A Saint-Malo, des barrières empêchent actuellement l’accès aux plages de la cité corsaire pour décourager ceux qui voudraient braver le confinement. Une décision qui semble avoir du mal à passer pour certains, comme l’indiquent nos confrères du Pays Malouin.

Ainsi, les arrêtés préfectoraux accrochés sur les grillages menant aux plages ont été tagués, de manière évocatrice : « Stop au harcèlement policier de la population ». « Macron veut effrayer les moutons pour 2022 avec sa Gestapo », « SS » à la place du mot « préfet » ou encore : « Se promener sur la plage : scandaleux. L’hôpital qui manque de tout : pas scandaleux ! ».

Eu égard  des rues désertes à Saint-Malo, le confinement est largement respecté toutefois.

Avec la loi d’urgence sanitaire qui vient d’être votée au Parlement, l’amende confinement est de nouveau réévaluée allant jusqu’à 3750€ et 6 mois de prison pour les multirécidivistes. Plus précisément : 135€ d’amende pour la première fois, 1500€ en cas de récidive et jusqu’à 3750€ et 6 mois de prison pour ceux qui enfreignent plus de 4 fois les règles.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine