Une étude réalisée par des chercheurs bulgares, de l’université de Sofia, préconise de se fouetter la fesse droite deux fois par jour à cloche-pied pendant le déconfinement.

Et la santé surtout !

L’étude, réalisée à partir de 126 cas de déconfinis qui se sont mis à cette pratique qui remplacerait le fait de se donner le coude ou le pied pour se dire bonjour, aurait un effet bénéfique sur la santé mentale. D’ailleurs, une étude somalienne, réalisée quant à elle sur 87 patients et 13 éléphants, aboutit plus ou moins à la même conclusion.

« Il s’agit d’une avancée possiblement majeure dans la recherche du bien être en cette période de déconfinement » confie le professeur Cassecouillov. « Rien de plus vivifiant qu’une bonne fessée, deux fois par jour, en sautant, pour se sentir mieux ».

Si ces préconisations étaient suivies par les différents États multipliant actuellement les mesures « pour la bonne santé des citoyens », gageons qu’elle devrait plaire à la majorité de la population.

En effet, après le nouveau catéchisme de « la marche dynamique sur les plages » (attention à ceux qui voudraient ramasser du sable ou des coquillages, la police les surveille) du masque pas utile mais devenu nécessaire (y compris en solo dans sa voiture) et qui permet aux gens le portant de regarder ceux qui ne le portent pas comme si il s’agissait de criminels, quoi de mieux qu’une bonne fessée pour se remettre les idées en place ?

Le ministère de la Santé aurait déjà commandé 70 millions de fouets, arrivée prévue en 2044. Il devrait toutefois être possible d’obtenir le précieux sésame avant, grâce à l’astuce d’entrepreneurs, qui ont téléphoné à des fournisseurs, les ont payé, et vont recevoir leurs commandes dans les prochains jours.

Un geste citoyen

Nos chercheurs bulgares devraient par ailleurs rendre des conclusions prochainement concernant les compétitions sportives, pour connaitre l’impact réel du toucher de coude pour célébrer un but au nom de la lutte anti coronavirus (quand dans le même temps, le marquage à la culotte et les murs sur un coup franc eux, ne posent aucun problème de distanciation…).

D’après les premiers éléments en notre possession, cette nouvelle mesure aurait été acceptée avec joie par la majorité des sondés en France notamment. « On doit tous s’impliquer dans l’auto fessée deux fois par jour » nous indique une prof de gymnastique sur Youtube devenue la star des réseaux sociaux pendant le confinement. « C’est un geste citoyen, mais n’oubliez pas de vous laver les mains avec du gel pendant 14 minutes ensuite, on est jamais assez prudent » nous confie sur un ton moraliste qui séduit dans les foules actuellement, celle qui se dit « fier de pouvoir rendre service aux autres ».

Une fierté prochainement récompensée, puisque notre Youtubeuse,  a été récemment citée en exemple par Siconne Ndouille, au nom de la lutte contre les fake news et contre la haine, et devrait recevoir le prix « Laetitia Mordmoi Le Crif » prochainement. « Nous avions déjà signalé en décembre que se fouetter deux fois par jour pouvait être bon pour le moral » indique Mme Ndouye. « Encore une fois, la France et les Français sont les précurseurs, les guides au niveau mondial, pour tirer tout le monde vers le haut, au nom de la bonne santé de l’humanité, dans la grande ligne du combat du Général de Gaulle il y a 80 ans ». 

On dirait presque Amen à Siconne, qui a en plus expliqué l’autre jour sur une chaine du service public avoir décidé de montrer l’exemple concernant la guerre sanitaire en cours, en obligeant ses enfants à rester dans leur emplacement de cour de récréation tracé à la craie, pour tout le weekend, histoire d’éviter déplacements et possibles contaminations. A cette heure, ses deux bambins étaient toujours en train d’attendre équipés de masques, de palmes, de tuba, d’un cahier et d’un style imbibé de gel hydroalcoolique…

Mais revenons en à nos moutons : notre professeur bulgare Cassecouillov, visiblement saoul comme un Polonais, finira après un énième verre par nous avouer que tout cela, toute cette étude, c’était du vent (sauf en Somalie où ils l’ont vraiment mené en mode Troposphère et découverte du siècle après avoir cru notre Bulgare national, ce qui le fait bien rire) . Monsieur Cassecouillov s’avère en effet n’être pas plus professeur que Siconne Ndouille n’est compétente.

Mais trop tard. L’étude a été victime de son succès, la vague est lancée, et dans les différentes métropoles de France, si à 20h, on applaudit les soignants, à 12h et à 17h, on se fouette les fesses tous en cœur en chantant « la danse des canards ».

« Parce que ça amène de la cohésion, et on en a bien besoin, tous ensemble, en respectant toutefois les gestes barrières » nous explique Chantal, 63 ans, membre  de la première heure dans sa ville de « La Brigade sanitaire des gestes barrières et de la fessée ». « Un engagement évident, nécessaire » nous explique-t-elle, d’un ton grave, presque ému.

Un engagement « pris après avoir entendu éternuer mon petit fils qui venait de passer l’après midi à barboter dans la piscine ». On comprend mieux.

« Pas de répit dans la guerre sanitaire » lâche-t-elle  avec un clin d’œil pour conclure cet entretien réalisé à l’occasion du « Fest-Noz par le cintre » tandis que son collègue, adjoint au maire de la commune nous offre « le verre de l’amitié ». « Mais attention, pas plus de deux verres hein, et en se lavant 8 fois les mains entre chaque » nous dit-il, avec l’air content de sa remarque citoyenne, le regard mi jovial, mi ahuri.

« Je suis cocu mais, content » 

Jean Peuxplus Des Moutons

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place. 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine