Les conseils des Sauveteurs en Mer pour profiter des grandes marées en toute sécurité

A LA UNE

Nantes. Le MIN, un marché magnifique, mais couteux et plein de malfaçons ?

Nouveau ventre de Nantes achevé dans la précipitation avant les municipales pour accueillir ses 100 entreprises et 800 salariés,...

Michel Maffesoli : « Le transhumanisme est l’aboutissement de la paranoïa moderne » [Interview]

Au dernier colloque de l’Institut Iliade, en date du 19 septembre 2020, dont le thème était « La nature comme...

Enquête : ces Tchétchènes déjà arrêtés pour terrorisme

Après la décapitation du professeur d’histoire de Conflans, Samuel Paty, par un jeune Tchétchène radicalisé d’Evreux, Abdullakh Anzorov, le...

État d’urgence sanitaire. Que dit le projet de loi présenté en conseil des ministres ce matin ?

Après avoir laissé planer un couvre-feu à 19h dans les grandes villes, ou généralisé à tout le territoire, dans...

Document : le texte de la décision qui a accordé le droit d’asile à la famille du terroriste islamiste

D’abord déboutée de l’asile à cause d’un « récit stéréotypé » par l’Office français pour la protection des réfugiés...

Du jeudi 17 au lundi 21 septembre, des coefficients de marée importants sont prévus sur les côtes bretonnes. Jusqu’à 113 samedi à Saint-Malo. Les grandes marées attirent chaque année de nombreux promeneurs, pêcheurs à pied et autres photographes qui, faute d’informations, se mettent parfois en danger sans s’en rendre compte. La préfecture appelle à la prudence

À ce titre, les sauveteurs en mer ont réalisé l’an passé près de 100 interventions pour retrouver et récupérer des personnes isolées par les marées. Pour que ce moment sur l’estran se déroule en toute sécurité, les Sauveteurs en Mer partagent leurs recommandations.

Se renseigner sur les conditions avant de partir

Les grandes marées ont des horaires et des coefficients variables selon les années, les jours et les endroits. La mer monte parfois très vite et de manière irrégulière sur la plage, il faut donc être vigilant et penser à se renseigner avant de partir à la pêche à pied notamment.

  • Les heures de marées, hautes et basses (indiquées dans les postes de secours, les capitaineries des ports ou sur le web),
  • Le coefficient (100 ou plus = danger),
  • Le marnage (différence de hauteur entre basse et haute mer),
  • Les dangers locaux (banc de sable devenant un ilot isolé à marée haute, sables mouvants, etc.),
  • Les conditions météorologiques (les vents d’ouest renforcent la dangerosité).

S’équiper correctement et disposer d’un moyen de prévenir ses proches ou les secours en cas d’imprévu

Il est important de partir avec un moyen de communication pour pouvoir prévenir les secours en mer en cas d’imprévu ou de danger : le 196 par téléphone ou le canal 16 d’une VHF.

  • Disposer d’une montre, ou de tout autre moyen pour rester attentif à l’heure permet également de ne pas se laisser surprendre par la marée.
  • Enfin, il ne faut pas sous-estimer la météo et selon les lieux, il faut prévoir un coupe-vent pour ne pas se refroidir ou inversement chapeau et crème solaire.

Focus sur DIAL, le bracelet d’alerte et de localisation de la SNSM

La SNSM a mis au point ce dispositif permettant d’être localisé en permanence, d’alerter facilement en cas de difficulté et de réduire significativement les temps de recherche sur l’estran ou en mer.

En vente sur la boutique en ligne de la SNSM : https://laboutique.snsm.org, dans les boutiques spécialisées ou dans les magasins Décathlon.

Pendant la pêche à pied à marée basse

  • La mer remonte très vite : regarder autour de soi, prendre des repères.
  • La montée des eaux peut venir de tous côtés, même du côté de la plage (et pas seulement du large), contourner et isoler un promeneur. De forts courants peuvent se créer et emporter un individu.
  • Garder en tête que, pour un marnage de 10 mètres à mi-marée, l’eau monte de 5 mètres en 2 heures, soit 1 mètre en 24 minutes.
  • À l’heure de la basse mer, il est temps de remonter. La présence d’autres personnes autour de soi n’implique pas l’absence de danger.
  • Anticiper le temps nécessaire pour revenir sur la plage et garder en tête que le temps de retour est toujours plus long que le temps de l’aller (vase, poids de la pêche, fatigue).

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

Les derniers articles

Pontmain (53) : pèlerinage et messe dominicaine traditionnelle ce 25 octobre

Les dominicains de Cheméré le Roi célèbrent ce 25 octobre une messe traditionnelle, en rite dominicain, à la basilique...

Douarnenez. Un migrant africain suspecté d’avoir drogué et agressé sexuellement sa logeuse

Un migrant africain est soupçonné d'avoir drogué puis agressé sexuellement au mois de septembre dernier une femme qui l'hébergeait...

Réunification de la Bretagne : Christelle Morançais bientôt au chômage ?

La question de la réunification de la Bretagne est plus que jamais sur le tapis. C’est la conséquence directe des récentes élections municipales. On...

Le vent tourne en Amérique latine : Les élections boliviennes et le plébiscite chilien

Deux événements, l’un en cours, les élections en Bolivie, l’autre imminent, le plébiscite chilien, nous permettent de penser que des changements importants sont attendus...

États-Unis. Les Blancs minoritaires en 2026 : défaite assurée pour les républicains à moyen terme ?

L'avenir politique des États-Unis est étroitement liée à la question démographique. Certaines prévisions indiquent que les Blancs seront minoritaires dans le pays à partir...

Rennes. Trois clandestins en instance d’expulsion dégradent, incendient et outragent au CRA

Trois clandestins en instance d’expulsion, âgés de 18 à 29 ans et détenus actuellement au centre de rétention administrative (CRA) de Rennes – Saint-Jacques...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -