Irlande du Nord. « L’avenir pourrait être vert, il pourrait être orange-vert, ou vert-orange… ce qu’il ne sera pas, c’est orange »

A LA UNE

Liam Kennedy est professeur émérite d’histoire à l’université Queen’s de Belfast. Son dernier livre s’intitule «Unhappy The Land » : The Most Oppressed People Ever, The Irish ? (Kildare : Merrion Press, 2015). Son livre Who Was Responsible For The Troubles ? The Northern Ireland Conflict, 1966-98 sera publié par McGill-Queen’s University Press en septembre.

Nous vous proposons ci-dessous la traduction d’un de ses articles paru sur le Belfast Telegraph au sujet de l’avenir de l’Irlande du Nord :

Certains disent que le monde est divisé entre les optimistes et les pessimistes. Dans le petit monde de l’Irlande du Nord, nous nous retrouvons divisés entre nationalistes et unionistes. Certains disent que les nationalistes sont les optimistes et les unionistes les pessimistes. Il existe des preuves anecdotiques de ce fait.

Qui oubliera la déclaration alarmiste du DUP après la signature de l’accord anglo-irlandais selon laquelle l’Irlande du Nord allait sortir de l’Union ? C’était il y a un quart de siècle.

Une prédiction tout aussi stupide des républicains était que le 100ème anniversaire du soulèvement de Pâques en 2016 serait célébré avec une Irlande unie.

Si les vœux des républicains et les appréhensions apocalyptiques des loyalistes étaient loin d’être réalisés, il serait intrigant de remonter à la source de ces fantasmes.

Peut-être la réponse remonte-t-elle à des cultures religieuses différentes et donc à des interprétations différentes.

Permettez-moi, peut-être de manière tout aussi cavalière, de faire mes propres prédictions sur l’avenir de l’Irlande du Nord. Mais je veux me protéger en esquissant deux scénarios situés aux extrémités opposées du spectre politique.

Le premier scénario est le triomphe du Sinn Féin et l’aube d’une Irlande unie. Les raisons de prévoir cela — et peut-être de justifier un pari chez les bookmakers — pourraient se présenter comme suit.

Le Sinn Féin est la force politique la plus passionnée, la plus impitoyable et la mieux dotée en ressources sur l’île d’Irlande. Ses représentants sont dirigés par un groupe restreint de vétérans de l’époque de la « lutte armée », ils sont principalement situés à Belfast et ont fait leur apprentissage politique dans la prison du Maze. Ces vétérans ont pu être, à un moment ou un autre, membres du conseil militaire de l’IRA.

Pour eux, la politique est la continuité de la guerre, menée par d’autres moyens et les controverses autour des marches orangistes, de la langue irlandaise, du Brexit et même de la crise actuelle sont accueillies comme des occasions de substituer une forme de conflit à un autre. Le réflexe républicain est la lutte. Une lutte menant à la défaite des unionistes, à la baisse de leur moral, et finalement à une odeur de victoire anticipée.

Les notions de compromis entrent rarement dans le vocabulaire de ces frères ennemis. L’opposition unioniste à une Irlande unie doit être écrasée, mais de manière moins brutale que par le passé. Lors d’une réunion à Enniskillen en 2014, Gerry Adams a parlé du « cheval de Troie » de l’égalité, qui pourrait être utilisé pour « briser ces bâtards ». Il a ensuite précisé qu’il ne faisait pas référence à tous les unionistes, mais seulement aux extrémistes.

Ce sens de la realpolitik dicte un combat total, en s’appuyant d’abord et avant tout sur la population catholique.

L’une des dispositions de l’accord de Belfast (accords du Vendredi saint) est que si le secrétaire d’État estime probable qu’à un moment donné, une majorité d’électeurs d’Irlande du Nord souhaite « cesser de faire partie du Royaume-Uni et faire partie d’une Irlande unie », il est alors tenu d’organiser un tel scrutin et de donner expression à ces souhaits.

Le trait caractéristique du républicanisme, qui consistait à unir « catholiques, protestants et dissidents », a été largement écarté. La dynamique démographique — avec les catholiques qui vont devenir plus nombreux que les protestants — parlera à l’avenir.

