Des associations réclament une prolongation d’un an de l’indemnisation des chômeurs

A LA UNE

Jean-Yves Le Gallou : « La France : encore une démocratie ou en voie avancée de dictature ? » [Interview]

Jean-Yves le Gallou, animateur de l'émission I-Média et entre autres fonctions président de la Fondation Polémia, vient de sortir...

Philippe-Joseph Salazar (Suprémacistes) : « Avec Charlottesville, l’internationale blanche a pris ses marques » [Interview]

Nous vous avons présenté samedi un excellent livre baptisé « Suprémacistes », l'enquête mondiale chez les gourous de la...

Romain Petitjean (Institut Iliade) : « Nous formons des jeunes gens pour qu’ils deviennent des éveilleurs de peuple » [Interview]

Nous vous avons rendu compte cette semaine des travaux qui se sont déroulés lors du colloque de l'Institut Iliade,...

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Des associations souhaitent la prolongation sur un an de l’ensemble des droits des chômeurs face à la crise économique causée par le Covid-19.

Des associations de chômeurs réclament une « année blanche »

Une « année blanche » pour les chômeurs, c’est ce que demandent plusieurs associations de chômeurs et de précaires français pour éviter ce qu’ils appellent une « catastrophe sanitaire et sociale » dans un courrier adressé au gouvernement. Parmi les signataires de la missive rédigée le 19 mai, se trouvent notamment AC ! (Agir ensemble contre le chômage et la précarité), le collectif national des travailleurs privés d’emploi et précaires (MNCP), le syndicat SNU Pôle emploi ou encore le collectif des précaires hôtellerie-restauration événementiel (CPHR).

La quinzaine d’associations, de syndicats et de collectifs tente ainsi d’alerter sur « la catastrophe qui est en train d’arriver ». Et de préciser aux destinataires du courrier qu’il est « indispensable que vous l’entendiez et preniez ces mesures d’urgence ».

La problématique de la radiation soulevée

Si ces différentes entités réclament une « année blanche », à savoir « la prolongation sur un an de l’ensemble des droits des chômeurs », la requête est motivée par le fait que « des milliers de contractuel-les à durée déterminée ou en CDD d’usage, de vacataires, d’intérimaires, d’intermittents et d’intermittentes de l’emploi ont vu leurs missions arrêtées ou non renouvelées et ne les verront pas reconduire ».

Les associations en question expliquent que « des secteurs entiers de l’économie – hôtellerie, restauration, culture, tourisme, sports… – sont déjà à l’arrêt sans savoir dans quel délai et quelles proportions ils pourront reprendre leur activité. » Les défenseurs des chômeurs déplorent que les « travailleurs précaires », lesquels « ne vivent ordinairement que de leur travail », n’ont pas bénéficié de « mesures de protection exceptionnelles pendant le confinement » et n’ont alors survécu « que grâce à la solidarité alimentaire organisée par les citoyens, citoyennes et les mairies ».

Allocations chômage : quelle réponse du gouvernement ?

Outre la demande de non-radiation durant un an, la lettre adressée également à Emmanuel Macron souhaite l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage dont le deuxième volet a été reporté du 1er avril au 1er septembre 2020. Un volet qui prévoit notamment de durcir le calcul de l’allocation pour les « travailleurs précaires ».

De son côté, le gouvernement entend mener une réflexion « pour adapter rapidement » les modalités d’indemnisation chômage « au-delà des mesures de prolongation de droits déjà prises » tandis que les intermittents du spectacle se sont déjà vus promettre quant à eux une prolongation de leurs droits d’une année, jusqu’en août 2021.

L’exécutif va donc avoir plusieurs dossiers brûlants à gérer au cours des prochaines semaines car, outre l’indemnisation des chômeurs, le sujet du chômage partiel est lui aussi d’actualité. Comment va se passer la réduction progressive de la participation de l’État dans le dispositif à partir du 1er juin tandis que 12,2 millions de salariés ont été touchés par ce chômage partiel ?

AK

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Covid-19 : bientôt la révolte ?

Au sommaire de l’actualité de ce soir, retour sur les dernières décisions du gouvernement relatives au Covid-19. Alors que...

Comment se protéger de l’Insécurité ? Avec Pascal Tenand

Responsable d'une entreprise de sécurité (et de la boutique Kamouflages.com), Pascal Tenand cherche à apporter des réponses pratiques aux...

Agnès Thill : « Ce gouvernement place tout le monde dans une société binaire »

Agnès Thill, Députée de la deuxième circonscription de l’Oise, auteur de “Tu n’es pas des nôtres” Ed L’ Artilleur était l'invité d'André Bercoff. Elevée en...

Penmarc’h. Elliott murphy trio en concert vendredi 2 octobre

Songwriter inspiré, poète, romancier, comédien, compagnon des Springsteen, Phil Collins ou Billy Joel, Elliott Murphy chronique notre société avec un talent d’écriture rare qu’il...

Islamiste, violences en France. Eric Zemmour face à Alain Bauer

Face à l'Info du 25/09/2020 : Christine Kelly animait un débat entre Éric Zemmour et le professeur de criminologie Alain Bauer dans #Facealinfo sur...

Le Stade Rennais en tête de Ligue 1, défaites de Nantes et Brest, Lorient stagne

Le Stade Rennais poursuit sa chevauchée en tête de Ligue 1 après une correction infligée à Saint-Etienne, sur la pelouse des Verts (0-3). De leurs...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -