emeutes-nantes-police

L’été s’avance et avec lui, son lot de trouvailles stupéfiantes. Le 27 juillet dernier, un chien de la brigade canine a marqué devant une voiture de location, rue Thomas Narcejac à Beaulieu, sur l’île de Nantes, près du pont qui mène au quartier non moins « sensible » de Malakoff. Il se dit d’ailleurs que des trafiquants de là-bas ont migré sur l’île de Nantes, ce qui n’est pas étranger aux fusillades et autres rixes qui secouent régulièrement ce quartier.

Dans la voiture, 110 grammes de cocaïne [8800 € à la revente au détail] et 58 grammes de cannabis [380€ à la revente] ; deux hommes ont été interpellés à proximité, puis relâchés. Un troisième, retrouvé ensuite, a été placé en garde à vue à l’hôtel de police. Ce 29 juillet, une autre opération de sécurisation et contre les deals a été menée au Breil, avec fouille de parties communes, mais cette fois sans découvertes stupéfiantes.

Par ailleurs, le Raid, la BRI et la police nationale ont opéré un vaste coup de filet pour démanteler un réseau de trafiquants de drogue quartier de la Bouletterie, à Saint-Nazaire. Ce quartier dit «sensible » pourri par le trafic de la drogue avait aussi connu au moins une des cinq fusillades de la nuit du 28 au 29 juin dernier – Saint-Nazaire compte moins de fusillades que Nantes (25 au dernier compte, rien cependant depuis deux semaines), mais rattrape son retard à grandes enjambées.

Les policiers ont interpellé huit personnes à huit adresses du quartier, des hommes âgés d’une vingtaine d’années, et saisi stupéfiants et argent liquide dans des appartements et des caves. Dans celles-ci, ils ont aussi trouvé affichés les prix des produits – illégaux – disponibles, par exemple la cocaïne à 80€ le gramme.

Louis Moulin

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine