L’immense Ennio Morricone est mort à l’âge de 91 ans.

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Le compositeur italien et romain Ennio Morricone, l’homme aux 500 musiques de films, est mort à l’âge de 91 ans, à Rome, la ville qui l’avait vu naître. Il « s’est éteint à l’aube du 6 juillet avec le réconfort de la foi », a annoncé dans un communiqué l’avocat et ami de la famille Giorgio Assumma, cité par les médias italiens. Il est resté « pleinement lucide et d’une grande dignité jusqu’au dernier moment », affirme le communiqué.

Né à Rome en 1928, Morricone s’est fait connaître au début des années 1960 en composant notamment les partitions de films de Sergio Leone : Pour une poignée de dollars (1964), Le Bon, la Brute et le Truand (1966), Il était une fois dans l’Ouest (1968).

Mais on retiendra également de lui les partitions de Le clan de siciliens, Le Professionnel, Il était une fois la révolution, Il était une fois en Amérique, Sacco et Vanzetti….le répertoire est immense.

Ses représentations données à travers le monde par la suite étaient difficilement accessibles tant les billets s’arrachaient, pour aller découvrir ce monstre européen de la musique.

Découvrez ci-dessous une partie de l’histoire musicale de celui qui, incontestablement, a marqué l’histoire de la musique (et du cinéma) et qui a sa place au Panthéon des génies européens.

Ciao l’artiste.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...