Tour de France 2020. La 18ème étape pour Michal Kwiatkowski (Ineos)

A LA UNE

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Immigration et invasion de l’Europe. Pour Jean-Yves Le Gallou, « Tous les pays européens ont été victimes d’un coup d’Etat, des médias et des...

Jean-Yves Le Gallou, président de la fondation Polémia, enchaine les livres majeurs, avec la sortie de « L'invasion de...

Michal Kwiatkowski et Richard Carapaz ont sauvé le Tour de France 2020 de l’équipe Inéos après leur chevauchée du 17 septembre, à l’occasion de la 18ème étape du Tour de France. L’étape pour le premier, le maillot à pois de meilleur grimpeur pour le second, qui brille depuis trois étapes dans les Alpes, et voici le fiasco Bernal presque effacé.

Les deux hommes sont arrivés main dans la main sur la ligne, après avoir largué Bilbao dans la dernière ascension.

Primoz Roglic reste en jaune tandis que Rigoberto Uran et Adam Yates ont perdu du temps, dans une course qui a été intéressante à l’avant, au niveau du gros groupe d’échappés. Pas à l’arrière, où les « favoris » n’ont pas fait grand chose, hormis quelques attaques stériles dans le plateau des glières. Il faudrait vraiment que l’organisation pense à donner des gros bonus aux échappés, ça obligerait peut être les leaders à se remuer un peu plus, et les équipes à changer leurs stratégies de course attentistes.

On notera également la chute dans une descente du malheureux et courageux Marc Hirschi (Sunweb) qui était dans le groupe de tête, et qui terminera 4ème derrière Pello Bilbao (Bahrain-McLaren).

À deux jours du contre-la-montre décisif de La Planche des Belles Filles, Primoz Roglic conserve 57 secondes d’avance sur Tadej Pogacar et 1’26 » sur Miguel Angel Lopez, vainqueur mercredi à la Loze. Richie Porte (4e, à 3’06 ») et Mikel Landa (5e, à 3’27 ») qui a effectué un petit rapproché grâce à une attaque en fin de course.

Ce vendredi, on va se reposer dans le peloton avec 166,5 km qui sont à avaler dans l’Ain puis dans le Jura, sur un parcours vallonné mais sans difficulté majeure. Une étape Bourg-en-Bresse – Champagnole qui devrait sourire aux sprinteurs, et particulièrement à Ewan ou à Benett, le maillot vert.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

75 ans et relogée car un squatteur vit chez elle

En 2018, Martine Garofalo décide de partir vivre en Guyane. Elle installe alors deux locataires dans sa maison de...

Bretagne. Élections régionales : un second tour de piste pour Marc Le Fur (LR)

La partie n’est pas facile pour la droite en Bretagne. Pourtant Marc Le Fur (LR) se verrait bien diriger...