Kärcher® veut se démarquer de la vie politique française

A LA UNE

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

Breizh-info a-t-il été la goutte d’eau (sous pression) en trop ? Le 25 juillet, nous avons publié un billet intitulé « Darmanin rêve du kärcher de Sarkozy ». Quelques jours plus tard, la société Kärcher® lançait dans la presse française une campagne de publicité proclamant sur des pages entières : « Kärcher ne souhaite pas que son nom et sa marque soient empruntés par le discours politique ou par tout autre sujet qui désignerait autre chose que ses produits ». Avouons-le, nous n’en étions pas à notre première éclaboussure. Le Kärcher de Sarkozy s’est avéré bouché », nous disait Jean-Yves Narquin l’an dernier. Sarkozy « voulait ‘karchériser’ la banlieue, écrivions-nous un peu plus tôt à propos des gilets jaunes.

Avec 13 500 salariés et 2,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019, la société allemande Alfred Kärcher SE & Co. KG n’a sans doute pas grand chose à craindre de voir son nom introduit dans l’espace politique francophone. Elle-même nettoyée avec énergie en 1945 après avoir travaillé pour la Luftwaffe pendant la guerre, elle vend dans 72 pays une gamme de produits très large. Les nettoyeurs haute pression en sont un produit phare mais nullement exclusif.

Plus innovante que le monde politique

Ce n’est pas la première fois que Kärcher proteste contre l’introduction de son nom dans la vie politique française. Elle date de 2005. « On va nettoyer au Kärcher la cité des 4 000 » avait proclamé Nicolas Sarkozy à La Courneuve ; « on y mettra les effectifs nécessaires et le temps qu’il faudra, mais ça sera nettoyé ». L’expression a été reprise depuis lors par plusieurs personnages politiques, de Fadela Amara à Jean-Marie Le Pen. Le verbe « karchériser » connaît aussi un franc succès. Kärcher avait déjà tenté des mises au point médiatiques notamment en 2007 et 2011.

Devenir synonyme de « nettoyage efficace », pour une entreprise qui fabrique du matériel de nettoyage, n’est-ce pas un bel hommage ? Que des leaders politiques de premier plan fassent de Kärcher un modèle d’efficacité pourrait être considéré comme de la publicité gratuite.

Malheureusement, la classe politique française n’est sûrement pas l’image de la modernité. Et c’est probablement ce qui dérange le plus Kärcher ! Cette entreprise familiale très innovante a lancé 150 nouveaux produits l’an dernier et 90 % de ses produits datent de moins de cinq ans. Parmi eux figure entre autres une gamme de solutions pour interventions d’urgence dans des zones sinistrées afin d’assurer l’approvisionnement en eau potable ou la protection contre les risques biologiques et chimiques. On comprend qu’être cantonné au nettoyage des graffitis ou, métaphoriquement, des « racailles » de banlieue, n’enthousiasme pas la société allemande.

E.F.

Illustration : extrait d’une copie d’écran du site www.kaercher.com.
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Revoir. Damien Rieu (RN) remet à sa place Eric Dupond-Moretti

Les ministres font actuellement campagne (aux frais du contribuable ?) partout en France « Contre la menace d'extrême droite...

Aux racines de l’idéologie migratoire, par Vincent Coussedière

Alors qu'une idéologie cherche à faire de l'homme non plus un animal social mais un animal migrant, il est...

Articles liés

Sécurité : le Beauvau bidon

Le Beauvau de la sécurité des ministres Darmanin et Dupond-Moretti réunissait ce jeudi forces de police et gouvernants. Après une manifestation d’ampleur il y...

Emmanuelle Ménard dépose une proposition de loi pour rétablir les peines-plancher

Emmanuelle Ménard, député de l'Hérault, vient de déposer à l'Assemblée nationale ce 19 mai 2021 une proposition de loi visant à rétablir les peines...

Carnoët (22). La chapelle St Gildas vandalisée, pas de déplacement de Gérald Darmanin

La chapelle Saint-Gildas, située à Carnoët, dans les Côtes d'Armor, au pied de La Vallée des Saints, a été vandalisée le week-end dernier. Une...

Tags sur une mosquée de Rennes. Ces drames récents pour lesquels Gérald Darmanin ne s’est pas déplacé

Le déplacement très médiatisé de Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, ce dimanche 11 avril à Rennes, a fait couler beaucoup d'encre. Il aura ainsi...