Viols de jeunes filles de 12 ans. Trois membres d’un gang de Pakistanais toujours en liberté à Rochdale (Angleterre)

A LA UNE

Ivan Rioufol : « Le temps de la révolte est venu. » [Interview]

Journaliste, éditorialiste au Figaro et essayiste, Ivan Rioufol vient de publier Le Réveil des somnambules - Chronique d'une colère...

Entretien avec le chef de file des élus du Vlaams Belang au sein du Parlement flamand Chris Janssens.

Chris Janssens est député du parti nationaliste flamand de Belgique Vlaams Belang au sein du Parlement flamand, chef de...

Catherine Blein : « Dés que l’on s’exprime un peu hardiment, Marine Le Pen vous vire ou vous rabroue publiquement » [Interview]

Le 10 novembre prochain à 16h à la Cour d'appel de Rennes, se tiendra le procès en appel de...

Après l’attentat de Conflans. La victime, Samuel Paty, dans le collimateur de sa hiérarchie ?

Tout le monde sait maintenant que Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie décapité pour avoir montré des caricatures de Mahomet parues...

Professeur décapité : tué par un Tchétchène, Abdulakh Anzorov, mis à l’index par un prédicateur musulman

Un professeur d’histoire de 47 ans, Samuel Paty, a été égorgé et décapité ce vendredi 16 octobre à Conflans-sainte-Honorine...

Trois des membres du gang de Rochdale résident à nouveau dans la ville où ils ont violé des jeunes filles de 12 ans seulement. On sait que les hommes sont de retour dans la ville du Grand Manchester deux ans seulement après avoir été condamnés à une expulsion hors de Grande-Bretagne.

Les victimes de la bande de jeunes filles ont exprimé leur horreur après avoir appris que les hommes qui les hantaient étaient de retour sur le pas de leur porte, malgré le rejet par un juge de leurs appels contre la révocation de leur citoyenneté britannique.

La nouvelle a été révélée par le Mirror, à laquelle une des victimes du groupe a confié qu’elle se sentait « violée » par leur retour. L’un des hommes, Abdul Rauf, 51 ans, est père de cinq enfants, chauffeur de taxi et ancien enseignant dans une mosquée. Il a été condamné à six ans de prison pour esclavagisme et relations sexuelles avec une jeune fille de moins de 15 ans.

Un autre, Abdul Aziz, 49 ans, est père de trois enfants. Il a été condamné à neuf ans pour trafic et complot en vue d’avoir des relations sexuelles avec un enfant. Le troisième, Adil Khan, 50 ans, a été condamné à huit ans pour conspiration et trafic d’une jeune fille de 13 ans tombée enceinte.

Les trois hommes ont purgé leur peine de prison mais n’ont toujours pas été expulsés.

La nouvelle du retour de ces violeurs s’est répandue après que des images ont fait surface sur les médias sociaux, les habitants de la région de Rochdale partageant l’information avec leurs amis et leur famille. L’une des victimes du gang a déclaré au Mirror : « Je me sens violée de savoir qu’il vit près de chez moi, dans le même quartier où il chassait les filles comme moi. C’est une trahison totale des victimes de la prostitution qu’il soit autorisé à rester dans ce pays. »

En 2017, les hommes avaient fait appel contre les mesures prises par le gouvernement pour les priver de leur citoyenneté britannique. Mais en 2018, leurs demandes ont été rejetées pour tous les motifs par la haute cour de la Chambre d’immigration et d’asile.

La ministre de l’Intérieur de l’époque, Theresa May, a décidé en 2015 que les trois hommes – qui ont la double nationalité britannique et pakistanaise – devraient voir leur nom rayé de la liste des citoyens britanniques. Gerald Clifton, le juge qui les a emprisonnées au Crown Court de Liverpool en mai 2012, a déclaré que les victimes avaient été « violées avec insensibilité, brutalité et violence ».

Comme l’a révélé le Mail en juin 2019, quatre des membres du groupe vivaient toujours en Grande-Bretagne, sans aucun signe de préparation à une expulsion vers le Pakistan.

Pendant ce temps, des dissidents comme Tommy Robinson sont persécutés par les autorités pour avoir dénoncé les crimes de ces violeurs qui sévissent dans toute l’Angleterre, et dont une large partie appartient à des gangs de Pakistanais. En Angleterre comme dans une partie de l’Europe de l’Ouest, les autorités semblent faire de la non-discrimination et de la promotion du multiculturalisme une mission plus importante que celle, pourtant fondamentale, d’assurer la sécurité des citoyens de ces pays.

Source anglaise.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Les derniers articles

Professeur décapité : les vrais responsables [Vidéo]

Au programme du journal de TVLibertés du lundi 19 ocotobre, retour sur la décapitation du professeur à Conflans-Sainte-Honorine par...

Insolite. Un nouveau couvent ouvre ses portes près de Rennes

Pas courant, par les temps qui courent, un couvent ouvre ses portes près de Rennes. Enfin plutôt renaît car...

Nantes. Florian Le Teuff se voit négocier avec Macron…

Il n’y a pas que le drapeau breton à installer à l’hôtel de ville qui mobilise les militants bretons de Nantes. Il y a...

Nantes. Bagarre dans un kebab : cinq mois ferme et six mois avec sursis

L’enrichissement culturel dote nos faits divers, dans les pays occidentaux, de décapitations, de gangs de violeurs issus du sous-continent indien ou plus prosaïquement de...

Une troisième édition pour le Finistèreman Everial ?

Lancé en 2019 par Stan Thuret, le Finistèreman Everial c'est la rencontre entre le triathlon très longue distance et la course au large. Le...

La gouvernance globale contre les États [L’Agora]

On nomme souvent complotistes ceux qui affirment qu’une minorité active d’individus influence les politiques mondiales pour augmenter son pouvoir. Deux choses sont assez simples à...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -