Le confinement imposé par les autorités, en France comme en Italie, n’empêche ni la solidarité, ni le souvenir. Ainsi, le 29 avril 2020 en soirée, pour commémorer le décès de Sergio Ramelli, assassiné par des militants antifascistes, le 13 mars 1975, des rockeurs italiens bien connus de la scène rock alternative lui ont rendu hommage, via un concert live réalisé « chacun chez soi » et diffusé en live sur Internet.

On retrouve donc les artistes Dario Bressan, Bronson, DDT, Mazzu (FVM) + Cervellin (Blitz) + Fante (DecimaBalder), Norberto (Malnatt), Sköll.

Une belle prouesse technologique pour se souvenir d’un militant victime de la terreur rouge communiste pendant les années de plomb en Italie. Mais revenons sur l’histoire de Sergio Ramelli :

En cette année 1975, à Milan, Sergio Ramelli était un jeune étudiant de 18 ans. Militant nationaliste au sein du Front de la Jeunesse (branche jeune du Mouvement Social Italien, MSI), il était connu comme tel dans son milieu scolaire, dans une époque de tension politique marquée par la violence d’extrême-gauche (l’année précédente, plusieurs militants italiens avaient été assassinés par les Brigades rouges).

Le 13 mars 1975, Sergio Ramelli rentre chez lui en fin de journée. Il a à peine le temps de garer son scooter, pas très loin de son immeuble, que plusieurs militants d’extrême gauche armés de clefs anglaises l’assaillent. Les coups pleuvent sur le jeune tombé à terre. Gravement touché à la tête, il est emmené à l’hôpital où, pendant plusieurs semaines, il lutte contre la mort.

Pendant son coma, les communistes ne se privent pas de commettre d’autres attaques violentes.

Et le 28 avril, ils apposent des graffitis hostiles sur l’habitation de la famille de Sergio Ramelli, ainsi qu’une affiche par laquelle ils menacent de mort le frère du jeune homme, s’il ne quitte pas l’endroit…
Le lendemain, 29 avril 1975, Sergio Ramelli rend l’âme.

Ses funérailles ont eu lieu dans l’église Saints-Nérée-et-Achille. Le cercueil est venu à l’église presque en secret, les autorités locales ayant interdit le cortège funèbre et les extrémistes de gauche ayant menacé d’utiliser des clés anglaises contre les participants… Un an plus tard, le 29 avril 1976 , alors qu’il se rendait à un service commémoratif organisé par le MSI à la mémoire de Ramelli, Enrico Pedenovi, 50 ans, membre du MSI Milan, est assassiné par un commando communiste qui ouvre le feu sur lui.

Depuis, chaque année, les nationalistes manifestent à Milan en mémoire de ces patriotes victimes de la haine rouge.

Ci-dessous, un film qui retrace cette tragique affaire : 

Un hommage lui a été rendu hier, au Sénat Italien, par un Sénateur de Fratelli d’Italia

Et ici, de Paola Frassinetti à la chambre des députés

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.