Environnement. Les cours d’eau français, voués à disparaître ?

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

La baisse voire l’assèchement complet de plus en plus de cours d’eau en France est un phénomène inquiétant. Et pas seulement pour l’irrigation ou l’alimentation en eau potable…

Des cours d’eau de plus en plus menacés

Les cours d’eau qui font le charme de nos campagnes sont-ils voués à disparaître ? La baisse de leur niveau chaque été, quand il n’est pas tout simplement question de leur assèchement complet, a de quoi inquiéter. À tel point qu’un Observatoire national des étiages (Onde), piloté par l’Office français de la biodiversité (OFB), a été mis en place depuis 2012 pour surveiller le phénomène. L’étiage désigne le débit exceptionnellement faible d’un cours d’eau.

Pour mieux appréhender l’évolution de ces cours d’eau, l’OFB a mis en ligne, dans le courant de ce mois de juillet, un bilan des huit dernières années. Lequel indique clairement que le nombre de cours d’eau en assec ou non visibles (car le débit d’eau est trop faible) est en hausse entre 2012 et 2019.

  • Situation des cours d’eau en France en 2012 :

cours d'eau
Situation des cours d’eau en France en 2012. Source : Office français de la biodiversité

  • Situation des cours d’eau en France en 2019 :

cours d'eau
Situation des cours d’eau en France en 2019. Source : Office français de la biodiversité

Hausse des cours d’eau en assec

Sur la période 2012-2019, « le taux cumulé d’observations en écoulement non visible et en assec est en hausse », indique l’OFB. Un taux qui ne descend plus sous les 10 % durant les 3 dernières années. Cette période est toutefois trop courte pour donner une réelle tendance.

Par ailleurs, durant la décennie 2010, les années les plus impactées dans l’ensemble sont par ordre croissant : 2012, 2017 et 2019. Le taux d’observation des rivières en écoulement non visible ou en assec a été le plus élevé en 2019, avec un maximum dans le bassin Rhin-Meuse (28,9 %), soit plus d’une observation sur 4.

Relevons aussi les disparités en fonction des territoires face à cette baisse du niveau des cours d’eau. Lors des années les plus sèches, le pourtour méditerranéen, les pays de la Loire, le Centre et la Bourgogne comptent la plus grande part de cours d’eau en assec.

Dans le même temps, l’OFB précise que quelques départements sont épargnés par les sécheresses estivales, du fait notamment de leur climat, de leur topographie et des caractéristiques de leurs cours d’eau : Finistère, Manche, Landes, Haute-Vienne, Haute-Savoie. À l’opposé, dans certains départements parmi les plus touchés, plus de 70 % des sites suivis ont fait l’objet d’au moins un assec sur cette période : Vaucluse, Drôme, Vendée, Creuse, Nièvre.

Les conséquences de ces baisses sur l’écosystème

De plus, la diminution du niveau dans les cours d’eau a pour conséquence de faire augmenter la température de l’eau tout en dégradant sa qualité. De même, la vie qu’elle abrite est donc modifiée.

L’activité humaine (irrigation, alimentation en eau potable, etc.) en amplifiant les étiages d’origine naturelle, n’arrange pas les choses et entrave donc les fonctions traditionnelles des cours d’eau, à savoir l’épuration naturelle de l’eau, la recharge des nappes phréatiques et l’approvisionnement en eau douce.

Enfin, du point de vue de la biodiversité, des étiages graves et répétés d’un cours d’eau peuvent impacter la végétation aquatique et perturber les fonctions naturelles pour la faune aquatique : habitat, alimentation, reproduction. Autre conséquence dramatique d’un niveau d’eau insuffisant ou nul, certaines espèces aquatiques peu mobiles ne peuvent alors plus survivre. Quand ce n’est pas pour laisser la place à de nouvelles espèces plus résistantes… et moins désirables.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...