable l’idée d’un tel lieu de culture scientifique. Enora Le Pape s’interroge sur la pertinence d’un lieu en centre-ville ; selon elle, pour vitaliser les quartiers rennais une meilleure répartition des lieux culturels est une nécessité. Nous expliquons que notre projet est également une offre touristique et qu’il doit s’insérer dans les circuits du patrimoine historique. Enora Le Pape marque son intérêt pour le volet « tiers lieu » du bâtiment Pasteur. Nous expliquons que notre projet, activité pérenne, nécessite un lieu dédié qui ne peut être compatible avec celui d’une activité éphémère, propre au concept de « tiers lieu ». Bien entendu, nous marquons notre ouverture à d’autres possibilités de localisation.

Rencontre avec Franck Darcel & Jakes de Poulpiquet (Rennes, Bretagne, Europe), le mercredi 29 janvier

Franck Darcel et Jakes de Poulpiquet marquent leur intérêt pour notre projet. Imaginant bien que si l’implantation de l’école dans le bâtiment Pasteur ne la facilite pas, elle ne rend pas impossible la réalisation dans ce lieu de ce Palais de la Découverte. Ils comprennent bien l’incompatibilité entre activités pérennes avec lieux dédiés nécessaires à notre projet et activités éphémères, par principe, d’un tiers lieu. Ils apparaissent très sensibles à l’aspect conservation du patrimoine breton et surtout de la nécessité d’avoir en Bretagne un lieu scientifique de présentation de la biodiversité bretonne, aspect que les collections rennaises intègrent parfaitement. Intéressés par notre projet ils l’imaginent s’insérant dans la politique de la ville en direction de la recherche scientifique pour la conforter

Rencontre avec Carole Gandon & Antoine Cressard (Révéler Rennes), le jeudi 30 janvier

Nos interlocuteurs sont intéressés par l’aspect musée de notre projet ; ils comprennent bien la complémentarité que nous avons avec d’autres structures, en particulier, l’espace des sciences. En ce qui concerne l’outil de diffusion de la culture, ils ont un projet de « bus scientifique » pour aller vers le public. Bien entendu notre projet peut s’y insérer mais nous expliquons la nécessité d’avoir un outil pérenne et des lieux dédiés ce qui le rend non insérable dans un « tiers lieu » (ou lieu éphémère). Carole Gandon manifeste quelques interrogations quant aux coûts du projet. Des interventions d’autres collectivités sont évoquées, mais, pour nous, bien entendu, il faut bien qu’une collectivité commence et nous pensons que c’est à la Ville de Rennes d’être chef de file. Concernant le fonctionnement, elle imagine l’intervention d’entreprises, ce à quoi nous répondons que des fondations seraient bienvenues.

Rencontre avec la liste Pour Rennes, Nathalie Appéré

Il n’y a pas eu de rencontre malgré notre demande, mais une réponse écrite qui justifie les choix faits pour l’avenir de l’ancienne faculté des sciences, place Pasteur. N. Appéré nous parle d’un hôtel à projets plébiscité et emblématique ; les références à l’urbanisme en transition et à la biennale de Venise indiquent bien que l’esprit « université foraine » de Patrick Bouchain est son choix pour ce bâtiment. Elle précise que le futur passe par l’acquisition de la prison Jacques Cartier. Mais en nous renvoyant à « une large concertation citoyenne dans laquelle nous aurons toute notre part », elle ne prend aucun engagement concernant notre projet. Voici cette réponse : « La Ville de Rennes et Rennes Métropole portent, vous le savez, un fort intérêt à la diffusion de la culture scientifique et technique, tant en matière de soutien financier et logistique de la Ville à de nombreuses associations comme les Petits Débrouillards ou la Société d’Astronomie de Rennes, que de soutien de la Métropole à l’Espace des Sciences et aux initiatives menées par les établissements d’enseignement supérieur. Vous aviez déjà défendu ce projet de lieu dédié à la diffusion de la culture scientifique et technique lorsqu’il s’était agi de préfigurer les usages du bâtiment de l’ancienne fac dentaire Pasteur. Outre la localisation d’une nouvelle école maternelle, nous avons fait le choix de transformer ce lieu en un hôtel à projet. Plébiscité par les acteurs associatifs de tous horizons (culture, social, éducation, solidarité), il est devenu emblématique de l’urbanisme en transition et fait école ailleurs en France, à tel point qu’il a été présenté à la biennale d’architecture de Venise en 2017, au sein du pavillon Français. Pour autant, nous sommes bien conscients de la richesse des collections de l’Université Rennes-1, que ce soit en matière de zoologie, de géologie ou encore d’instrumentation technique et de l’intérêt de les faire connaître au plus grand nombre. Nous avons comme projet de faire l’acquisition de la prison Jacques Cartier pour la transformer en un grand lieu de culture. Le programme sera défini dans une large concertation citoyenne dans laquelle vous aurez, bien évidemment, toute votre part. »

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V