Les résultats du premier tour des élections municipales de Nantes sont dans la continuité de ceux de 2014. Julie Laernoes, la candidate EELV, comme Pascale Chiron en 2014, arrive à la troisième place. Elle est la clef du second tour selon sa décision de se maintenir ou de fusionner avec une autre candidate.

Effritement de Johanna Rolland

Johanna Rolland avec 31.36% contre 34.51% en 2014 connaît un petit effritement. Malgré un bilan désastreux – près d’un tiers des électeurs continuent de la soutenir. Cela confirme qu’il existe  une prime au sortant mais aussi le fruit de sa politique clientéliste à travers les subventions aux associations amies. Cependant si elle ne trouve pas d’accord avec une autre candidate, en cas de triangulaire, sa réélection n’est pas garantie.

Baisse sensible de la droite institutionnelle

Laurence Garnier garde sa deuxième place comme en 2014 mais elle perd plus de 4% passant de 24.16% à 19.93%. Pourtant, elle était seule représentante de la droite institutionnelle alors qu’en 2014 trois autres candidats  étaient présents et réalisaient ensemble 11.99%. Paie t-elle son positionnement  de centre gauche – voir notre article – et l’élimination de sa liste de Blandine Krysman du PCD?

Que va faire Valérie Oppelt ?

Seul un accord avec Valérie Oppelt lui ouvrirait une lucarne pour le second tour. En effet, la candidate LREM en réalisant 13% lui donnerait une réserve de voix qui la mettrait à  égalité avec J. Rolland ( 19.93 + 13 = 32.93% contre 31.36% ) en cas de triangulaire. Cela explique t-il sa surprenante déclaration sur télé Nantes : » ce qui m’intéresse ce n’est pas de faire gagner la droite à Nantes ce n’est pas le drapeau qui flottera sur la mairie” mais … “l’accueil des personnes migrantes « ‘.

En effet, Laurence GARNIER ne peut espérer son élection qu’en cas de triangulaire après fusion avec Valérie Oppelt et maintien de Julie Laernoes.

Si Valérie Oppelt décide de se maintenir, elle fermera toute possibilité à Laurence Garnier de retrouver sa performance de 2014 au 2° tour.

Julie Laernoes (EELV) – Entre convictions et ambition

Celle-ci est donc la clef du second tour. Avec 19.58%  des voix, elle talonne Laurence Garnier et progresse de plus de 5 points sur le score de Pascale Chiron en 2014. Cependant, elle en perd près de 5 par rapport aux européennes. Elle a donc le choix soit de rester fidèle à ses convictions, très éloignées de celle de Johanna Rolland sur de nombreux sujets, en se maintenant au second tour, soit de garder sa confortable place en fusionnant avec la liste de la maire sortante. La question est de trouver un programme malgré leurs nombreuses divergences.

Margot Medkour  : l’Insoumise fait progresser l’extrême gauche

Parmi les autres candidats, à l’extrême gauche, Margot Medkour réalise une belle progression avec 8.94% contre 6.11% aux européennes. Elle récupère l’essentiel des voix NPA de 2014 dont le candidat chute de 5.04% à 0.88%. Il est peu probable qu’elle fusionne avec Johanna Rolland mais elle pourrait le faire avec Julie Laernoes si celle-ci décidait de se maintenir car elles sont très proches idéologiquement.

Déclin du RN nantais

Au contraire, Éléonore Revel avec 4.76% contre  8.14% en 2014 et 8.39% aux européennes n’a pas réussi à mobiliser l’électorat du RN. Les deux autres listes RN de Loire Atlantique – La Baule et St Nazaire – connaissent la même chute. Il n’y aura plus de conseillers municipaux du RN dans le département. Est-ce le fruit des récentes querelles et scissions?

En conclusion, le deuxième tour à Nantes reste ouvert car il va dépendre des éventuelles fusions mais surtout du choix de Julie Laernoes de se maintenir ou non.

Mais y aura-t-il un deuxième tour  dimanche prochain?

JFL

Crédit photo : Selbymay/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine