Dans une tribune parue le 28 juin 2020 sur le site du Journal du Dimanche, 156 associations et refuges de protection animale ont demandé un fonds d’urgence au ministre de l’Agriculture pour les aider à traverser la crise du COVID19. Un recours qui intervient après une lettre ouverte de 47 personnalités et un courrier cosigné de 21 députés adressé directement au ministre pour la même requête.

Cette semaine, suite à l’action de l’association Ethics For Animals, un amendement parlementaire déposé par la députée Samantha Cazebonne sera soumis au vote pour tenter de débloquer 15 millions d’euros en faveur des refuges et associations de protection animale.

Dans ce signal d’alarme, les associations « exhortent » Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture « à agir » tant qu’il « est encore temps ».

Dans l’ombre de refuges plus importants comme la SPA, ces plus petites organisations fonctionnent à flux tendu et vivent des dons de particuliers et des collectes dans les grandes surfaces, les foires, les vide-greniers. Des sources de revenus dont elles avouent être privées depuis la crise sanitaire du coronavirus.

Elles rappellent également leur utilité, par leur mission d’une part et par leur participation à l’économie d’autre part.

Plusieurs centaines de milliers d’animaux seraient ainsi pris en charge et placés à l’adoption par ces structures chaque année : des chiens, chats, NAC et chevaux qui n’auraient pas de solutions si tous ces petits refuges venaient à disparaître. De plus, des milliers d’emplois indirects en découleraient aussi.

Autre détail important : alors que le fonds d’urgence demandé est de 15 millions d’euros, la TVA générée par les divers achats et actes de l’ensemble de ces associations pourrait représenter plus du double de cette somme pour une année.

Malgré cela, l’octroi d’un fonds d’urgence n’est toujours pas assuré.

« La situation est dramatique pour les refuges indépendants et associations de protection animale de proximité. C’est pourquoi notre association, Ethics For Animals, aux côtés des associations One Voice, L’arche des Associations et du Collectif Chats 100% Stérilisation Obligatoire, demande un fonds d’urgence de 15 millions d’euros pour aider les structures de protection animale à traverser la crise ! » déclare Christophe ARVIS, Président d’Ethics For Animals.

Le temps est compté. C’est cette semaine que doit être voté l’amendement parlementaire déposé par la députée Samantha Cazebonne à la 3e loi rectificative des finances. Cependant, seul un amendement gouvernemental pris par Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, aurait des chances d’aboutir.

« Le ministre de l’Agriculture doit agir. Les belles paroles de ces derniers jours en faveur de la cause animale ne suffisent pas, maintenant nous voulons des actes ! Le Gouvernement doit débloquer ce fonds d’urgence pour aider un secteur en crise qui remplit une mission que l’État n’assume pas ! » conclut le Président d’Ethics For Animals.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine