SOS Méditerranée. L’équipage menacé de mort par des migrants repêchés

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

L’Ocean Viking, navire de l’ONG pro-migrants SOS Méditerranée, a déclaré l’état d’urgence à son bord après que l’équipage ait été menacé de mort par des migrants.

SOS Méditerranée : l’équipage en détresse… face aux migrants

« À force de jouer avec le feu, on finit par se brûler », dirait le vieil adage, que des esprits cyniques pourraient suggérer à l’équipage de l’Ocean Viking, affrété par l’ONG pro-migrants SOS Méditerranée.

C’est ainsi que le vendredi 3 juillet dernier, le navire s’est déclaré en « état d’urgence » tandis qu’au cours d’énièmes opérations, il avait repêché auparavant 180 migrants entre le 25 et le 30 juin. Fans un communiqué, SOS Méditerranée a affirmé que la sécurité de l’équipage n’était « plus garantie ».

À bord de l’Ocean Viking, la tension était donc palpable et, outre des bagarres à répétition et des tentatives de suicide, l’équipage a lui aussi été visé par des menaces physiques, parfois de mort.

L’Ocean Viking finalement accepté en Sicile

Si la situation est donc devenue aussi explosive que dangereuse à bord du navire, certaines voix sur les réseaux sociaux n’ont pu s’empêcher de souligner les contradictions des ONG pro-migrants, SOS Méditerranée en tête.

Celle-ci a donc réclamé un débarquement « immédiat » auprès des autorités italiennes et maltaises plusieurs jours durant. Les réponses négatives des deux pays se sont succédé avant que l’Italie n’accorde finalement le droit à l’Ocean Viking d’accoster en Sicile, dans le port de Porto Empedocle.

Ne restait plus qu’à obtenir l’autorisation de débarquement pour le navire de l’ONG pro-migrants avec ses 180 passagers parmi lesquels se trouvent des Pakistanais, Bangladais, Nord-Africains ou encore des Ghanéens.

Toutefois, SOS Méditerranée oublie de rappeler dans sa communication que Malte et l’Italie, pays de plus en plus réticents à ouvrir leurs ports aux navires des ONG, continuent de subir une forte immigration extra-européenne illégale avec l’arrivée d’embarcations sur leurs côtes, tendance qui ne connaît pas de répit.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...