Virus de la tomate. La menace d’une propagation en France du ToBRFV

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Le virus de la tomate ToBRFV inquiète l’Anses qui redoute un risque de propagation et une menace économique pour les producteurs.

Virus de la tomate : un risque important

Après la confirmation d’un cas de ToBRFV, le virus de la tomate, dans deux serres d’une exploitation du Finistère le 17 février dernier, l’inquiétude monte chez les producteurs. Mais aussi au sein des autorités sanitaires. Lors d’un point presse effectué au Salon de l’Agriculture le 24 février, Roger Genet, le directeur général de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a fait part de ses craintes de la propagation du virus notamment via la vente de plants aux particuliers :

« La difficulté, c’est qu’aujourd’hui à peu près 50% des plants en France sont commercialisés vers le grand public, vers les jardins potagers et là, comme c’est un virus très résistant dans l’environnement, il peut passer d’un plant à l’autre par le fruit, par les feuilles, par les outils et donc contaminer de jardin en jardin ». En sachant que la tomate est le légume préféré des Français avec environ 14 kg consommés par an et par ménage, on peut alors prendre la mesure des risques encourus…

La menace du ToBRFV sur les producteurs français

Si le ToBRFV n’aurait pas d’impact sur l’homme selon l’Anses, une contagion rapide est en revanche à craindre dans les potagers, jusqu’à toucher les producteurs professionnels. L’agence considère ainsi que ces derniers sont potentiellement exposés à un grave risque économique.

De l’avis de Roger Genet, « on peut avoir une vraie situation épidémique difficile à réguler, et c’est évidemment très difficile d’aller décontaminer les jardins et les outils des gens, donc on est extrêmement vigilant sur ces introductions et, quand il y a un point d’infection, à remonter à la source pour pouvoir circonscrire ». Les jardiniers du dimanche sont donc prévenus. En sachant par ailleurs que ce virus de la tomate est susceptible d’infecter la totalité des plants sur un site de production. Dans ces conditions, les cultures sous serre et plus généralement toutes celles à haute densité en sont donc des cibles privilégiées.

Des mesures lentes, une menace présente

Pour l’heure, aucun autre cas de ToBRFV en dehors des deux serres de l’exploitation finistérienne n’a été signalé dans l’Hexagone. Il s’avère que les plants contaminés, issus de semences produites en Hollande, avaient transité par le Royaume-Uni. Et pour compliquer encore les choses, « rien ne dit pour autant que la semence a été produite aux Pays-Bas » selon Philippe Reignault, directeur de la santé des végétaux de l’Anses. Toutefois, des prélèvements ont été effectués dans trois autres exploitations s’étant approvisionnées avec le même type de plant de tomates.

De plus, de l’aveu même du directeur général de l’Anses, le risque d’acquérir des plants ou des semences contaminés n’est « potentiellement pas écarté » pour l’instant. Si les mesures d’urgence mises en place au niveau européen n’ont été prises qu’au mois de novembre dernier, des plants commercialisés auparavant n’ont donc pas subi les contrôles pratiqués depuis. Autre caractéristique inquiétante, la transmission du virus peut se faire par un simple contact physique entre une plante malade et une plante saine et le ToBRFV peut résister à l’air libre plusieurs semaines, et parfois plusieurs mois. Enfin, la Bretagne n’est pas la seule concernée puisque le virus de la tomate a déjà été signalé dans d’autres pays européens, notamment en Allemagne, Espagne, Royaume-Uni et Hollande.

AK

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/Tomekwalecki)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cyclisme. Gino Mäder remporte la 6ème étape du Giro

La sixième étape du Giro 2021 s'est déroulé le jeudi 13 mai, première étape s'achevant par une ascension... ce...

Articles liés

Patrick Jardin lance une pétition de civils en soutien à la lettre des militaires

Patrick Jardin a perdu sa fille lors des attentats islamistes du Bataclan. Depuis, contrairement aux lâches qui parcourent les plateaux TV à grands coups...

Plegoù-dibleg divyezhek an ADEC 29

Bep bloaz e vez roet lañs d'ur c'houlzad kelaouiñ diwar-benn krign-bev an divronn. E departamant Penn-ar-Bed emañ an ADEC (Association pour le dépistage des...

Pollution en Bretagne. Une rivière bretonne et ses poissons victimes d’un élevage porcin

Le Finistère a de nouveau été frappé par une pollution environnementale ce week-end, cette fois-ci du fait d'un élevage porcin. Samedi et dimanche, la Penzé...

Urgences en mer dans le Finistère. Un canular au 196 peut vous coûter cher pénalement

Un individu a été condamné le mardi 9 mars 2021 par le tribunal correctionnel de Quimper à 8 mois de prison ferme pour avoir,...