Le très médiatique « artiste emballeur » Christo Vladimirov Javacheff, surnommé Christo, est décédé dimanche dernier. Il n’est donc pas certain, comme Breizh Info le laissait entendre ce 4 mai, que l’Arc-de-Triomphe parisien soit emballé en septembre 2021. Une mise en œuvre déjà repoussée d’un an pour cause de covid – et de budget urgent non disponible.

La densité des foules de « bobos » médusées par les précédents empaquetages du Pont-Neuf (19885) ou du Reichstag (1995) avait pu étonner. Mais, tous comptes faits, le plastiqueur américano-bulgare était resté fidèle à ses premières amours, quand, dans les années 1950-60, le groupe parisien des Nouveaux réalistes, auquel il s’attacha, prônait l’usage des détritus de la société industrielle comme matériaux de base de la « création ». Entre les « compressions » de César et les « accumulations » d’Arman, toutes choses maintenant oubliées, ou presque, c’est bien la statufication de l’éphémère qui aura un moment triomphé. Mais – juste retour du discours sur lui-même – cet « art » sera resté aussi fugace dans la longue durée, que le souvenir des décideurs de politiques publiques et les gogos à subventions qui gaspillaient, par ces moyens délétères, les recettes fiscales payées par ceux qui – eux – travaillent.

J.F Gautier

Illustration : DR

cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.