YAOUANK 2019

Le fest-noz menacé par le Covid-19 ? Un collectif dénommé « Ensemble, imaginons l’avenir du fest-noz » vient d’être créé pour tenter de relancer ce pilier de la culture bretonne que le confinement et les mesures sanitaires ont mis en danger. Mais pas seulement.

Le fest-noz anéanti par le confinement

Si les initiatives de « cyber fest-noz » ont été un recours utile durant le confinement, la perspective de danser dans son salon devant un écran ne remplacera jamais la convivialité de nos festoù-noz au bruit des parquets qui grincent sous les pas des danseurs.

Toutefois, malgré le déconfinement, l’état des lieux a de quoi inquiéter en Bretagne quant à la torpeur dans laquelle semble plongé le monde du fest-noz. C’est donc dans une optique de relancer l’inertie qu’un collectif dénommé « Ensemble, imaginons l’avenir du fest-noz » a officiellement été créé le 6 juillet à Pontivy avec une soixantaine de personnes présentes.

Cette nouvelle organisation compte dans ses rangs des musiciens et des danseurs mais aussi des techniciens et des organisateurs. Son objectif est de rappeler l’importance du fest-noz en terre bretonne. Une démarche nécessaire puisque, sur les près de 1 200 festoù-noz et festoù-deiz organisés en Bretagne chaque année, entre 800 et 1 000 d’entre eux ne se tiendront pas d’ici la fin 2020 si rien n’évolue entre temps.

Quel avenir pour les festoù-noz bretons ?

Le défi n’est pas simple à relever car le fest-noz n’est pas vraiment compatible avec les gestes barrières en période de Covid-19… Outre la tristesse des danseurs et de tous les amateurs de ces rendez-vous musicaux et conviviaux, c’est aussi la pérennité d’un modèle économique qui est menacée. Si la Bretagne compte un grand nombre d’associations faisant vivre ses villages et bourgs, un certain nombre d’entre elles comptent beaucoup sur l’organisation de leur fest-noz annuel pour faire rentrer de l’argent dans les caisses. Mais cette apport en trésorerie, s’il est compromis pour cette année, pourrait bien avoir des conséquences désastreuses.
Pour trouver la parade face à ces annulations de festoù-noz, « Ensemble, imaginons l’avenir du fest-noz » affirme que l’organisation des évènement peut reprendre « à condition de respecter les règles de distanciation » mais suggère aussi de mettre en place des « déambulations de musiciens » pour s’adapter à la situation durant cet été.

Mais, les complications sanitaires de ces derniers mois ne doivent pas non plus occulter une perte de vitesse plus générale des festoù-noz en Bretagne : leur nombre diminue chaque année tandis que les organisateurs doivent faire face à un manque de bénévoles. Quant au public, il ne va pas en rajeunissant…

Enfin, si le fest-noz est sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco depuis 2012, il est aussi le témoin d’une culture bretonne souvent incapable de s’affirmer pour ce qu’elle est dans son essence : identitaire, fière et assumée. À l’heure d’une mondialisation culturelle balayant tout sur son passage, il est effectivement grand temps pour le mouvement culturel breton de faire son aggiornamento. Et le fest-noz n’y échappe pas !

AK

Crédit photo : Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine