Autour de Nathalie Rossignol le mardi 16 juin à 18h, François Cuillandre, Bernadette Malgorn, Marc Coatanéa ont débattu de leurs grands projets pour la ville de Brest en vue du second tour des municipales.

Les Brestois disent en toute modestie de la rade de Brest qu’elle est la plus belle du monde. Brest s’est métamorphosée ces dernières années, à l’image des Capucins, ateliers de mécanique de la Marine réhabilités en espace culturel. Avant ça, il y a eu le tramway et bien sûr le téléphérique, célèbre autant par sa singularité que par ses pannes à répétition. Brest est la 2ème ville de Bretagne après Rennes avec 140 064 habitants dans Brest même, 209 722 avec la métropole.

En lice pour le 2e tour, son maire, François Cuillandre (Union de la gauche), brigue un 4ème mandat, et pour la première fois, sa candidature n’est pas allée de soi au PS. Sous le coup d’une mise en examen, il a dû affronter son premier adjoint au cours d’une primaire. Ses alliés écologistes, et ça aussi c’est inédit, ont fait voler en éclat l’union de la gauche en présentant une liste séparée au premier tour. Les résultats du 15 mars s’en ressentent : même s’il arrive en tête, François Cuillandre n’obtient que 26,5% des voix, contre 42% en 2014.

Résultats des municipales à Brest : François Cuillandre en tête du 1er tour Le 28 juin, il affrontera la candidate Bernadette Malgorn (divers droite), arrivée deuxième avec 18,9 % des votes, en nette baisse elle aussi, sur fond il est vrai, d’une abstention record de 63%. Ce coutumier face à face gauche/droite sera perturbé par un troisième homme : Marc Coatanéa (LREM), ancien patron du PS finistérien, rallié à la République en marche.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine