Éric Libault est marié, père de famille, entrepreneur et dirigeant d’entreprise. Il est le créateur et producteur des spectacles d’évangélisation Ourra et Malkah, deux immenses succès (2010-2016).

Il vient d’écrire « J’ai retrouvé mon père » aux éditions de l’Emmanuel. Un livre sous forme de récit autobiographique qui raconte l’abandon de l’auteur par son père. Livre à paraitre le 15 juillet.

Lorsque son père disparaît brutalement, sans laisser de trace, Éric a 10 ans. Ce n’est que 33 ans plus tard qu’avec ses frère et sœur, ils retrouvent complètement par hasard leur papa. Guidés par l’Esprit Saint, ils entament alors une longue démarche de retrouvailles pour regagner le cœur de leur père et vivre la grâce du pardon en famille. L’intensité de ce témoignage poignant culmine aux retrouvailles des deux époux.

Il s’agit réellement d’un ouvrage qui ne peut laisser insensible, et qui pourrait faire l’objet d’un film que l’on appelait avant « à l’eau de rose ». Car c’est une histoire à la fois terrible, et belle. A l’heure où notre société se délite (les familles avec), c’est un formidable message d’espoir que délivre Eric Libault, y compris pour ceux qui n’ont pas « La Foi ». Un grand bol d’air frais dans le marasme ambiant, autour du drame d’une vie, que constitue l’abandon d’un fils par son père.

Eric Libault – J’ai retrouvé mon père – éditions de l’Emmanuel – 15€

Breizh-info.com : Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre ?

Eric Libault : L’invitation de mon beau frère dans un premier temps. Les « retours » suite à un témoignage que j’ai eu l’occasion de faire devant une grande assemblée de plusieurs milliers de personnes.

Breizh-info.com : Comment est-ce qu’un enfant de 9 ans peut admettre que son papa s’en soit allé ? Quelles ont été les répercussions sur vous et votre famille par la suite ?

Eric Libault : La vie de tous les jours a beaucoup changé. Plus rien n’est comme avant. On s’adapte. La vie nous pousse. Au début on refuse d’admettre, puis on comprend, on fait avec. On se construit différemment, mais avec une cicatrice.

Breizh-info.com : Il semblerait que pour votre maman, cela ait été beaucoup plus difficile…mais que cela ait réussi au final ?

Eric Libault : Elle a eu a subir toutes les conséquences en étant en première ligne avec un courage extraordinaire. Elle a fait son chemin de réconciliation qui a permis les retrouvailles. Elle est retournée le voir…après 33 ans d’absence. Cadeau !

Breizh-info.com : La religion occupe une place prépondérante dans votre vie. Est-ce elle qui vous a permis de retrouver, puis de pardonner, et d’avancer ?

Eric Libault :Pas la religion. La Foi. La Foi dans Celui qui incarne le plus parfaitement le pardon et la miséricorde : Jésus Christ mort par amour pour nous.

Breizh-info.com : Votre livre est aussi un formidable message d’espoir pour ceux qui ont été abandonnés, ou qui ont perdu un être cher qu’ils aimeraient revoir un jour…Quel message souhaitez vous justement faire passer ?

Eric Libault :L’Esprit Saint est là. Il est à l’oeuvre. Jamais rien n’est perdu. Jamais. Il est là dans nos vies. Tout est possible même si à vue humaine cela ne l’est pas. Il n’y a pas de fatalisme. Tout peut être redressé. Tout peut redevenir beau. c’est un chemin extraordinaire.

Breizh-info.com : Qu’est ce qu’un enfant de 9 ans, abandonné 33 années par son père, puis qui le retrouve et le perd une seconde fois avec son décès, retient, à l’âge adulte, de cet homme qu’il aimait tant ?

Eric Libault :Je l’ai toujours aimé et je l’aime toujours. Nous avons tous nos failles et nos faiblesses. Il faut vivre avec, les siennes, et celles des autres. Les accepter, les voir et ne pas les juger, mais les pardonner même quand nous en sommes victimes.
C’est un chemin de réconciliation (également personnelle) et de joie.

Propos recueillis par YV

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine