Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, bloque l’enseignement des langues régionales.

Paul Molac (groupe Libertés et territoires), député de Ploërmel, poursuit son combat en faveur de la langue bretonne. Mais la partie n’est pas facile. Ainsi sa récente proposition de loi portant sur les langues régionales a été vidée de sa substance lors de son passage devant la commission des Affaires culturelles de l’Assemblée nationale. Des neufs articles du début, il n’en restait plus que trois : deux sur le patrimoine et un sur la signalétique bilingue. Tous les articles liés à l’enseignement des langues régionales ont disparu. Paul Molac souhaitait en particulier « sécuriser les expériences d’immersion dans l’enseignement public et financer les écoles associatives, telles que Diwan » (Ouest-France, Bretagne, jeudi 6 février 2020).

Finalement ce texte édulcoré a été adopté en première lecture le jeudi 13 février. Seule une quinzaine de députés ont assisté aux débats, dont quelques bretons : Marc Le Fur (LR, Loudéac), Thierry Benoît (UDI, Fougères), Gilles Lurton (LR, Saint-Malo), Yannick Kerlogot (LREM, Guingamp) et Erwan Balanant (MoDem, Concarneau).

D’où la question : où étaient passés les autres ? Les absents s’appelaient Bruno Joncour (Saint-Brieuc), Éric Bothorel (Lannion), Annaïg Le Meur (Quimper), Jean-Charles Larsonneur (Brest – centre), Didier Le Gac (Brest Plabennec), Sandrine Le Feur (Morlaix), Graziella Merchior (Landerneau), Richard Ferrand (Carhaix), Liliesse Tanguy (Dournenez), Laurence Maillard – Méhaignerie ( (Rennes –Cesson-Sévigné), Gaël Le Bohec (Redon), Christine Cloarec (Vitré), Florian Bachelier (Rennes – Saint-Jacques-de-la-Lande), François de Rugy (Nantes – Orvault), Valérie Oppelt ( Nantes  – centre), Anne-France Brunet (Nantes –Saint-Herblain), Aude Amadou (Nantes –Rezé), Yves Daniel (Châteaubriant), Sandrine Josso (Guérande), Audrey Dufeu-Schubert, (Saint-Nazaire), Yannick Haury (Paimbeuf), Sophie Errante (Vertou), Hervé Pallois (Vannes), Jimmy Pahun (Auray), Nicole Le Peih ((Pontivy), Gwendal Rouillard (Lorient), Jean-Michel Jacques (Hennebont).

Évidemment, ceux qui ont sans doute de sérieuses raisons de ne pas être concernés par la langue bretonne sont excusés : Hervé Berville (Dinan), Mustapha Laabib (Rennes – Bruz) et Sarah El Haïri ( Nantes – Carquefou).

Bernard Morvan

Photo : Gwendal/Wikimedia (CC)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine