La Baule. Gatien Meunier (LR) : « Non Franck Louvrier n’a pas un emploi fictif ! »

A LA UNE

Flingues, rap afro-américain et saccage d’un château à Poligné (35). Le témoignage de la propriétaire

Le 10 juillet dernier, la location d'un château du sud de Rennes à ce qui devait être un groupe...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Des informations concernant Franck Louvrier, candidat( LR) à la mairie de La Baule, concernant son emploi de directeur de communication auprès de la métropole de Nice on filtré sur le site Riposte Laïque ces derniers temps. Gatien Meunier, un  proche de Franck Louvrier, s’inscrit en faux contre ces allégations. Il fait une mise au point sur le sujet dans nos colonnes.

Les informations publiées par Riposte Laïque font état, en deux articles, d’une paie de 5911.17 € nets par mois, et publient le contrat de travail de Franck Louvrier, à date du 1er janvier 2019, tout en s’interrogeant sur la grande présence de l’intéressé à la Baule – notamment en décembre et novembre 2019 – alors qu’il est embauché à temps complet avec un large périmètre d’activités.

« Les trucs qui sont sortis sur Franck Louvrier sont dégueulasses ! »

Pour Gatien Meunier, « les trucs qui sont sortis sur Franck Louvrier sont dégueulasses et pas fondés. Franck Louvrier n’a pas un emploi fictif ! ». Selon lui, « ce contrat n’est pas l’actuel, il est en effet à temps partiel depuis janvier 2020 pour pouvoir se dégager du temps pour sa campagne ». Et de balayer : « Quand on a que ce genre d’arguments à faire valoir, c’est un peu réduit comme campagne ». Il se trouve que les deux articles ont été largement partagés par des proches de la députée candidate Sandrine Josso, et que l’emploi de Franck Louvrier à Nice est aussi régulièrement soulevé par les soutiens du général Zuchowicz, candidat avec une partie du conseil municipal sortant.

La CADA en cause ?

« Nous considérons que la diffusion de ce contrat, c’est de la diffamation », tonne Gatien Meunier. « Nous envisageons d’engager une action de justice, chaque fois que ce document sera diffusé ». Selon nos informations, la première cible possible pourrait être… la CADA (commission d’accès aux documents administratifs), puisque ledit contrat a été demandé et obtenu par plusieurs habitants de Nice – les contrats des personnes employées par une collectivité territoriale sont en effet communicables, une fois débarrassés des données personnelles.

« Cette campagne est pourrie »

« Notre campagne est en préparation depuis des mois, sinon des années. Mais je dois remarquer que cette campagne est pourrie ; je ne sais pas si c’est lié aux réseaux sociaux ou à la dégradation de la société, mais on assiste à une dégradation tant de la relation vis-à-vis des politiques que entre les divers candidats », constate Gatien Meunier. « On ne peut pas abuser de la confiance des gens comme le font certains au sujet de Louvrier. Il continue à aller à Paris en début de semaine, le reste du temps il est sur le terrain, il mène sa campagne. Quant au salaire, il est lié au poste, pas à la personne de Franck Louvrier ».

Il répond aussi à d’autres arguments avancés par Riposte Laïque, notamment son absence sur les supports de communication de la maison de la métropole de Nice à Paris où est basé son poste : « c’est un agent, mais ce n’est pas lui qui communique. Il n’est pas sur l’avant de la scène, il ne prend pas le micro. Comme quand il était à Publicis, il n’était pas à la télé ». Et quand il y est ? « Il n’y est pas au titre de La Baule, de Nice ou de LR, c’est en tant que personnage public, convié à donner son avis sur un fait de société. Mais il ne le fait plus [notamment au sein du 24h Pujadas]  maintenant qu’on est dans la dernière ligne droite de la campagne ».

Sur son devenir autour de ce poste, Gatien Meunier est très clair : « S’il gagne à La Baule, il l’abandonnera et sera maire de La Baule à plein temps ». Et s’il perd ? « Il le reprendra à plein temps ». Une sorte de filet de sécurité, pas vraiment différent de la disponibilité d’un fonctionnaire, qui peut reprendre son poste une fois son mandat électif ou sa campagne terminée.

Louis-Benoît Greffe

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Océarium du Croisic : lâcher de raies et de roussettes dans l’océan

Ce n'est pas une première mais l'Océarium du Croisic a organisé un lâcher d'une cinquantaine de jeunes poissons en...

Nantes : jusqu’à 7 degrés de différence l’été entre les quartiers

La problématique des îlots de chaleur – ces quartiers plus urbanisés et moins « verts » où la chaleur...

Articles liés

Hidalgo et Louvrier, les rois du baratin

« Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent », avait coutume de dire le Corse Charles Pasqua, un poids lourd des années glorieuses du RPR....

La Baule : des fêtes nocturnes sur la plage virent à l’émeute, des tirs de mortiers

Ce 9 et 10 juillet, des fêtes nocturnes sur la plage de La Baule sont devenues le théâtre d'émeutes au cours desquelles un CRS...

La Baule (44). Le palmarès du 7ème festival du cinéma et de musique de film

Ce Samedi 26 Juin, lors de la cérémonie de remise des prix de la 7ème édition du Festival du Cinéma et Musique de Film...

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des « fêtes sauvages et désorganisées...