Le chômage partiel moins remboursé dès le mois de juin 2020

A LA UNE

Yves Mervin (Saint-Marcel, 1944) : « La Résistance en Bretagne raconte l’histoire qui lui convient » [Interview]

Nous avons évoqué il y a quelques semaines la sortie d'un livre remarqué, signé Yves Mervin, véritable empêcheur de...

Dissolution de Génération Identitaire. Le décret démoli point par point par un avocat

La dissolution de Génération Identitaire a été validée en conseil des ministres cette semaine. Les services juridiques de l'ONG...

Protocole sur le Brexit. Les accords du Vendredi Saint menacés en Irlande du Nord, l’UE met le feu aux poudres

La tension est à son comble en Irlande du Nord, et l’Union européenne est en train de mettre de...

Refaire un peuple. Julien Langella : « Pas de liberté sans communauté » [Interview]

Julien Langella, essayiste, co-fondateur de Génération identitaire et porte-parole d'Academia Christiana, vient de sortir un nouveau livre aux éditions...

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

La distribution d’argent public à tout rompre va se tarir début juin, et le chômage partiel sera impacté. Actuellement, le dispositif est pris en charge à 100% par l’État, jusqu’à un plafond de 4,5 SMIC et permet aux salariés de toucher 84% de leur salaire net.

Mais avec le déconfinement programmé à partir du 11 mai, les entreprises devront recommencer à payer.

En temps normal, en effet, lorsqu’une entreprise met ses équipes au chômage partiel, elle prend en partie en charge le salaire des employés concernés. Ce salaire baisse à 84% du salaire net dès lors qu’il dépasse le SMIC. Or, durant la crise sanitaire, l’État remboursait à 100% ce reste à charge, notamment parce que les entreprises ont été contraintes de fermer du fait de la mise en place du confinement.

« Il ne s’agit pas de revenir au système précédent, mais simplement d’augmenter le reste à charge pour les entreprises. Cela concernera toutes les demandes et pas uniquement celles faites à partir du 1er juin », a précisé le ministère du Travail. En somme, au lieu d’une prise en charge à 100% par l’État, le chômage partiel pourrait n’être pris en charge qu’à 70%, puis 50% et ainsi de suite.

Les discussions seront validées ce jeudi 30 avril 2020 entre le gouvernement et les partenaires sociaux et devraient concerner tous les salariés au chômage partiel…y compris ceux dans des entreprises qui ne peuvent pourtant pas réouvrir (comme les cafés, hôtels et restaurants….)

Geoffroy Roux de Bézieux, patron du Medef, a déclaré sur Twitter que « c’est une énorme source d’inquiétude pour les chefs d’entreprise terriblement éprouvés par la crise et donc la situation va rester précaire après, voire longtemps après le 1er juin. Ne gâchons pas les efforts faits jusqu’à maintenant ».

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

L’Afrique 2,5 milliards de voisins en 2050. 100 questions traitées par Stephen Smith et Jean De la Guérivière

Après « La ruée vers l'Europe », Stephen Smith récidive en compagnie du journaliste Jean De la Guérivière avec...

Reportage. Diabète, une addition salée

Comment mieux prendre en charge les patients atteints de diabète, une maladie chronique qui touche de plus en plus...
- Publicité -