Nous sommes entre gens sérieux. Les Amis des Études celtiques ont invité Fanette Laubenheimer à présenter son ouvrage Boire en Gaule. La dame archéologue et chargée de recherche au CNRS s’avance et pose un cartable sur la table.

Duquel cartable chacun attend la sortie de l’inévitable ordinateur pour projeter l’inévitable PowerPoint. Or Fanette en tire… un flacon d’hydromel du plus bel or, qu’elle propose à la dégustation ! De quoi éveiller les esprits avant cette inoubliable réunion au cours de laquelle la femme de science interpelle aussi sur la dangerosité de l’eau comme boisson.

Que buvait-on en Gaule ? Du vin bien sûr, mais d’abord de l’hydromel et de la bière en quantité. Quelles en étaient les préparations, rituels, les habitudes de consommation ? En s’appuyant sur les textes antiques, les vestiges archéologiques et les possibilités actuelles d’analyse, l’auteur répond à ces questions avec précision.

Beaucoup d’illustrations, de planches, rendent la lecture de son livre agréable et instructive. Les Bretons consulteront en particulier la page 33, qui explique la différence entre chouchen et hydromel.

Madame Laubenheimer est issue d’une famille de brasseurs : en plus de la science, y aurait-il de la génétique dans ses propos ?

Françoise de Carnoët

Fanette Laubenheimer
Boire en Gaule
CNRS Éditions
Collection Le passé recomposé
192 pages
22 euros

Les Amis des Études celtiques organisent à Paris, le samedi 16 mai, une journée d’études sur la langue gauloise et le temps retrouvé des Celtes. Renseignements : AEC, Jaroslava Josypyszyn,179 rue de Tolbiac, 75013 Paris.

Illustration : détail du Retour du pardon de Sainte-Anne-la-Palud, par Louis Duveau (1818-1867), Musée des Beaux-arts de Quimper, œuvre du domaine public, via Wikimedia Commons
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V