La Turquie a-t-elle colonisé la Libye?

A LA UNE

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

Régionales 2021. Avec un score prévu de 66%, l’abstention triomphe et signe l’échec de la Vème République

Les résultats du premier tour des élections régionales et départementales seront publiés à partir de 20 h, ce dimanche 20 juin 2021. Mais déjà,...

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...
Lors de sa visite à Tripoli le 4 juillet, le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a signé un accord de coopération militaire avec les représentants du gouvernement d’accord national (GNA). La signature a eu lieu à huis clos, mais les détails qui ont été divulgués aux médias suffisent à conclure que le GNA a effectivement troqué sa souveraineté ostensible pour le soutien turc dans la bataille contre l’armée nationale libyenne et le parlement élu basé à Tobrouk.

L’accord entre la Turquie et les autorités de Tripoli stipule que le GNA se porte garant des intérêts turcs en Libye. Le vrai sens derrière cette déclaration est que le gouvernement dirigé par Fayez al-Sarraj a officiellement mis les intérêts turcs avant les préoccupations nationales. Le GNA a également autorisé la Turquie à établir des bases militaires sur le territoire libyen.

Ces concessions sont sans aucun doute importantes, mais l’innovation peut-être la plus effrayante introduite dans l’accord est que tous les militaires turcs bénéficient de l’immunité diplomatique. Cela signifie effectivement que les représentants de «la métropole turque» au sol libyen obtiennent de privilèges importants, leur accordant un avantage juridique sur la population indigène.

En outre, l’immunité diplomatique ouvre de nouvelles possibilités pour le transfert de militants étrangers et de fournitures d’armes en Libye, y compris des munitions interdites par les conventions internationales, en violation de l’embargo sur les armes. Depuis le début de l’année, la Turquie a transporté en Libye plus de 15 000 mercenaires syriens, notamment des enfants mineurs qui ont été recrutés dans la province syrienne d’Idlib et ont tenu une formation militaire sous la supervision des conseillers turcs. En plus, il a été récemment découvert que la campagne turque pour recruter des combattants ne se limite pas à la Syrie, mais inclut également le Yémen.

Le nouvel accord facilite le déploiement de supplétifs d’Ankara en Libye. Le GNA a officiellement renoncé à son droit d’inspecter les navires et les avions turcs et a autorisé Ankara à créer des bases militaires qui sont hors de la juridiction libyenne. Dans ces conditions, les Turcs pourront envoyer autant de mercenaires, y compris d’anciens membres de groupes terroristes, qu’ils le jugent bon sans aucune restriction ni connaissance du monde extérieur.

En vérité, le comportement de la Turquie en Libye est déjà celui d’une puissance coloniale dans la nouvelle incarnation de la Régence de Tripoli, ancienne colonie de l’Empire ottoman. Les observateurs des droits de l’homme rapportent qu’un certain nombre d’avions turcs avec des membres de groupes radicaux à bord ont atterri à Tripoli le lendemain de la signature de l’accord.

En signant le nouvel accord, Fayez al-Sarraj et son gouvernement ont prêté allégeance à la Turquie et abandonné toute prétention à être un chef de la Libye. La Turquie, quant à elle, hésite à déclarer Tripoli sa colonie, mais ce mince vernis ne cachera pas la cruelle réalité.

Hassan Mansour, journaliste indépendant

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Face aux rodéos urbains, la mairie socialiste de Vaulx-en-Velin propose… une activité motocross aux « jeunes » [Vidéo]

La municipalité socialiste de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, a décidé de proposer une activité « motocross »,...

« Violences policières ». 25 morts en 2020 dont au moins 10 d’origine musulmane

Ils s'appelaient Romain, Toufik ou Olivio. Ils étaient fêtards, camionneurs, cambrioleurs ou terroristes. Tous étaient de sexe masculin, relativement...

Articles liés

Le Vlaams Belang a déposé une motion contre « le terrorisme turc sur le territoire européen »

La Chambre des représentants de Belgique se prononcera prochainement sur une motion de recommandation de la députée Ellen Samyn (Vlaams Belang). Cela concerne l’élaboration...

Travail dissimulé, blanchiment dans l’Ouest. Des arrestations dans les communautés turques et azeris

Quatorze personnes ont été interpellées, il y a quelques jours, par la police judiciaire de Nantes et la police aux frontières de Loire-Atlantique en...

Turquie : Erdogan annonce un confinement total de 17 jours

En Turquie, le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé un nouveau confinement à compter du 29 avril. Des mesures strictes, nécessaires selon l’exécutif pour...

Lesbos (Grèce) : La Moria, submersion migratoire

Reportage d'investigation signé Paronym France, sur la situation migratoire de Lesbos, cette île grecque est à seulement 9km des côtes turques, elle se trouve...