On a testé le jeu F1 2020, et c’est un succès !

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

A chaque saison, son jeu de formule 1. Et malgré les péripéties, 2020 n’échappe pas à la règle avec la sortie de F1 2020 chez Codemasters.

On l’a testé pour vous, et comme les dernières versions, le jeu est top et les amateurs (mais aussi les non initiés) vont se régaler.

Tout d’abord, sachez que nous avons testé le jeu sur PS4 avec pour l’occasion, la manette Nacon Revolution Unlimited qui fait amplement l’affaire (pas besoin d’investir dans un volant, à moins d’être un mordu de chez mordu).

Le mode carrière a été légèrement modifié, avec possibilité de courir une saison de F2 entière avant d’arriver en F1. On met toutefois rapidement de côté ce mode pour un autre :

Car la grosse nouveauté de l’année réside dans le mode My Team qui permet de partir en bas de l’échelle de la F1 et de gravir les sommets (et d’éclipser pourquoi pas l’insupportable millionnaire Hamilton et ses leçons de morale en mode BLM).

Vous contrôler tout dans ce mode, sponsors, rentrées d’argents, calendrier de l’écurie, gestion des courses, rivalité entre vos pilotes, recrutements, mode recherche et développement de votre bolide (avec des écueils possible). C’est bien réalisé, pas trop compliqué à prendre en main (mais ça prend du temps).

En terme de sensation maintenant, c’est comme l’an passé, génial. On se sent réellement dans la peau d’un pilote dans son bolide. La manette Revolution Unlimited une fois bien configurée avec le logiciel fourni avec permet vraiment d’avoir d’excellentes sensations (on a retrouvé également de bons réglages dans d’autres simulations sportives mais aussi dans un FPS).

La météo dynamique est changeante toujours au top, l’intelligence artificielle de qualité, les circuits de toute beauté, il n y a franchement pas grand chose à redire.

Enfin, vous qui vous sentiez orphelins depuis 2014, sachez que le mode écran partagé fait son grand retour et permet de se tirer la bourre à plusieurs (mais pas testé).

AU final, F1 2020 est une simulation sportive aboutie, accessible à tous, complète, belle. Bravo Codemasters, on se demande d’ailleurs comment ils feront encore mieux l’an prochain.

Pour la manette Revolution Unlimited, ce n’est sans doute pas le jeu typiquement visé, mais elle est tout de même excellente en terme de sensations (et la connectivité sans fil apporte un gros confort de jeu).

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...