Brest. Deux immigrés en situation irrégulière arrêtés après l’agression armée d’un automobiliste

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Deux immigrés en situation irrégulière ont été arrêtés samedi 9 mai, à Brest, place de Strasbourg. Ces derniers auraient agressés le conducteur d’un véhicule, usant d’un pistolet à plomb et d’un couteau. Dépêchés sur les lieux, des policiers ont arrêtés les deux hommes, âgés de 25 et 23 ans, qui ont été placés en garde à vue.

Durant leur garde à vue, les policiers se sont aperçus que les deux agresseurs présumaient seraient également responsables d’une autre agression sur automobiliste, il y a deux mois cette fois-ci, à Brest toujours. Leur garde à vue a été prolongée. Reste à savoir si les deux hommes, doublement délinquants car n’ayant aucun droit à séjourner dans notre pays, seront expulsés afin de protéger les citoyens français de la menace qu’ils constituent.

A noter qu’à Brest toujours, les policiers sont intervenus dans le quartier de Bellevue appelé, politiquement correct oblige, « sensible », pour interpeller un homme de 40 ans, ivre, qui a frappé sa compagne, la balafrant avec une boite de conserve. Celle-ci a réussi à s’échapper et à se réfugier à l’hôpital d’Instruction des armées, avant que son agresseur ne tente de l’y rejoindre (se faisant interpeller dans la foulée). Il a été placé en garde à vue, et devra répondre de ses violences, mais également de relations sexuelles non consenties.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...