L’association L214 vient de publier une nouvelle enquête, au sujet de l’abattoir Sobeval, en Dordogne, qui pratique l’abattage traditionnel, mais aussi énormément d’abattage Halal et Casher.

Dans le même temps, dans son baromètre 2020 réalisé avec l’IFOP la Fondation 30 Millions d’Amis, qui a sondé les attentes des Français en matière d’élevage et d’abattage, montre que 85% d’entre eux sont pour l’interdiction de ces formes d’abattage d’animaux conscients.

Les autorités elles, tardent à agir, encore moins à l’approche des élections municipales où le clientélisme (et le communautarisme) sont rois.

La fin de l’élevage intensif

Selon cette enquête IFOP, 81 % des Français sont favorables à l’interdiction de l’élevage intensif, qui vise à̀ augmenter la productivité́ en raccourcissant les phases de croissance de l’animal ou en utilisant des espaces réduits. Dans notre pays, environ 80 % des animaux subissent ce mode d’élevage, qui nie totalement leur caractère d’êtres vivants doués de sensibilité́.

L’abattage des animaux sur leur lieu d’élevage

Pour éviter les souffrances liées au transport des animaux et les scandales de maltraitance dans les abattoirs, 83 % (+1 pt vs 2019) des sondés se déclarent favorables à̀ ce que les animaux d’élevage soient désormais abattus sur le lieu de leur élevage par des professionnels.

L’enquête de L214 montre des images d’un élevage de veaux semblable aux nombreux autres qui s’implantent dans la région, encouragés par le groupe Van Drie.

Dans ces élevages intensifs, les veaux sont entassés par centaines dans des bâtiments fermés, chacun ayant pour seul espace une cage individuelle de 80 cm de large par 150 cm de long les huits premières semaines de leur vie. Ils sont ensuite engraissés en groupe, dans des enclos au sol dur, sans paille, sans jamais avoir accès à l’extérieur. Pour supporter ces conditions d’élevage, ils reçoivent nombre de produits médicamenteux, dont des antibiotiques. Certains sont périmés.

Pour Sébastien Arsac, cofondateur de L214 : « Des élevages intensifs à l’abattage industriel, des milliers de veaux tués à l’abattoir Sobeval n’auront connu que l’enfer. Le pire reste l’abattage sans étourdissement. Halal ou casher, les animaux peuvent agoniser en toute conscience pendant de longues minutes. Il faut mettre un terme à l’abattage sans étourdissement. Mais il ne faut pas se voiler la face, l’abattage standard n’est pas en reste. Là aussi, les cadences et les ratés, qui ne manquent pas d’arriver, causent une souffrance sans nom aux animaux. Il y a urgence à fermer cet abattoir et, au-delà, à s’interroger sur la légitimité à continuer d’abattre des animaux sans nécessité. »

L’interdiction de l’abattage des animaux sans étourdissement préalable

Pour 85 % des Français, il n’est pas acceptable de cautionner l’abattage d’animaux conscients, quelles qu’en soient les raisons. Un résultat sans ambivalence qui condamne la dérogation visant à̀ autoriser l’abattage sans étourdissement préalable pour raisons cultuelles, une dérogation qui tend à devenir presque la règle majoritaire dans certains abattoirs.

Ainsi l’abattoir Sobeval, dont l’association L214 demande la fermeture, qui appartient au groupe hollandais Van Drie, leader mondial de la viande de veau, met à mort des veaux dont la viande est certifiée Label Rouge, bio, Saveurs du Périgord ou encore Le veau du boucher. Il exporte en Israël pour la viande casher et en Égypte pour la viande halal. Par ailleurs, en 2015, à l’occasion d’une visite du président de la région Aquitaine, le directeur de l’abattoir expliquait fournir des peaux à des marques de luxe comme Hermès ou Gucci, et fournir en viande le Jules Verne, le restaurant de la Tour Eiffel à Paris. Le groupe Van Drie fournit également les tanneries, récemment rachetées par Chanel.

Voici ce qu’indique L214 concernant l’abattage rituel qui s’y pratique (sachant que l’abattage dit « standard» contient également son lot d’horreur :

« Concernant les abattages casher et halal, la plupart des veaux sont tués sans étourdissement. Lorsqu’il y a égorgement sans étourdissement préalable, la loi exige que les animaux soient immobilisés jusqu’à ce qu’ils ne présentent plus aucun signe de conscience ou de sensibilité. Un contrôle systématique de cette perte de conscience doit être effectué avant de mettre fin à l’immobilisation, ce qui n’est pas le cas à l’abattoir Sobeval.

Conséquence : de nombreux veaux présentent des signes de conscience et/ou de sensibilité avant et après avoir été suspendus à la chaîne d’abattage. Dans ce cas, l’étourdissement d’urgence imposé par la réglementation n’est quasiment jamais pratiqué. Par ailleurs, il arrive que des veaux soient saignés en position debout sans être immobilisés, ce qui accentue grandement leurs souffrances.

Aggravant la situation, certains sacrificateurs effectuent un mouvement de scie lors de l’égorgement, ce qui augmente là aussi la douleur ressentie par les veaux. La disposition des box d’immobilisation est telle que des veaux voient leurs semblables mourir avant d’être eux-mêmes saignés.

De nombreux animaux vomissent le contenu de leur estomac par leur œsophage sectionné, souillant ainsi les carcasses.»

Pour conclure, la parole à Reha Hutin, Présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis :  « Jamais la condition animale n’a occupé une place aussi importante dans le débat public. La protection des animaux est devenue un véritable enjeu de société, une préoccupation croissante chez la majeure partie des Français qui réclament des mesures fortes en leur faveur. Encore faut-il une véritable volonté politique ! »

A quelques  semaines des élections municipales, le ton est donné. Aux consommateurs également, de prendre leurs responsabilités vis à vis de certaines entreprises sans aucun scrupule, et vis à vis d’élus qui les encouragent…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. […] Ignoble et scandaleux : « Ainsi l’abattoir Sobeval, dont l’association L214 demande la fermeture, qui appartient au groupe hollandais Van Drie, leader mondial de la viande de veau, met à mort des veaux dont la viande est certifiée Label Rouge, bio, Saveurs du Périgord ou encore Le veau du boucher. Il exporte en Israël pour la viande casher et en Égypte pour la viande halal. Par ailleurs, en 2015, à l’occasion d’une visite du président de la région Aquitaine, le directeur de l’abattoir expliquait fournir des peaux à des marques de luxe comme Hermès ou Gucci, et fournir en viande le Jules Verne, le restaurant de la Tour Eiffel à Paris. Le groupe Van Drie fournit également les tanneries, récemment rachetées par Chanel. » https://www.breizh-info.com/2020/02/21/136844/halal-casher-pour-85-des-francais-il-nest-pas-acceptable-de-cautionner-labattage-danimaux-conscients-l214-epingle-labattoir-sobeval […]

Comments are closed.