C’est un véritable scandale d’État qui va dans le sens du rôle d’assistante sociale endossé par Christophe Castaner concernant les banlieues, tel qu’il l’a fait ressentir dans son intervention chez Bourdin hier.  Les policiers ont reçu l’ordre d’éviter toute confrontation avec les émeutiers qui attaquent, brûlent, pillent dans les quartiers.

Ecoutez la vidéo ci-dessous, elle parle d’elle-même.

A faire écouter aux policiers et aux gendarmes qui vous demanderont votre autorisation de sortie et voudront vous verbaliser pour un oui ou pour un non. Une telle vidéo, dans un pays sain d’esprit, devrait entraîner la démission immédiate (et des sanctions) pour le ministre de l’Intérieur, il n’en est bien évidemment rien, et la presse mainstream le soutient et le protège.

Un ministre de l’Intérieur, qui, interrogé par des sénateurs a certifié (et donc menti) dès mercredi : «Il n’y a pas de quartiers dans lesquels nos forces n’interviendraient pas.» Sans «disposer d’aucune statistique» sur les quartiers, le ministre de l’Intérieur a cité en exemple «Marseille, où, chaque soir, les services dressent 300 procès-verbaux pour infraction aux règles de confinement, dont les deux tiers dans les cités», ou encore «la Seine-Saint-Denis, où, chaque soir encore, trois opérations sont coordonnées dans les cités sensibles avec des moyens aériens».

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Monusco Photos)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine