Transfert de patients atteints du coronavirus en Bretagne : L’ARS s’explique

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Plusieurs lecteurs nous ont adressé des emails interrogatifs, expliquant ne pas comprendre pourquoi des trains médicalisés venaient actuellement d’Ile de France et du Grand Est (dernier en date ce dimanche 4 avril) pour amener des patients malades et atteints du coronavirus. Parmi les questions posées, celles notamment du risque de contamination lié à ces transferts dans nos hôpitaux de Bretagne, mais également le risque de saturation si jamais la pandémie venait à se développer plus fortement dans notre région.

Les hôpitaux bretons ont accueilli dimanche de nouveaux malades du Covid-19 en provenance d’Ile-de-France, une région où les services des urgences sont surchargés. En milieu de semaine, 36 patients avaient déjà été transférés dans des trains médicalisés. Ce dimanche, 48 malades sont arrivés via deux convois : l’un au sud de la région, vers Vannes, Lorient et Quimper, l’autre au nord, vers Rennes, Saint-Malo, Morlaix et Brest.

La réponse de l’ARS

Pour avoir une réponse aux interrogations que suscitent ces transferts, nous avons tout simplement interrogé l’ARS (Agence régionale de Santé) en Bretagne, qui nous a répondu précisément :

Compte tenu de la progression de l’épidémie, le besoin en lits est effectivement important. L’objectif est que toute personne dans une situation grave puisse trouver un lit et bénéficier des soins dont elle a besoin. Par conséquent, lorsqu’une région est sous tension, des transferts entre régions (et donc vers des régions moins touchées telles que la Bretagne), sont ainsi mis en place. Ces opérations de solidarité interrégionale sont élaborées de manière concertée avec le Ministère de la santé, les régions (ARS), les établissements de santé, le SAMU, les Préfectures…. afin d’optimiser les moyens à l’échelle régionale comme nationale, et d’augmenter les capacités en réanimation. Tout transfert se fait, bien entendu, en fonction des disponibilités des lits dans les régions et de la faisabilité des trajets pour les patients.

En outre, l’organisation de ces transferts permet d’éviter les transferts en urgence. Puisqu’ils sont planifiés, ils peuvent s’effectuer avec tout l’entourage de moyens et de personnels nécessaires à l’accompagnements des malades.

Par ailleurs, en Bretagne, nous surveillons de très près le nombre de patients en réanimation (exemple d’hier avec « -4 patients » en service de réanimation), d’autant plus qu’un séjour en réanimation des patients peut durer, en moyenne, sur certaines formes, au-delà de deux semaines.

Il est très probable que les services de réanimation soient largement mobilisés ces prochains jours, ou prochaines semaines. C’est pourquoi nous avons travaillé, en lien avec les établissements de santé, au déploiement de 200 lits de réanimation supplémentaires en région, en sus des 164 existants. Ainsi, hier (NDLR : samedi) nous étions à un total de 109 patients en service de réanimation, patients des TGV médicalisés compris, sur une capacité totale de 364 lits. La Bretagne peut donc, en effet, accueillir des patients d’autres régions.

Évidemment, tous les établissements sont concernés pour faire face à l’épidémie de Coronavirus, établissements publics comme établissements privés.

La Bretagne aide et aidera, par principe de solidarité nationale, les régions qui vont être en forte tension au cours des prochains jours, tant que nos capacités nous le permettront.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Mutants, variants, recombinants, médicaments : L’ARN polymérase du SARS-CoV-2 au centre des débats

Mutants, variants, recombinants, médicaments : L’ARN polymérase du SARS-CoV-2 au centre des débats Avec Bruno Canard, Directeur de Recherche CNRS - AFMB Campus de Luminy. https://www.youtube.com/watch?v=2TgfYYJMQow Crédit...

Covid-19 à Nantes : l’ARS pas trop stressée par le variant sud-africain

Trois premiers cas du variant sud-africain du covid-19 viennent d’être détectés en Irlande du Nord. Robin Swan, ministre de la santé, est intervenu à...

Dr Gérald Kierzek : « Il faut sortir de cette hystérie sanitaire et politique »

Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'Hôtel Dieu, Directeur médical de Doctissimo et auteur de "Coronavirus, comment se protéger?", était l'invité de Sud Radio https://www.youtube.com/watch?v=PGYHmiZFLK8 Face à...

Covid-19 en Loire-Atlantique : l’Agence régionale de santé ne dit pas tout

Breizh-info a signalé le 6 février l’opacité des statistiques de l’Agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire concernant la présence du...