Kärcher® veut se démarquer de la vie politique française

A LA UNE

La nature comme socle. Retour sur le VIIe Colloque de l’Institut Iliade (2/2)

Après une première partie, suite et fin de la recension du VIIème colloque de l'Institut Iliade ayant eu lieu...

À la vie, à l’amour. Des mamans témoignent de la vie après le décès de leurs jeunes enfants [Interview]

Ils s'appelaient Gaspard, Siméon, Auguste. Ils étaient trois jeunes enfants, pleins de vie, qui sont décédés, des suites d'une...

Paul Conge : « Les droites radicales prospèrent sur certaines faiblesses structurelles de la France contemporaine » [Interview]

Paul Conge est journaliste à Marianne, où il couvre, entre autres, les questions judiciaires. Il vient de publier Les Grand-remplacés. Enquête sur...

Gilles-William Goldnadel : « En France , la liberté d’expression est sacrée lorsque l’outrance vient de gauche et maudite si elle vient de droite...

La loi Avia sur la « haine en ligne » est de retour par la porte détournée (et fort peu démocratique)...

Bretagne. 6 à 11% de prénoms musulmans selon les départements attribués en 2019

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Breizh-info a-t-il été la goutte d’eau (sous pression) en trop ? Le 25 juillet, nous avons publié un billet intitulé « Darmanin rêve du kärcher de Sarkozy ». Quelques jours plus tard, la société Kärcher® lançait dans la presse française une campagne de publicité proclamant sur des pages entières : « Kärcher ne souhaite pas que son nom et sa marque soient empruntés par le discours politique ou par tout autre sujet qui désignerait autre chose que ses produits ». Avouons-le, nous n’en étions pas à notre première éclaboussure. Le Kärcher de Sarkozy s’est avéré bouché », nous disait Jean-Yves Narquin l’an dernier. Sarkozy « voulait ‘karchériser’ la banlieue, écrivions-nous un peu plus tôt à propos des gilets jaunes.

Avec 13 500 salariés et 2,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019, la société allemande Alfred Kärcher SE & Co. KG n’a sans doute pas grand chose à craindre de voir son nom introduit dans l’espace politique francophone. Elle-même nettoyée avec énergie en 1945 après avoir travaillé pour la Luftwaffe pendant la guerre, elle vend dans 72 pays une gamme de produits très large. Les nettoyeurs haute pression en sont un produit phare mais nullement exclusif.

Plus innovante que le monde politique

Ce n’est pas la première fois que Kärcher proteste contre l’introduction de son nom dans la vie politique française. Elle date de 2005. « On va nettoyer au Kärcher la cité des 4 000 » avait proclamé Nicolas Sarkozy à La Courneuve ; « on y mettra les effectifs nécessaires et le temps qu’il faudra, mais ça sera nettoyé ». L’expression a été reprise depuis lors par plusieurs personnages politiques, de Fadela Amara à Jean-Marie Le Pen. Le verbe « karchériser » connaît aussi un franc succès. Kärcher avait déjà tenté des mises au point médiatiques notamment en 2007 et 2011.

Devenir synonyme de « nettoyage efficace », pour une entreprise qui fabrique du matériel de nettoyage, n’est-ce pas un bel hommage ? Que des leaders politiques de premier plan fassent de Kärcher un modèle d’efficacité pourrait être considéré comme de la publicité gratuite.

Malheureusement, la classe politique française n’est sûrement pas l’image de la modernité. Et c’est probablement ce qui dérange le plus Kärcher ! Cette entreprise familiale très innovante a lancé 150 nouveaux produits l’an dernier et 90 % de ses produits datent de moins de cinq ans. Parmi eux figure entre autres une gamme de solutions pour interventions d’urgence dans des zones sinistrées afin d’assurer l’approvisionnement en eau potable ou la protection contre les risques biologiques et chimiques. On comprend qu’être cantonné au nettoyage des graffitis ou, métaphoriquement, des « racailles » de banlieue, n’enthousiasme pas la société allemande.

E.F.

Illustration : extrait d’une copie d’écran du site www.kaercher.com.
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Finistère : les élus de l’agglomération quimpéroise capitulent face à Amazon

Une majorité des élus de l'agglomération quimpéroise a dit "oui", ce jeudi soir, au projet d'implantation de la plateforme...

Bistro Libertés. Sébastien Meurant (LR) dans l’arène face à Jean Messiha (RN)

L'invité de Bistro Libertés, Sébastien Meurant, est un dirigeant des Républicains qui se revendique de la droite de conviction....

Macron, la psychose covid

Au sommaire de ce journal : gouverner par la peur. https://www.youtube.com/watch?v=FHCuerRAQKY Avec les annonces de fermetures d’établissements restaurants et bars notamment et la menace de reconfinement,...

Urgence climatique. Des écologistes antinucléaires font volte-face en Allemagne

En voilà un article particulièrement intéressant, signé de la rédaction du journal Economie Matin. Ce dernier évoque deux figures du mouvement anti nucléaire en...

Algues vertes en Bretagne. Une nouvelle alerte « contre le déni des autorités sanitaires devant le danger de l’hydrogène sulfuré dans les sédiments sableux...

L'association Sauvegarde du Trégor, dirigée par Yves-Marie Le Lay, vient d'adresser une mise en garde à l'Agence Régionale de Santé Bretagne. Il s'agit d'une...

Autonomie médicale et système immunitaire (entretien avec Soazig Baumann)

Soazig Baumann, praticienne en médecine libre et thérapeute en soins manuels, nous présente sa conception des médecines naturelles, fondée sur l'expérience et l'idéal d'autonomie...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -