Scandale en banlieue : Les policiers en colère diffusent l’enregistrement de l’ordre reçu d’éviter toute confrontation avec les émeutiers

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

C’est un véritable scandale d’État qui va dans le sens du rôle d’assistante sociale endossé par Christophe Castaner concernant les banlieues, tel qu’il l’a fait ressentir dans son intervention chez Bourdin hier.  Les policiers ont reçu l’ordre d’éviter toute confrontation avec les émeutiers qui attaquent, brûlent, pillent dans les quartiers.

Ecoutez la vidéo ci-dessous, elle parle d’elle-même.

A faire écouter aux policiers et aux gendarmes qui vous demanderont votre autorisation de sortie et voudront vous verbaliser pour un oui ou pour un non. Une telle vidéo, dans un pays sain d’esprit, devrait entraîner la démission immédiate (et des sanctions) pour le ministre de l’Intérieur, il n’en est bien évidemment rien, et la presse mainstream le soutient et le protège.

Un ministre de l’Intérieur, qui, interrogé par des sénateurs a certifié (et donc menti) dès mercredi : «Il n’y a pas de quartiers dans lesquels nos forces n’interviendraient pas.» Sans «disposer d’aucune statistique» sur les quartiers, le ministre de l’Intérieur a cité en exemple «Marseille, où, chaque soir, les services dressent 300 procès-verbaux pour infraction aux règles de confinement, dont les deux tiers dans les cités», ou encore «la Seine-Saint-Denis, où, chaque soir encore, trois opérations sont coordonnées dans les cités sensibles avec des moyens aériens».

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Monusco Photos)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...