Crise économique. Les assureurs ne veulent pas couvrir les pertes d’exploitation

C’est un coup de massue pour les entrepreneurs, en proie à des pertes lourdes d’exploitation mettant en danger la vie de leurs entreprises, notamment pour les PME. Les assureurs, qui ne cessent toute l’année d’appâter les clients pour remplir leurs portefeuilles d’assurés, se désolidarisent de ces derniers, une fois la crise économique déclenchée.

Florence Lustman, la présidente de la Fédération française de l’assurance (FFA) l’a affirmé dans entretien au Figaro : « les pertes d’exploitation liées à la pandémie se chiffrent à près de 60 milliards, c’est-à-dire plus que les fonds propres des assureurs non-vie ». Indemniser ces pertes « reviendrait à mettre le secteur de l’assurance à terre. Personne n’a intérêt à ce que cela se produise. Nous ne pouvons pas mettre en péril l’argent que les Français nous ont confié, il s’agit en grande partie de leur épargne », explique-t-elle, tout en plaidant « les limites de notre métier ».

Pas de geste pour les primes auto

Le fonds de solidarité pour les indépendants et les très petites entreprises est abondé à hauteur de 200 millions d’euros par les assureurs. Ces derniers pourraient revoir leur enveloppe à la hausse. En revanche, les automobilistes ne devront pas attendre de geste global pour le remboursement d’une partie des primes auto : « Toutes les compagnies d’assurance ne seront pas en capacité de rendre l’argent des primes auto car elles devront faire face à une hausse des sinistres dans d’autres branches », explique la présidente de la FAA.

La crise économique qui arrive va être terrible, et pour le moment, le Gouvernement distribue de l’argent dans tous les sens sans que l’on sache vraiment qui va payer (les générations à venir ?), tandis que ceux qui étaient censés assurer les arrières des cotisants, déclinent toute responsabilité…

Une question : A quoi est-ce que cela sert dès lors, pour un entrepreneur, de cotiser tous les mois pour une assurance qui, le jour où une crise pointe le bout de son nez, l’abandonne ?

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !