Les conseils des Sauveteurs en Mer pour profiter des grandes marées en toute sécurité

A LA UNE

Du jeudi 17 au lundi 21 septembre, des coefficients de marée importants sont prévus sur les côtes bretonnes. Jusqu’à 113 samedi à Saint-Malo. Les grandes marées attirent chaque année de nombreux promeneurs, pêcheurs à pied et autres photographes qui, faute d’informations, se mettent parfois en danger sans s’en rendre compte. La préfecture appelle à la prudence

À ce titre, les sauveteurs en mer ont réalisé l’an passé près de 100 interventions pour retrouver et récupérer des personnes isolées par les marées. Pour que ce moment sur l’estran se déroule en toute sécurité, les Sauveteurs en Mer partagent leurs recommandations.

Se renseigner sur les conditions avant de partir

Les grandes marées ont des horaires et des coefficients variables selon les années, les jours et les endroits. La mer monte parfois très vite et de manière irrégulière sur la plage, il faut donc être vigilant et penser à se renseigner avant de partir à la pêche à pied notamment.

  • Les heures de marées, hautes et basses (indiquées dans les postes de secours, les capitaineries des ports ou sur le web),
  • Le coefficient (100 ou plus = danger),
  • Le marnage (différence de hauteur entre basse et haute mer),
  • Les dangers locaux (banc de sable devenant un ilot isolé à marée haute, sables mouvants, etc.),
  • Les conditions météorologiques (les vents d’ouest renforcent la dangerosité).

S’équiper correctement et disposer d’un moyen de prévenir ses proches ou les secours en cas d’imprévu

Il est important de partir avec un moyen de communication pour pouvoir prévenir les secours en mer en cas d’imprévu ou de danger : le 196 par téléphone ou le canal 16 d’une VHF.

  • Disposer d’une montre, ou de tout autre moyen pour rester attentif à l’heure permet également de ne pas se laisser surprendre par la marée.
  • Enfin, il ne faut pas sous-estimer la météo et selon les lieux, il faut prévoir un coupe-vent pour ne pas se refroidir ou inversement chapeau et crème solaire.

Focus sur DIAL, le bracelet d’alerte et de localisation de la SNSM

La SNSM a mis au point ce dispositif permettant d’être localisé en permanence, d’alerter facilement en cas de difficulté et de réduire significativement les temps de recherche sur l’estran ou en mer.

En vente sur la boutique en ligne de la SNSM : https://laboutique.snsm.org, dans les boutiques spécialisées ou dans les magasins Décathlon.

Pendant la pêche à pied à marée basse

  • La mer remonte très vite : regarder autour de soi, prendre des repères.
  • La montée des eaux peut venir de tous côtés, même du côté de la plage (et pas seulement du large), contourner et isoler un promeneur. De forts courants peuvent se créer et emporter un individu.
  • Garder en tête que, pour un marnage de 10 mètres à mi-marée, l’eau monte de 5 mètres en 2 heures, soit 1 mètre en 24 minutes.
  • À l’heure de la basse mer, il est temps de remonter. La présence d’autres personnes autour de soi n’implique pas l’absence de danger.
  • Anticiper le temps nécessaire pour revenir sur la plage et garder en tête que le temps de retour est toujours plus long que le temps de l’aller (vase, poids de la pêche, fatigue).

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Reportage au 7e Forum de la Dissidence de Polémia

« La majorité c’est vous, les extrémistes ce sont eux. Immigration, islamisation, laxisme judiciaire, partialité médiatique, comme vous 60%...

USA. Un juge américain porte un coup d’arrêt à l’obligation vaccinale des soignants dans plusieurs Etats

Aux #EtatsUnis, #JoeBiden essuie un nouveau revers dans sa volonté d’imposer la #vaccination à des millions d’Américains. Un juge...

Articles liés