Jusque là, Franck Louvrier était, avec 37.7% au premier tour, largement favori des municipales de La Baule – devant Jean-Yves Gontier (LREM, 27%) et le général de Zuchowicz (14%). La fusion entre ces deux dernières listes rebat largement les cartes.

Annoncée en conférence de presse ce mercredi à 11 heures, elle était dans les tuyaux depuis plusieurs jours. Si le général avait exclu toute fusion au soir du premier tour, le coronavirus et les semaines de réflexion entre le 15 mars et maintenant sont passés par là. Plusieurs sortants repris sur la liste du général de Zuchowicz devraient, selon nos informations, faire partie de l’aventure.

« Franck Louvrier ne l’a pas vue venir, cette fusion », jubile un proche de l’équipe de campagne de Jean-Yves Gontier. « Il pensait qu’il était élu, il partageait déjà les postes avec ses amis. Nous sommes à nouveau dans le match, nous pouvons gagner. Gontier a toujours dit qu’il était le candidat du rassemblement, et après la crise du coronavirus, aujourd’hui, nous avons besoin d’union, pas par dépit, mais par volonté de rassemblement. Jean-Yves Gontier et Zuchowicz font partie de la droite progressiste qui cultive l’engagement au service de la population, alliant expérience et nouveauté ».

« Il s’est comporté comme un maire bis »

Pendant la crise du coronavirus, Franck Louvrier faisait infatigablement le tour des médias où il parlait des problèmes de La Baule. « Il s’est comporté comme un maire bis, en lieu et place de Métaireau, c’est très mal passé à La Baule », explique un bon connaisseur des arcanes bauloises.

« Ce n’était que de la com’, Louvrier est dans la politique spectacle et les gens n’en veulent pas », précise un proche de Jean-Yves Gontier. « Puis il est flou, notamment sur son statut ; est-il à La Baule, Paris ou Nice ? Nice semble être purement alimentaire, d’ailleurs pendant la crise du coronavirus, bien qu’il s’occupe en théorie de la communication de Nice, celle-ci est absente de ses prises de parole dans les médias et Dieu sait qu’il en fait… ».

Maire de La Baule, un marche-pied vers le Sénat pour Louvrier ?

D’autres prêtent à Franck Louvrier des ambitions aux sénatoriales, dès septembre – les mêmes accusations avaient d’ailleurs été lancées contre le général de Zuchowicz, qui aurait été candidat au Sénat dès cet automne en cas d’élection. « La Baule est un marche-pied pour Louvrier, il ne sera pas là pour manger des bulots en novembre ou s’occuper des rues défoncées d’Escoublac, il a des ambitions nationales », continue un proche de Jean-Yves Gontier.

Selon nos informations, une autre conférence de presse ultérieure présentera la liste qui résulte de la fusion – elle doit être déposée en Préfecture avant le 2 juin. D’ici le dimanche des élections – le 28 juin – la bataille devrait se jouer du côté des procurations – des gens auront peur d’aller voter physiquement, des abstentionnistes et des habitants à l’année : loin des rues étincelantes du centre de la station, les habitants d’Escoublac et du Guézy – plus de la moitié de la population permanente de la Baule – vivent dans des rues défoncées, à trois kilomètres à peine de la plus belle baie du monde.

Le « mariage de la carpe et du lapin » ?

Cette fusion, « c’est le mariage de la carpe et du lapin », selon ce proche de Franck Louvrier. « Cette fusion, c’est un secret de polichinelle, nous étions au courant. Leur seul programme, c’est de battre Louvrier », poursuit-il. Pour cet autre connaisseur des dossiers sensibles baulois, qui va voter Louvrier, « cette fusion, c’est n’importe quoi. Comment le Général de Zuchowicz, qui est très proche de toute la bande de Présent, de Bergeron etc. peut-il se compromettre avec des Marcheurs, pour qu’une Sibeth Ndiaye trouve que c’est une grande victoire d’avoir emporté La Baule ? Son programme, c’est de conserver le pouvoir avec les sortants qu’il a pris sur sa liste ».

Louis Moulin

Crédit photo : Franz22/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine