Viols et gangs pakistanais au Royaume-Uni. Le gouvernement reconnaît qu’ils ont été protégés par le politiquement correct

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Le gouvernement reconnaît enfin que des gangs pakistanais ont été protégés par le politiquement correct durant des années alors qu’ils multipliaient les viols et les trafics de jeunes femmes, majoritairement blanches, dans de nombreuses villes, notamment dans le nord de l’Angleterre.

De Telford à Rotheram, en passant par Rochdale (et combien d’autres affaires encore non révélées), elles sont nombreuses ces affaires sordides de véritables traites des blanches outre-Manche. Des traites qui ont mené en prison certains dissidents, comme Tommy Robinson, alors qu’ils ne faisaient que dénoncer l’inaction, le silence des autorités.

Voici ci-dessous ce que l’on peut désormais lire sur le site du gouvernement britannique :

Le ministre de l’Intérieur britannique annonce la prochaine publication d’un document visant à éclaircir les circonstances qui ont permis à des gangs de se livrer à des actes d’exploitation sexuelle sur des milliers de jeunes filles britanniques et visera à rendre justice aux victimes.

Ce travail, commandé par le précédent ministre de l’Intérieur, permettra de mieux cerner l’ampleur et la nature de ces actes criminels sur mineures. Il n’occultera ni les « caractéristiques » de ces délinquants, ni celles des victimes, et détaillera le contexte dans lequel ces crimes ont pu être commis.

Priti Patel, ministre de l’Intérieur :

« Des mineures, parmi les victimes d’abus sexuels de la part de ces gangs nauséabonds, m’ont expliqué comment l’État avait fermé les yeux au nom du “politiquement correct”.
Ce qui est arrivé à ces enfants est une des plus grandes hontes portant sur la conscience de notre pays.
Je suis déterminée à rendre justice aux victimes et à faire en sorte que cela ne se reproduise plus jamais. »

En septembre dernier, le gouvernement a annoncé qu’une dotation complémentaire de 33,5 millions de livres sterling serait accordée pour poursuivre la lutte contre ces odieux délinquants, protéger les victimes, et les aider à reconstruire leur vie.

Le site internet du gouvernement anglais.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...