Violences urbaines à Limoges. Halte à la victimisation de la racaille ! [L’Agora]

A LA UNE

Armée. « Oui, de nouveau, la guerre civile couve en France et vous le savez parfaitement » : L’avertissement des militaires d’active aux autorités...

« Si nous ne pouvons pas, réglementairement, nous exprimer à visage découvert, il nous est tout aussi impossible de...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et...

Les 21 et 22 avril, « Beaubreuil » et « Bastide », deux quartiers de Limoges historiquement réputés pour abriter d’intenses trafics de stupéfiants, ont été le théâtre d’émeutes urbaines que la pudeur médiatique a qualifié de « faits divers ».

Dans cette droite ligne, on s’étonnera à peine des précautions de langage euphémiques et néologiques employées par la presse :

    • « incidents » pour faire référence aux destructions de biens publics et privés (dont l’annexe de la Mairie !),
    • « jeunes » pour parler de délinquants,
    • « quartiers sensibles » pour mentionner des zones de non-droit,
    • « Échauffourées » pour décrire d’une scène de guérilla urbaine,
    • « partie de cache-cache » pour définir le travail de maintien de l’ordre des policiers,
    • « perturbateurs » pour désigner les membres d’une faction séditieuse.

Tout comme de la sélection des témoignages qui parlent « d’un papa d’une quarantaine d’années » pour décrire un tunisien en situation irrégulière, drogué, en état d’ivresse sur la voie publique en totale violation des règles de confinement, auteur de jets de pierre et de violences contre les forces de l’ordre, outrancier à leur encontre et déjà connu des services de police.
Bref, un enfant de cœur !

Mais le paroxysme de l’inversion des valeurs réside dans le fait qu’on focalise l’attention sur les conditions dans lesquelles a eu lieu l’interpellation.
Au mépris de toute présomption d’innocence et avant même que soient rendues les conclusions de l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) relatives au respect des Gestes Techniques Professionnels en Intervention (GTPI), les ayatollahs de la victimisation et de la stigmatisation hurlent à la bavure policière, sur fond de relents de haine anti-flics.

Comment ne pas s’indigner quand les « Jeunes socialistes 87 » intitulent leur communiqué de presse « Violences policières à Limoges »?
Comment ne pas voir dans le compte Twitter « Islam et Info » une récupération à dessein communautariste lorsqu’on fait le lien entre des « jeunes de quartiers de minorités musulmane » et de « nombreuses exactions policières xénophobes impunies »?
Comment ne pas être scandalisé quand le blog d’extrême gauche « La Bogue » dénigre les forces de l’ordre, titre son article « Nous sommes en guerre contre la police », indique qu’il n’appellera « pas au calme » et qu’il espère « que le mouvement prenne de l’ampleur et se propage partout ! » ?

Mais, face aux situations subies par les forces de l’ordre (incitations à la haine, provocations, menaces, insultes, agressions….), le plus déconcertant est l’aveu de faiblesse et d’impéritie émanant du Ministre de l’Intérieur. Pour masquer un manque criant d’effectif et un épuisement de celui-ci, il leur est demandé « d’éviter le contact, la confrontation avec les perturbateurs […] afin d’éviter tout blessé parmi les forces de l’ordre ou les perturbateurs ».

Quel message d’encouragement envoyé aux délinquants qui feront méticuleusement en sorte que chaque interpellation devienne un prétexte à un déferlement de haine renforcé par la déliquescence orchestrée de l’Etat !

Afin de rétablir l’ordre républicain sur tout le territoire national, un changement de paradigme s’impose. Il est grand temps de faire comprendre à la racaille, aux médias et au Gouvernement que la majorité silencieuse en a plus qu’assez de la culture de la repentance gauchiste, des postures de stigmatisation et de victimisation, de l’euphémisation infantilisante médiatique et surtout de la culture de l’excuse !

Les racailles doivent pouvoir être arrêtées, jugées, condamnées et suivre un bon cours de « pas d’amalgame » et de « vivre-ensemble » !

Mais plus que tout, la peur doit changer de camp !

Edwige Diaz. Conseillère régionale RN de Nouvelle-Aquitaine

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place. 

photo d’illustration
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cybersécurité. Quelles menaces pour les réseaux de distribution électrique ?

Les cyberattaques menacent aussi les réseaux de distribution électrique et les entreprises stratégiques du secteur de l'énergie. Avec de...

Ecosse. Après leur victoire aux élections, les nationalistes demandent un référendum sur l’indépendance

Lors des élections de la semaine dernière en Ecosse, le Scottish National Party (SNP) rate de peu la majorité...

Articles liés

Bataille culturelle. Booba, France Culture et le « Grand Remplacement » par le rap…

La radio France Culture déplore une chute drastique de son audience depuis quelques mois. La faute au Covid-19 selon certains, la faute à l'absence...

Corse. Lynchage à Bastia : des nationalistes dénoncent la « banlieurisation » venue des villes françaises [Vidéo]

Après la colère suscitée en Corse suite à la diffusion d'une vidéo montrant le lynchage d'un adolescent par six mineurs à Bastia, les nationalistes...

Témoignage. « La mixité sociale, c’est l’immigration imposée, l’instruction zéro, le porno à 12 ans, la drogue et la racaille »

Si l’on lit la définition qu’en fait Wikipédia, la mixité sociale consiste, en une zone géographique donnée, à permettre à des personnes issues de milieux...

Palavas-Les-Flots : Manifestation contre l’augmentation des violences et de la délinquance

Près de 400 personnes ont marché ce week-end dans les rues de Palavas pour dénoncer l’insécurité grandissante que connait la station balnéaire cet été,...