Sécheresse. Quelles mesures de restriction d’eau encore en vigueur dans les 5 départements bretons ?

sécheresse

En Bretagne, la pluie a fait son retour ces dernières semaines. Pour autant, certaines mesures de restriction d’usage de l’eau sont toujours en vigueur dans la région. Tour d’horizon dans nos cinq départements après plusieurs mois de sécheresse.

L’Ille-et-Vilaine désormais en situation d’alerte sécheresse

Malgré les récents arrosages à répétition, la situation reste préoccupante en Ille-et-Vilaine avec un niveau demeurant bas dans les barrages et des nappes phréatiques qui sont encore relativement vides. Depuis le 14 novembre dernier, à la suite d’une nouvelle réunion du comité de gestion de la ressource en eau, le département est désormais placé en alerte simple, abaissée au niveau 2.

Concernant les restrictions toujours en vigueur, l’arrêté préfectoral du 14 novembre maintient notamment l’interdiction de nettoyer les véhicules et les bateaux (sauf dans les stations de lavage professionnelles disposant d’un système de recyclage ou haute pression). Si les usages domestiques représentent environ 75 % de la consommation d’eau potable en Ille-et-Vilaine, les industriels, les collectivités et les exploitants agricoles doivent encore eux aussi respecter certaines mesures.

Pour connaître ces dernières en détail, la préfecture d’Ille-et-Vilaine tient à disposition des particuliers comme des professionnels un outil en ligne.

Cependant, les inquiétudes portant sur une rupture d’eau potable, un temps redoutée avant la fin 2022, s’éloignent. Comme l’a indiqué Joseph Boivent, président du syndicat mixte de gestion de l’eau potable d’Ille-et-Vilaine, auprès de France 3 Bretagne : « il n’y a plus de risques de rupture d’eau avant l’été prochain mais nous devons repartir pour le printemps 2023 avec des réserves pleines et ça ne n’est pas acquis. Seule une pluie plus forte que la moyenne pourra réalimenter les nappes ! ».

Toutes les restrictions levées en Morbihan, Finistère et Côtes-d’Armor

Bénéficiant d’une pluviométrie généreuse, le département du Morbihan n’est plus soumis à des restrictions d’usage de l’eau depuis le 3 novembre dernier. Une date à partir de laquelle la préfecture a décidé d’abroger l’arrêté « sécheresse ».

Dans sa communication, la préfecture expliquait alors que, « compte tenu du niveau des retenues d’alimentation en eau potable (AEP), des courbes de débit des cours d’eau, du niveau des nappes souterraines et des prévisions météorologiques, mettant en évidence une situation hydrologique redevenue normale, […] l’ensemble des restrictions et interdictions d’usage de l’eau » étaient donc levées.

Dans le Finistère voisin, les dernières mesures de restriction d’eau furent quant à elles abrogées le 26 octobre par arrêté préfectoral, les services de l’État considérant que « la situation hydrologique sur l’ensemble du département du Finistère » s’était améliorée depuis le 17 octobre 2022, « avec des débits de cours d’eau largement supérieurs au seuil d’alerte [ayant] augmenté, ainsi qu’un début de recharge des nappes d’eau souterraine ». Un retour à la normale dans un département qui avait alterné entre alerte renforcée et crise sécheresse depuis le mois de juillet dernier.

Enfin, le département des Côtes-d’Armor a vu son alerte sécheresse levée par le préfet le 27 octobre dernier. Depuis, le département est placé en « vigilance », un niveau qui implique la levée de l’ensemble des mesures de restriction d’usage de l’eau imposées aux particuliers et aux professionnels.

Loire-Atlantique : toujours des mesures en vigueur face à la sécheresse

Enfin, en Loire-Atlantique, suite aux dernières pluies, le préfet a pris un nouvel arrêté le 16 novembre visant à alléger les restrictions d’usage de l’eau sur 10 bassins versants. Les services de la préfecture ont indiqué à cette occasion que les récentes précipitations ont permis de relever le débit de certains cours d’eau. Ainsi, la Sèvre Nantaise et la Maine passent en vigilance; la Vilaine, l’Oudon, l’Erdre amont, l’Erdre aval et la Moine passent en alerte; la Sanguèze, les côtiers Bretons et la Logne passent en alerte renforcée. Les autres bassins versants restent en crise.

Toutefois, en raison de débits des cours d’eau restant cependant encore bas pour la saison, la période d’étiage reste prolongée jusqu’au 30 novembre. L’arrêté du 16 novembre interdit donc encore le remplissage des plans d’eau entre le 1er et le 30 novembre, sur les bassins versants qui conservent des restrictions (en alerte, alerte renforcée ou crise).

Si ces restrictions s’appliquent aux eaux de surface et à leurs nappes d’accompagnement (incluant les forages et retenues d’eau connectés au cours d’eau ou à sa nappe d’accompagnement), l’eau potable n’est cependant pas concernée, dû à un débit plus important de la Loire. Par ailleurs, l’ensemble du territoire de la Loire-Atlantique reste sous surveillance.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 réponses

  1. l’espagne a vongt fois plus de retenues collinaires (et bassines) que la france; mais les écolos (qui ne savent pas reconnaitre un grain de blé d’un grain d’orge) n’en veulent pas, ils préfères l’importation de grains ogm

  2. Enfin un article sur la Bretagne (entière) qui prouve la pertinence de considérer le territoire dans sa dimension historique et naturel.
    L’Espagne est en voit de désertification et ses « vingt fois plus de bassines » ne sont pas efficaces ni pertinentes.
    Il faut agir dès maintenant pour protéger le climat et « faire revenir la pluie » en Bretagne.
    (Pour que les Parisiens s’en plaignent) ;-)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS