Nantes : 25e fusillade en six mois, la 7e en dix jours

A LA UNE

Si les banlieues s’embrasaient, l’armée parviendrait-elle à les pacifier ?

Selon d'anciennes déclarations d'Éric Zemmour datant de 2016, l'armée aurait finalisé le plan ronces pour réoccuper le territoire national en cas...

Covid 19. Amnesty international accuse la Belgique d’avoir sacrifié ses anciens

Avec 1429 morts par million d’habitants à ce jour, la Belgique serait le pays le plus touché au monde...

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

Et une de plus ! La longue litanie des fusillades n’arrête pas à Nantes. Cette fois, c’est le 1er juillet à 20h40 rue Paul Nassivet, une rue très touchée par le trafic de drogue sur l’île Beaulieu, à quelques centaines de mètres du conseil régional. Il s’agit de la 25e fusillade depuis le 1er janvier, la 7e en moins de dix jours.

Selon des témoignages divers, vers 20h40, le passager d’un scooter a tiré une – ou trois – fois vers une cage d’escalier – ou une cour d’immeuble. Arrivée sur place bien après les faits, la police n’a ramassé ni blessé, ni trace de sang, ni étui.

Sur cette même rue Paul Nassivet, il y a déjà eu pas moins de trois fusillades : le 2 mars 2019 pendant une bagarre entre une vingtaine de jeunes délinquants de Beaulieu et du Clos Toreau, le 3 juin 2019 au carrefour de la rue Verdiaux, un jeune de 14 ans, connu des forces de l’ordre, est touché aux jambes par une rafale de Kalachnikov, et le 19 avril 2020 vers 18h30.

Le quartier Beaulieu en a connu trois  autres, rue Pigeline le 7 mai 2019 – des tirs sur la porte et l’interphone d’un immeuble, rue Alain Gerbault le 10 mai 2019 – des tirs sur la fenêtre d’un réfugié syrien, qui a demandé à être relogé, et plus avant un homme de 27 ans blessé le jour de Noël 2017 rue Alain Colas après avoir été poursuivi par deux hommes armés.

Par ailleurs, selon un proche du dossier, la fusillade et la « descente » de jeunes délinquants de Bellevue à la Blordière (Rezé-lès-Nantes) le 30 juin dernier, au cours de laquelle un jeune a été tabassé, aurait eu lieu sur fond de conflit quant au partage des trafics de la drogue entre délinquants d’origine maghrébine et tchétchène. Rue Félibien en revanche (1er juillet au soir), la police a reçu plusieurs témoignages de riverains, suite auxquels une Fiat500 aperçue sur les lieux au moment des tirs serait recherchée. Rue Félix Lemoine (2 juillet 2h30), le motif de la fusillade serait lié à une dette de stupéfiants.

Louis Moulin

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

À quelque chose malheur peut être bon [L’Agora]

Par le général (2S) Henri ROURE Cette période, contrôlée par un État masquant ses rédhibitoires faiblesses en imposant une chape...

La Turquie dans l’OTAN, entre utilité et hostilités

Qui peut oublier cette scène surréaliste d’une fin de dîner de l’OTAN en mai 2015 à Antaliya, où à...