Des associations réclament une prolongation d’un an de l’indemnisation des chômeurs

A LA UNE

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

Des associations souhaitent la prolongation sur un an de l’ensemble des droits des chômeurs face à la crise économique causée par le Covid-19.

Des associations de chômeurs réclament une « année blanche »

Une « année blanche » pour les chômeurs, c’est ce que demandent plusieurs associations de chômeurs et de précaires français pour éviter ce qu’ils appellent une « catastrophe sanitaire et sociale » dans un courrier adressé au gouvernement. Parmi les signataires de la missive rédigée le 19 mai, se trouvent notamment AC ! (Agir ensemble contre le chômage et la précarité), le collectif national des travailleurs privés d’emploi et précaires (MNCP), le syndicat SNU Pôle emploi ou encore le collectif des précaires hôtellerie-restauration événementiel (CPHR).

La quinzaine d’associations, de syndicats et de collectifs tente ainsi d’alerter sur « la catastrophe qui est en train d’arriver ». Et de préciser aux destinataires du courrier qu’il est « indispensable que vous l’entendiez et preniez ces mesures d’urgence ».

La problématique de la radiation soulevée

Si ces différentes entités réclament une « année blanche », à savoir « la prolongation sur un an de l’ensemble des droits des chômeurs », la requête est motivée par le fait que « des milliers de contractuel-les à durée déterminée ou en CDD d’usage, de vacataires, d’intérimaires, d’intermittents et d’intermittentes de l’emploi ont vu leurs missions arrêtées ou non renouvelées et ne les verront pas reconduire ».

Les associations en question expliquent que « des secteurs entiers de l’économie – hôtellerie, restauration, culture, tourisme, sports… – sont déjà à l’arrêt sans savoir dans quel délai et quelles proportions ils pourront reprendre leur activité. » Les défenseurs des chômeurs déplorent que les « travailleurs précaires », lesquels « ne vivent ordinairement que de leur travail », n’ont pas bénéficié de « mesures de protection exceptionnelles pendant le confinement » et n’ont alors survécu « que grâce à la solidarité alimentaire organisée par les citoyens, citoyennes et les mairies ».

Allocations chômage : quelle réponse du gouvernement ?

Outre la demande de non-radiation durant un an, la lettre adressée également à Emmanuel Macron souhaite l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage dont le deuxième volet a été reporté du 1er avril au 1er septembre 2020. Un volet qui prévoit notamment de durcir le calcul de l’allocation pour les « travailleurs précaires ».

De son côté, le gouvernement entend mener une réflexion « pour adapter rapidement » les modalités d’indemnisation chômage « au-delà des mesures de prolongation de droits déjà prises » tandis que les intermittents du spectacle se sont déjà vus promettre quant à eux une prolongation de leurs droits d’une année, jusqu’en août 2021.

L’exécutif va donc avoir plusieurs dossiers brûlants à gérer au cours des prochaines semaines car, outre l’indemnisation des chômeurs, le sujet du chômage partiel est lui aussi d’actualité. Comment va se passer la réduction progressive de la participation de l’État dans le dispositif à partir du 1er juin tandis que 12,2 millions de salariés ont été touchés par ce chômage partiel ?

AK

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Revoir. Damien Rieu (RN) remet à sa place Eric Dupond-Moretti

Les ministres font actuellement campagne (aux frais du contribuable ?) partout en France « Contre la menace d'extrême droite...

Aux racines de l’idéologie migratoire, par Vincent Coussedière

Alors qu'une idéologie cherche à faire de l'homme non plus un animal social mais un animal migrant, il est...

Articles liés

Belgique : des affrontements lors d’une manifestation anti-confinement à Bruxelles

Le 29 mai, des manifestants sont descendus dans les rues de Bruxelles pour protester contre les restrictions anti-coronavirus. Au moins une personne a été...

Santé mentale des enfants en période de confinement : le logement et la situation sociale de la famille décisifs

Le premier confinement du printemps 2020 aura été dur à vivre pour certains. Une étude détaille l'impact de cette situation inédite sur la santé...

Déconfinement : Mensonges et trahisons

Au programme du JT TV LIbertés du 28 avril 2021, retour sur la dernière manipulation de l’exécutif autour du Covid-19. Alors qu'Emmanuel Macron doit...

Décentralisation du covid-19 et dépassements parisiens [L’Agora]

Fermeture des écoles, obligation du télétravail, liberté de déplacement pendant le week-end de Pâques : si le gouvernement avait voulu pousser les Parisiens à partir...