Coronavirus. Viktor Orbán met le peuple hongrois en garde [Vidéo]

A LA UNE

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions britanniques Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

En Hongrie, le gouvernement de Viktor Orbán est sur le pied de guerre pour affronter la pandémie de coronavirus. Le point sur la situation.

Viktor Orbán met en garde les Hongrois face au coronavirus

Si la Hongrie ne connait pas encore la situation française face au Covid-19, les autorités n’ont pas hésité à mettre en garde la population en amont des dangers à venir. Une politique qui tranche avec l’Hexagone où l’État a décidé le maintien d’élections municipales deux jours avant d’annoncer un confinement. Sans parler des propos de l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn qui avait pour le moins minimiser les risques du coronavirus avant de faire part de ses regrets tardifs.

Un rétropédalage qui ne devrait pas avoir lieu pour Viktor Orbán. Le Premier ministre hongrois a ainsi déclaré dans une interview le 20 mars dernier que son pays ne devrait pas échapper à la pandémie. La stratégie nationale étant de ralentir la propagation du virus afin que le système de santé puisse traiter les cas graves. Selon Viktor Orbán, son gouvernement a « organisé une défense collective » et « la communauté hongroise est prête à se protéger ». Il a ajouté disposer d’un « plan de défense militaire adéquat. »

La Hongrie à la hauteur de la situation ?

Au 22 mars, la Hongrie recensait 107 cas confirmés de coronavirus et sept décès sur son territoire. D’après le Premier ministre hongrois, l’État s’attend à ce que la plupart des patients nécessitant des soins intensifs soient des personnes âgées. Tout en ajoutant que les enfants souffrant d’immunodéficience étaient également menacés par le virus.

Par ailleurs, Viktor Orbán a rappelé que son gouvernement avait agi rapidement sur les conseils des épidémiologistes et avait détecté la propagation du virus à un stade précoce de l’épidémie. Il a aussi expliqué que, pour éviter un scénario à l’italienne avec un effondrement du système de santé, la Hongrie a d’ores et déjà augmenté ses capacités en termes d’équipements et de main-d’œuvre. Le pays disposerait aussi d’un plan pour remplacer le personnel de santé qui tomberait malade.

Si des voix se sont élevées en Hongrie pour faire part d’inquiétudes concernant le manque d’équipement, le Premier ministre a déclaré qu’elles n’étaient pas fondées, assurant que son pays disposait de suffisamment de stocks pour faire face à la situation tandis que des acquisitions de matériels étaient en cours. Quant aux masques et autres équipements de protection, ils seront donnés en priorité au personnel médical et au personnel de la sécurité publique.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a...

Eric Zemmour : « La guerre civile a déjà commencé. Lorsqu’on égorge un professeur dans la rue, cela s’appelle comment ? »

Eric Zemmour : « Si les militaires parlent comme ils le font c’est que la situation est gravissime (…)...

Articles liés

Alternative au vaccin Covid-19. La biotech nantaise Xenothera annonce une précommande de la France pour son traitement

Il aura fallu du temps pour que l'Etat se décide ! La biotech nantaise Xenothera, créée en 2014, a annoncé mardi 11 mai avoir...

Covid-19 : la fin du début ou le début de la fin de l’état d’urgence ?

A la Une de cette édition, retour sur l’actualité du Covid. Alors que la réouverture des terrasses se confirme pour le 19 mai prochain,...

Covid-19. « Se vacciner pour protéger les autres ». A quand une grande vaccination contre l’immigration de masse ? [L’Agora]

L’argument pour faire que les Français se vaccinent en masse contre le Covid-19 est, outre le fait de retrouver les libertés que les autorités...

Alexis Poulin. « Sur l’origine du Covid, des scientifiques pensent à une fuite d’un laboratoire »

Alexis Poulin. « Sur l'origine du Covid, des scientifiques pensent à une fuite d'un laboratoire ». Des scientifiques demandent à la Chine de publier des...