Des milices libyennes et mercenaires syriens s’affrontent à Tripoli pour de l’argent

A LA UNE

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

Régionales 2021. Avec un score prévu de 66%, l’abstention triomphe et signe l’échec de la Vème République

Les résultats du premier tour des élections régionales et départementales seront publiés à partir de 20 h, ce dimanche 20 juin 2021. Mais déjà,...

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Une série de manifestations antigouvernementales à grande échelle et des affrontements locaux à la capitale libyenne de Tripoli démontrent d’énormes problèmes du Gouvernement d’accord national (GNA) dirigé par le premier ministre Fayez Sarraj.

Dans le même temps, la dépendance du gouvernement de Sarraj face aux mercenaires syriens combattant à ses côtés ne fait que contribuer à alimenter le feu. La récente confrontation armée entre les milices affiliées au GNA et des mercenaires syriens qui a éclaté dans la région d’al-Daribi de Tripoli le 31 août a donné un exemple clair de ressentiment croissant parmi les Libyens.

De plus, une puissante explosion s’est produite le même jour dans le camp de Yarmouk située au sud de la capitale libyenne et contrôlé par le GNA. À la suite de l’explosion, 81 personnes ont été tuées et plus de 50 autres ont été blessées. Cet événement a reçu une couverture considérable dans les médias régionaux. Cependant, les explications préalables aux combats qui ont suivi dans les rues de Tripoli n’ont pas été mentionnées. Alors, quelle était la raison d’un tel effusion de sang ?

Ce n’est pas un secret, depuis le tout début la plupart des forces de sécurité sous le contrôle du GNA, en particulier les groupes armés locaux, ont perçu négativement l’émergence de mercenaires syriens dans leur pays. Le fait que les Syriens reçoivent des salaires bien supérieurs à ceux des groupes armés locaux a encore accru le mécontentement des combattants libyens. Selon la presse régionale, les Syriens reçoivent plusieurs milliers de dollars par mois.

Des sources locales suggèrent que l’explosion massive dans le camp de Yarmouk, qui a fait un grand nombre de morts, était la conséquence d’un affrontement entre des combattants syriens et libyens le 31 août. D’après eux, il y a eu une détonation d’un véhicule chargé de munitions après que les troupes liés au GNA ont tiré une roquette RPG avec précision sur les Syriens, provoquant une puissante explosion.

Selon les analystes de la Jamestown Foundation, un centre de recherche américain, l’escalade des tensions entre les mercenaires syriens et les milices locales est enracinée dans la stratégie de la Turquie et du GNA dans le conflit libyen. Ankara et Tripoli préfèrent les mercenaires syriens aux groupes armés locaux. Cette condition découle du fait que les supplétifs syriens de la Turquie ne sont intéressés qu’à gagner de l’argent. On ne peut pas en dire autant des groupes armés libyens, qui, outre des avantages financiers, cherchent des moyens de renforcer leur position et d’étendre leur influence sur les autorités locales.

Il est difficile de savoir s’il y aura une attaque de représailles de la part de mercenaires syriens, mais il est clair que la Turquie et le GNA doivent changer de priorités pour garder la situation sous contrôle.

Alaeddin Saleh

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Face aux rodéos urbains, la mairie socialiste de Vaulx-en-Velin propose… une activité motocross aux « jeunes » [Vidéo]

La municipalité socialiste de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, a décidé de proposer une activité « motocross »,...

« Violences policières ». 25 morts en 2020 dont au moins 10 d’origine musulmane

Ils s'appelaient Romain, Toufik ou Olivio. Ils étaient fêtards, camionneurs, cambrioleurs ou terroristes. Tous étaient de sexe masculin, relativement...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Syrie/Irak 2 ans après Daesh : Quelle est la situation des chrétiens ?

Que deviennent la Syrie et l’Irak deux ans après la chute de l’État islamique ? Entre les crises humanitaire et économique de ces pays,...

Siria : an Iran a glask astenn he levezon dre he yezh

Klask a ra Teheran astenn he levezon e biz Bro-Siria. « Kreizennoù Sevenadurel Iranian » a zo bet savet e kêrioù zo da skouer ma glask...

Islamisme. De la Bretagne à la Syrie, portrait d’une convertie (rediff)

Islamisme. De la Bretagne à la Syrie, portrait d'une convertie (rediffusion d'une émission réalisée par Olivier Barruel il y a quelques années) https://www.youtube.com/watch?v=S85pPlsGGNQ Crédit photo :...

Ex-Otage en Irak, engagé au service des Chrétiens d’Orient en Syrie, Alexandre Goodary témoigne

Guerrier de la paix. Tel est le nom du livre (Editions du Rocher) témoignage, poignant, d'Alexandre Goodarzy, humanitaire chrétien engagé pendant plusieurs années au...