Certains républicains pourraient aller un peu plus loin et voir l’intérêt d’accroître la pression sur les protestants en rendant l’environnement social et culturel de l’Irlande du Nord aussi inconfortable que possible pour les unionistes en vue de promouvoir l’émigration des protestants (il y a plusieurs décennies, les protestants espéraient la même chose des catholiques vers la République d’Irlande).

Certains événements extérieurs, tels que l’indépendance de l’Écosse, pourraient accélérer ce qui semble inévitable. De même, si l’économie de la République devançait celle de la Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord dans un monde post-Brexit, cela accentuerait ce sentiment. Avec l’alignement de tant de planètes, l’arrivée du jour de l’unité irlandaise, d’une manière ou d’une autre, semble être une fin plausible.

Un scénario alternatif pourrait poser un avenir très différent. Une caractéristique frappante des récentes élections en Irlande du Nord a été le renforcement du terrain d’entente. Le plus grand parti du centre est l’Alliance. Lors des élections européennes de l’année dernière, l’Alliance a augmenté sa part de vote de 160 % par rapport à sa précédente sortie en 2014.

Lors des dernières élections générales britanniques de décembre 2019, l’Alliance a plus que doublé sa part de vote par rapport aux précédentes élections générales de 2017. Seule une petite minorité de ses membres est favorable à l’unité irlandaise. Le SDLP a également regagné du terrain électoral. Certains commentateurs discernent un mouvement qui s’éloigne des extrêmes orange (unionistes) et vert (républicains).

Mais ce n’est pas tout. Selon l’enquête du Northern Ireland Life and Times pour 2018, 50 % des personnes interrogées se sont décrites comme n’étant ni unionistes, ni nationalistes. Ce résultat était plus prononcé chez les femmes et les groupes d’âge plus jeunes. Dans le sous-groupe des catholiques, près de la moitié (48 %) ne se sont pas qualifiés d’unionistes ou de nationalistes.

Ces tendances vont à l’encontre de l’argument démographique brut. La position des électeurs catholiques pro-Union, pourrait-on ajouter, est atténuée par les subventions de Westminster, un secteur public important, des lois anti-discrimination vigoureuses et d’autres mesures qui protègent les individus et les minorités. Des doutes peuvent également être exprimés de l’autre côté de la frontière, ce qui laisse entendre que le gouvernement décentralisé au Royaume-Uni pourrait avoir un avenir à long terme.

Tant que le nationalisme du Nord portera le masque du Sinn Féin, il est peu probable qu’il soit attrayant pour un grand nombre d’électeurs du Sud. Les dirigeants du Fine Gael et du Fianna Fail, respectivement Leo Varadkar et Micheal Martin, se sont opposés à l’idée d’accepter une majorité simple — 50 % plus un — pour l’unité irlandaise.

Le régime majoritaire dans le nord n’a pas très bien fonctionné dans le passé et il est peu probable qu’il fonctionne beaucoup mieux à l’avenir, simplement parce que la botte change de pied. Un certain consensus intercommunautaire serait donc nécessaire. Prendre en charge la subvention annuelle de 10 milliards de livres de Westminster pour soutenir le niveau de vie dans le nord, que ce soit en totalité ou en partie, pourrait être considérable pour les contribuables de la République.

Les coûts de sécurité supplémentaires pour l’armée et la police irlandaise — et peut-être des conditions de travail désagréables — pourraient également peser dans la balance. Comme la plupart des jours en Irlande, l’avenir semble loin d’être réglé. L’horizon lointain pourrait être vert, vert orangé ou orange-vert, ou un nouveau composé coloré préparé par Dublin et Londres. Il ne sera certainement pas orange.

Il se peut même que l’avenir appartienne à ceux qui sont les mieux adaptés pour vivre dans l’incertitude constitutionnelle.

Liam Kennedy

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Documentaire CNews : « Éric Zemmour, le dynamiteur »

Documentaire CNews : « Éric Zemmour, le dynamiteur » https://www.dailymotion.com/video/x8601lb Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de...

Dans les cités de Marseille avec Stéphane Ravier

Marseille, le Pastis, le vieux-port, la culture, la cuisine, la pétanque... Oui, mais pas que. Parce que Marseille c'est aussi...

Articles liés