Une pétition contre la télésurveillance pendant les examens à l’université de Rennes 1

A LA UNE

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Un livre sur les trois épurations dans l’armée française entre 1940 et 1966 [Interview]

André Bourachot et Henri Ortholan sont deux officiers de l’armée de terre, un général en 2ème section et un...

Alors que l’université de Rennes 1 envisage un dispositif inédit pour organiser les examens de fin d’année à distance, la fédération des syndicats étudiants (FSE) de Rennes lance une pétition pour dénoncer la télésurveillance des étudiants, une pratique jugée « intrusive et liberticide ».

À l’heure où de nombreuses incertitudes règnent sur les modalités d’examen dans l’enseignement supérieur, l’université bretonne a décidé de miser sur la surveillance à distance des étudiant•es pour les examens de fin d’année. Un dispositif vivement critiqué dans cette pétition.

Selon le syndicat étudiant, le dispositif permettrait « à tout moment un contrôle aléatoire, avec, par caméra, un contrôle d’identité et un contrôle du lieu dans lequel on passe l’examen ».

Des conditions jugées aussi irréalistes en pratique par le syndicat étudiant qui rédige malheureusement dans un langage « inclusif », véritable répulsif, pour fédérer un mouvement de protestation de façon large : « Il est en effet irréaliste pour un.e étudiant.e de devoir être sur le qui-vive pendant tout un examen en cas de contrôle surprise et de devoir s’interrompre, le cas échéant, pour montrer son lieu d’étude et sa carte étudiante ».

Finalement, derrière ces critiques pratiques, la FSE Rennes rappelle que la surveillance à distance des étudiants qu’elle soit permanente ou momentanée « constitue une intrusion dans notre vie privée ».  Une question qui n’est pas sans faire écho au débat national sur le respect des libertés privées face aux traçage numérique pendant la crise sanitaire.

La pétition lancée le 7 mai réunit à l’heure actuelle plus de 800 signatures sur Change.org.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Natalité en crise : pas de baby-boom spécial Covid

Au sommaire : Actualités des parents : pas de baby-boom spécial Covid Consommation : anniversaire pour vos enfants, pourquoi...

Seule boxeuse professionnelle en Bretagne, elle rêve de décrocher un titre de championne de France

Seule boxeuse professionnelle en Bretagne, la guingampaise Sandra Morcet va enfin pouvoir disputer son combat pour le titre de...

Articles liés

Rennes. Une rentrée universitaire chamboulée

Les 30.000 étudiants de l'Université Rennes-1 ont fait leur rentrée. Un retour en cours dans un contexte sanitaire particulier. Crédit photo : DR (photo d’illustration)  Breizh-info.com,...

Mairie de Nantes la nuit : quand il y a une urgence, personne ne répond

Une automobile a bousculé hier quelques étals du marché de Talensac. La nuit précédente avait aussi été agitée. Vers 2h21 du matin, l’alarme incendie...

Une sixième caméra de télésurveillance détruite à Nantes

Du 26 novembre au 6 décembre, pas moins de cinq caméras de vidéo protection municipales ont été détruites à Nantes, sur 97. Une sixième...

Rennes. Des militants d’extrême gauche attaquent un syndicat de droite le jour des élections au CROUS

Mardi 27 novembre 2018, à Rennes, des militants d'extrême gauche ont attaqué un syndicat de droite le jour des élections au CROUS, menaçant physiquement...