Municipales au Pouliguen. Norbert Samama : « Nous ne sommes pas là pour nous servir mais pour servir les citoyens »

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Conseiller municipal dans la majorité en 2008 avant de rejoindre l’opposition, Norbert Samama était déjà candidat en 2014. Il recommence en 2020, alors que trois listes s’opposent au Pouliguen. Interview.

Breizh Info : Norbert Samama, quelle est votre étiquette ?

Norbert Samama : Il n’y en a pas. Personne n’est encarté. Je suis élu d’opposition, j’étais divers droite. J’ai 51 ans, je suis marié, deux enfants, je suis chef de projets de développement dans un grand groupe mutualiste.

Breizh Info : Que proposez-vous pour réveiller le Pouliguen, un peu endormi à l’ombre de la Baule ?

Norbert Samama : Nous ne sommes pas là pour nous servir mais pour servir les citoyens, nos colistiers ont signé une charte éthique. Il faut relever les défis du Pouliguen – accentués ici, notamment en matière d’autonomie des personnes âgées, la fracture numérique – remettre de la vie à l’année alors que la saisonnalité est de plus en plus criante, et revenir au premier plan dans la Presqu’île.

Breizh Info : vous proposez 14 millions d’investissements et deux parcs ?

Norbert Samama : Nous avons un site exceptionnel, les Korrigans, avec deux bâtiments à réhabiliter et à ouvrir. On veut lancer un centre culturel nouveau, et on a l’accord de l’institut de cancérologie de l’Ouest pour installer un pôle anti-cancer au Pouliguen. Nous voulons aussi conserver nos deux groupes scolaires pour attirer les familles.

Breizh Info : l’enjeu, c’est la démographie ?

Norbert Samama : Clairement. On a fait l’audit du foncier communal, on est en mesure de réaliser un nombre e logements intéressant via le bail réel solidaire, qui permet de proposer des logements à 50% en-dessous du prix du marché, à condition qu’il s’agit de résidences principales, tout en gardant la maîtrise du foncier – la revente et la plus-value sont encadrées. C’est un bail où les propriétaires le sont de leur logement et louent pour une somme symbolique le terrain, de 90 ans, rechargeable à chaque revente.

Breizh Info : que pensez-vous d’une éventuelle fusion avec la Baule ?

Norbert Samama : Il n’en est pas question ! Souvent, je compare la situation avec Deauville et Trouville, chacune a son âme. Nous on a tout un travail à faire pour mettre en valeur la spécificité du Pouliguen, si c’est une copie conforme de la Baule, on va perdre notre attractivité.

Propos recueillis par Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a...

Eric Zemmour : « La guerre civile a déjà commencé. Lorsqu’on égorge un professeur dans la rue, cela s’appelle comment ? »

Eric Zemmour : « Si les militaires parlent comme ils le font c’est que la situation est gravissime (…)...

Articles liés

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a annoncé mardi 11 mai avoir...

Eric Zemmour : « La guerre civile a déjà commencé. Lorsqu’on égorge un professeur dans la rue, cela s’appelle comment ? »

Eric Zemmour : « Si les militaires parlent comme ils le font c’est que la situation est gravissime (…) La guerre civile a déjà...

Cyclisme. Taco Van Der Hoorn, à l’ancienne, remporte la 3ème étape du Giro !

Les équipes de sprinteurs se sont faites piéger, et on ne peut qu'être content, dans un cyclisme de plus en plus calculé et millimétré....

PME de la drogue : un business juteux

La lutte contre le trafic de drogue tient une place majeure dans l'engrenage qui a mené à la mort du policier Eric Masson à...