vacances

Les vacances d’été approchent et, avec elles, la perspective de réserver des hébergements touristiques pour certains Français. Mais que faire si une deuxième vague de Covid-19 survenait ?

Des vacances encouragées… mais pas toujours remboursées ?

Avec le déconfinement progressif et les incitations du gouvernement à partir en vacances dans l’Hexagone cet été, les réservations de logements pour la période estivale ont commencé. Mais l’envie de se changer les idées au bord de la mer, en montagne ou à la campagne durant les mois de juillet et août après cet épisode difficile du printemps ne permet pas d’écarter un scénario plus pessimiste : la survenue d’une seconde vague de Covid-19 au cours des prochaines semaines. Avec, à la clé, un reconfinement à craindre.

Dans de telles circonstances, les vacanciers ayant effectué des réservations pourront-ils prétendre à des remboursements ? Le mécanisme ne sera pas systématique ! Bien que les principaux acteurs du tourisme et de l’hôtellerie se soient engagés sur le principe à rembourser intégralement les clients si jamais le départ en vacances devait être compromis par une évolution défavorable de la pandémie. Mais prudence…

Remboursements : méfiez-vous des contrats !

Cet engagement de remboursement a été pris par plusieurs grandes organisations professionnelles du tourisme, notamment les Entreprises du voyage (EDV) et le Syndicat des entreprises du tour operating (Seto), regroupant agences de voyage et tour-opérateurs. Mais aussi par l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH), qui représente les hôtels, et la Fédération nationale des gîtes de France.

Cependant, gardez à l’esprit que ces engagements ne constituent pas une obligation et que les annonces faites par les organisations de professionnels ne sont pas forcément appliquées par les adhérents de celles-ci, lesquels gèrent comme ils l’entendent leur propre politique commerciale. Sans oublier que de nombreux professionnels du tourisme ne sont affiliés à aucune fédération. Il en va de même pour les particuliers proposant un logement à la location sur les sites tels Airbnb ou Leboncoin.

Dans ces conditions, il est donc recommandé de bien prendre connaissance des contrats de vente et de location avant de réserver le transport et l’hébergement de vos futures vacances. Surtout si vous avez recours à une plateforme de réservation en ligne.

Une législation favorable aux propriétaires

La plateforme Airbnb a d’ailleurs fait savoir qu’elle ne remboursera pas ses clients ayant réservé un hébergement après le 14 mars et ne pouvant plus s’y rendre à la date convenue. Le site indique que depuis cette date, « le Covid-19 et ses conséquences ne sont plus imprévus ni inattendus ». D’où l’importance pour le client de relire les conditions d’annulation avant de sélectionner une offre.

Enfin, les vacanciers doivent savoir que la réglementation actuelle est en faveur des propriétaires d’hébergements et il ne leur sera désormais plus possible d’invoquer la force majeure pour prétendre à un remboursement de la part de ces derniers. En conclusion, la seule loi sera le contrat. Prêtez-y attention !

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V