Le chômage partiel moins remboursé dès le mois de juin 2020

A LA UNE

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Covid-19. Second pic épidémique planétaire 2020 franchi en 2ème quinzaine de novembre : l’hémisphère nord est le plus touché

Résumé de la situation  Au niveau planétaire, la contamination poursuit sa progression principalement en Europe et en Amérique du...

La distribution d’argent public à tout rompre va se tarir début juin, et le chômage partiel sera impacté. Actuellement, le dispositif est pris en charge à 100% par l’État, jusqu’à un plafond de 4,5 SMIC et permet aux salariés de toucher 84% de leur salaire net.

Mais avec le déconfinement programmé à partir du 11 mai, les entreprises devront recommencer à payer.

En temps normal, en effet, lorsqu’une entreprise met ses équipes au chômage partiel, elle prend en partie en charge le salaire des employés concernés. Ce salaire baisse à 84% du salaire net dès lors qu’il dépasse le SMIC. Or, durant la crise sanitaire, l’État remboursait à 100% ce reste à charge, notamment parce que les entreprises ont été contraintes de fermer du fait de la mise en place du confinement.

« Il ne s’agit pas de revenir au système précédent, mais simplement d’augmenter le reste à charge pour les entreprises. Cela concernera toutes les demandes et pas uniquement celles faites à partir du 1er juin », a précisé le ministère du Travail. En somme, au lieu d’une prise en charge à 100% par l’État, le chômage partiel pourrait n’être pris en charge qu’à 70%, puis 50% et ainsi de suite.

Les discussions seront validées ce jeudi 30 avril 2020 entre le gouvernement et les partenaires sociaux et devraient concerner tous les salariés au chômage partiel…y compris ceux dans des entreprises qui ne peuvent pourtant pas réouvrir (comme les cafés, hôtels et restaurants….)

Geoffroy Roux de Bézieux, patron du Medef, a déclaré sur Twitter que « c’est une énorme source d’inquiétude pour les chefs d’entreprise terriblement éprouvés par la crise et donc la situation va rester précaire après, voire longtemps après le 1er juin. Ne gâchons pas les efforts faits jusqu’à maintenant ».

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Natacha Polony s’interroge sur la léthargie des Français face aux « règles absurdes et normes tatillonnes »

« Règles absurdes et normes tatillonnes : mais quand est-ce qu’on se réveille ? » titrait le 25 novembre...

Cybersécurité. Ces mots de passe trop peu sûrs… et trop souvent utilisés

Beaucoup de personnes n'utilisent pas des mots de passe suffisamment sécurisés pour leurs activités en ligne. Mais quel a...