Et si vous donniez un coup de pouce aux moines du Barroux ? 3 000 (bonnes) bouteilles de vin à vendre

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Les moines bénédictins de l’abbaye du Barroux, en Provence, ne sont pas épargnés économiquement par les difficultés du confinement ! D’abord, leur produit phare, le vin (si important dans la vie de Jésus), est distribué en majorité chez des restaurants et cavistes qui sont encore… fermés ! Et ensuite, en plus d’une période liturgique très forte, la période de Pâques marque pour les moines un afflux important de visiteurs et d’amis qui ne manquent pas de passer par la boutique de l’abbaye ! Ces deux facteurs font que leurs ventes de vins sont presque à 0 en cette période, ce qui secoue la situation économique de leur projet viticole « Via Caritatis ».

Et si nous leur donnions un coup de main pour écouler 3 000 bouteilles d’ici lundi minuit ? On vous présente toute cette opération exceptionnelle et vous présente ici le formidable projet Via Caritatis, issu d’un des vignobles les plus vieux de France…

L’histoire mouvementée des vins du Ventoux

Toute l’histoire de la viticulture monastique commence à l’origine en l’an 480 en Italie centrale. C’est là, à Nursie, que naît saint Benoît. En fondant un nouvel ordre monastique basé sur le travail (notamment agricole) et la prière, saint Benoît bouleverse l’agriculture européenne ravagée à cette époque par les invasions barbares. L’Europe se parsème donc de monastères remplis de moines qui défrichent, plantent et cultivent. La vigne ne fait pas exception et devient même un travail particulièrement apprécié des moines : le vin sert aussi bien pour la messe que pour la consommation. En effet, la règle de saint Benoît autorise une hémine de vin (environ 27cL) par moine et par jour ! Le vin a donc une grande importance dans la vie bénédictine et l’histoire de l’ordre est très liée à celle de la vigne.

Mais revenons à nos moutons et faisons un bond en avant dans le temps jusqu’au début du XIVe siècle ! Le pape Clément V (originaire de Bordeaux, il planta le vignoble du Pape-Clément à Pessac et celui de Châteauneuf-du-Pape) fait planter de la vigne sur les pentes du mont Ventoux et en confie la gestion… à des bénédictins !

Un moine bénédictin au travail dans la vigne du Barroux

Cependant, le temps ne joue pas en la faveur des vins du Ventoux et deux événements vont particulièrement leur nuire. D’abord, en 1418, après une période trouble pour l’Église, le dernier pape d’Avignon est destitué et part de la ville avec sa cour. Les vignerons du Ventoux perdent alors leurs plus gros clients ! Ensuite, crise commune à une grande partie de l’Europe : c’est le Phylloxéra (un insecte ravageur) au XIXe siècle. Quasiment tout le vignoble est alors décimé !

Pour autant, les vignerons du Ventoux ne se laissent pas abattre ! En 1933, des caves sont ainsi créées spécifiquement pour les vins du Ventoux et, quarante ans plus tard, l’appellation « Ventoux » est créée. Le vignoble renaît de ses cendres !

Néanmoins, les vins du Ventoux sont peu connus et peu valorisés en ce début/milieu du XXe siècle. Afin d’augmenter la qualité de leurs vins, certains vignerons adoptent un cahier des charges supplémentaire. Parmi les nouveautés apportées par la charte, la densité du vignoble est augmentée (7 500 pieds par hectares) et les vignerons élèvent des bancaous, terrasses traditionnelles de la région. Ce type de procédés permet d’obtenir des vins de garde, permettant une bonne aptitude au vieillissement. Malheureusement, ce travail demande du temps et l’appellation Ventoux ne gagne que doucement en notoriété. Les viticulteurs ont alors toutes les peines du monde à boucler leur budget…

Le projet Via Caritatis : les moines et les vignerons du Ventoux travaillent main dans la main pour mettre en valeur leur magnifique terroir

Le retour des bénédictins et la naissance de Via Caritatis

Laissons nos vignes du Ventoux de côté un instant, pour introduire ce qui nous intéresse : la naissance de la communauté du Barroux !

En 1980, des bénédictins, menés par Dom Gérard, arrivent en effet dans la région ! Les moines s’installent dans la commune du Barroux et des moniales, un peu plus tard, à Bédoin, juste à côté. Les sœurs occupent une ancienne ferme viticole et les moines et les moniales se mettent, du coup, à exploiter leurs vignes.

Au fil du temps et avec l’aide de voisins, la vigne commence à prendre forme et toutes ces petites grappes vont se faire vinifier à la cave de Beaumont dont un des moines fait partie des administrateurs. À peine arrivés, les bénédictins s’impliquent donc dans l’économie viticole locale !

Père O., moine bénédictin de l’abbaye du Barroux, présente à Divine Box la vigne au pied du mont Ventoux

Les moines ont rapidement la volonté de produire un vin haut de gamme ! Plusieurs personnalités du monde du vin vont alors les aider à tirer le meilleur de leur terroir. Pour cela, ils s’engagent notamment à produire en bio et en effectuant la majeure partie de leur travail à la main.

En 2011, les bénédictins adoptent le cahier des charges supplémentaire des vignerons et élèvent à leur tour des bancaous ! C’est un travail harassant, certaines peuvent mesurer plus de 6 mètres de haut ! Les vignerons, qui en font déjà depuis quelques années, viennent leur prêter main forte. Et leurs efforts sont récompensés avec des vins toujours mieux récoltés et vinifiés ! Mais 2015 marque un tournant : avec les vendanges qui sont un succès, l’idée est venue aux moines de créer une nouvelle gamme de vin qui allierait le savoir-faire des vignerons et la sagesse des moines. Le projet « Via Caritatis » (voie de la charité) est né !

Moines pendant les vendanges.

Ce projet « Via Caritatis » rend hommage à la charité qui a été à la clef de toutes les étapes du processus. Il unifie ainsi le savoir des vignerons à la sagesse des moines et des moniales, tout en unissant leurs forces pour mieux répartir leurs coûts. Financièrement, tout le monde s’y retrouve mieux, et cela permet de créer de la valeur pour la région. Gagnant gagnant !

Vente exceptionnelle : aidons les frères à écouler 3 000 bouteilles d’ici lundi minuit !

La viticulture est une ressource économique majeure de l’abbaye du Barroux. Mais à cause du covid, les débouchés principaux (restaurateurs et cavistes) sont à l’arrêt. Donnons aux moines un coup de pouce pour écouler 3 000 bouteilles d’ici lundi minuit ?

Plusieurs vins sont disponibles pour cette vente spéciale, en caisse de 6 :

  • 2 vins rosés,

  • 3 vins blancs,

  • 3 vins rouges.

Détails et précommandes : https://divinebox.fr/operation-vin-abbaye-barroux/ (livraison 1ère semaine de juin !)

Et pour diffuser l’info rapidement autour de vous, cliquez sur ce lien Whatsapp (message modifiable avant envoi), et envoyez-le à 4-5 personnes de votre entourage !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Ar ravoù berzet er Morbihan

D'ar merc'her 12 a viz mae ez eus bet embannet ur skrid-embann gant prefed ar Morbihan evit difenn strizh...

« N’y va pas». Lettre ouverte à Éric Zemmour [ L’Agora]

Cher Camarade, C’est comme ton Grand Ancien, puisque tu es sorti de la rue Saint-Guillaume promotion 1979 (SP) et moi...

Articles liés