Tyrannie sanitaire (et bêtise policière ?). Gabin Formont arrêté dans le train à la demande de la SNCF parce qu’il portait mal le masque

A LA UNE

Le lobby immigrationniste en France, minoritaire numériquement, puissant en influence

L’occupation le 23 novembre de la place de la République à Paris par des migrants et la « mise à...

Julien Langella : « Politiquement, le Pape François devrait se taire » [Interview]

Les sorties politiques du Pape François se multiplient, et feraient presque parfois passer Jean-Luc Mélenchon pour un réactionnaire. Prônant...

Adrian Gilles (Boisson Divine) : « Une langue qui est parlée ne meurt pas » [interview]

Boisson Divine, à écouter sans modération ! Depuis 2005, ce groupe de musique du sud-ouest fait la fierté de la...

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Gabin Formont, créateur du média Vécu, le journal des Gilets jaunes, est arrêté avec violence devant sa famille au prétexte qu’il ne portait pas bien son masque. La police, incapable de sécuriser les trains habituellement, ne se gène pas là pour obéir aux ordres de la SNCF….

L’affaire est racontée par le quotidien LaMontagne

« Ce samedi 8 août à 13 h 35, les policiers du commissariat de Brive ont été appelés par la SNCF parce qu’un couple avec une petite fille de 8 ans refusait de porter le masque dans un train en gare de Brive. Ils ont été descendus du train pour un contrôle par les policiers. L’homme âgé d’une trentaine d’années s’est rebellé. Il a donc été placé en garde à vue pour l’audition. Sa compagne a été auditionnée et laissée libre. Il s’agit d’un Gilet jaune, créateur du média Facebook Vécu. Après un appel sur les réseaux sociaux un groupe de 16 Gilets jaunes s’est réuni devant le commissariat pour le soutenir. » 

« Ils avaient des masques. Ils voulaient juste manger… La SNCF vend de la nourriture dans ces wagons », explique un proche du journaliste. Las,  à 13h35, en gare de Brive, la police attendait les voyageurs, priés de descendre du train. La page Facebook Vécu montre une vidéo, intitulée « SNCF, Gabin et Noémie harcelés« .

Gabin Formont a été mis en examen pour « outrage ». Il est convoqué au tribunal, à Brive-la-Gaillarde, le 29 septembre.

Voici le texte de la pétition diffusée depuis :

Nous sommes un couple de Français choqué et maltraité devant Lola, 11 ans, la fille de ma compagne avec qui nous revenions d’une semaine de vacances dans ma famille. 

Le samedi 8 Août 2020, peu avant 13h dans un train reliant la Souterraine en Creuse et Toulouse Matabiau, nous avons été confronté à un problème qui est celui de nombreuses personnes depuis peu. Le dictat du port du masque contre la Covid-19… 

En effet après le passage d’un contrôleur qui m’a demandé de mieux ajuster mon masque sur mon nez, le fait que nous nous défendions (nous étions en train de manger) et que nous argumentions ne lui a pas plus malgré les arguments liés à la santé. (Pneumothorax droit complet dans le passé par exemple).

Dénonciation à la police en gare de Brive-La-Gaillarde, obligés de sortir du train sous 40° escortés par trois policiers qui une fois dehors me sautent dessus pour m’interpeller devant femme et enfant. Prise par-derrière, rapide clé d’étranglement, plaquage ventral, menottes… La scène a été en partie filmée par nos soins  et a été vue plus de deux millions de fois sur les réseaux sociaux. Résultat médical 5 jours d’ITT pour moi. Voici la vidéo complète : https://www.facebook.com/Vecu.lemedia/videos/737440943755690/

Dans un contexte où le port du masque était interdit ou fortement déconseillé au plus fort de l’épidémie, nous nous sentons trompés et harcelés aujourd’hui, alors que l’épidémie est à l’arrêt et que nous sommes en période de canicule, nous sommes harcelés par les entreprises privées notamment comme la SNCF sur ce masque et même quand on veut manger. 

On suivit la scène, 24  heures de garde à vue très difficiles comme toute garde à vue et les trois policiers ont porté plainte contre ma compagne et moi pour outrage et rébellion. Qui voudrait vivre à genoux et étouffer sous son masque ? Nous jamais…

Si vous nous comprenez, sachez que nous allons nous aussi lancer des procédures contre la SNCF, le contrôleur et les policiers. Et c’est déjà en cours.

Nous lançons cette pétition pour fédérer les Français qui réfléchissent autour de notre cause afin de faire poids et demander réparation et surtout pour la jeune Lola qui a été très choquée et surtout très en colère par le traitement que nous avons reçu. Elle a été entendue par l’OPJ pour dénoncer l’absurdité des faits qui nous sont reprochés. Aujourd’hui elle va beaucoup mieux mais reste très en colère du traitement que nous avons subit tous les trois.

Nous lançons un appel à témoignage similaire  dans la vie du quotidien ou dans les transports, envoyez-nous votre vécu à l’adresse [email protected] nous savons que c’est le problème de beaucoup de personnes qui n’ont pas forcément la chance de pouvoir s’exprimer alors venez le faire avec nous sur cette pétition. Partagez la pétition partout svp.

Vous pouvez également nous soutenir financièrement pour les procédures à venir par ici : https://veculemedia.fr/financement-participatif/

Gabin, Noémie et Lola. 

Voici sa dernière vidéo :


Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

« Je connais pas mal de femmes qui en ont assez des féministes hystériques ». Un auditeur interpelle Rokhaya Diallo

« Je connais pas mal de femmes qui en ont assez des féministes hystériques ». Un auditeur interpelle Rokhaya...

La parole est à la police ! Avec Cyril Hemardinquer

Secrétaire national du syndicat de police FPIP, Cyril Hemardinquer a servi dans la police judiciaire. Il revient sur l'affaire...

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.