Loi sur le séparatisme et dictature idéologique. Emmanuel Macron veut interdire l’instruction à domicile et augmenter l’enseignement de l’arabe à l’école

A LA UNE

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et...

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

De même que les attentats islamistes en Europe et dans le monde ont entrainé l’instauration de lois liberticides et sécuritaires sans précédent dans nos pays, le « séparatisme islamiste » dénoncé par le président de la République, Emmanuel Macron, aura des conséquences pour l’intégralité des citoyens. Ainsi ce dernier, en déplacement aux Mureaux (Yvelines), ce vendredi matin, s’est servi du prétexte de lutter contre l’islam politique et l’islam radical (sans jamais remettre en question la politique d’immigration, à la source de ces maux) pour annoncer sa volonté d’interdire l’école à la maison, dès la rentrée 2021.

Le projet de loi, encore en cours de rédaction et de finalisation devrait arriver début décembre en Conseil des ministres, puis en janvier à l’Assemblée nationale. Le débat au Parlement est prévu pour le premier semestre 2021.

Au sujet de l’école, Emmanuel Macron indique que l’instruction scolaire à domicile sera « strictement limitée » à des impératifs de santé. Cela concerne 50.000 élèves, soit 0,5 % du total. Il estime pourtant que cette possibilité est trop détournée par certaines familles qui ne voudraient pas voir leurs enfants aller dans des écoles mixtes. Aussi l’instruction sera obligatoire dès 3 ans. « Les écoles hors contrat feront l’objet d’un contrôle renforcé. »

Dans ce projet de loi, ne vous attendez pas à voir une restriction totale de l’immigration en provenance des pays musulmans. Les auteurs du texte prévoient notamment d’interdire les lieux de prières improvisés dans les entreprises de transports ou les aéroports. Les contrôles seront renforcés concernant les associations tout comme les écoles hors contrats, que l’Etat semble vouloir liquider derrière ce projet de loi tout comme le soutien scolaire et la scolarisation à domicile qui seraient des lieux d’endoctrinement selon le Président de la République.

Au nom de quelques cas isolés, ce sont donc toutes les initiatives ne rentrant pas dans les clous de la religion républicaine qui vont être balayées par l’Etat, ce qui donne l’apparence d’une dictature idéologique qui ne dit pas son nom.

Le projet de loi contient également des annonces sur « la lutte contre la polygamie », contre « les certificats de virginité », ou sur « la réserve héréditaire » (femme musulmane dépossédée de son héritage).

En compensation de cette répression prétendue visant les Islamistes, Emmanuel Macron leur offre un joli cadeau : il annonce en effet l’augmentation de l’enseignement de la langue arabe à l’école ou dans des établissements périscolaires sous la tutelle de l’Etat. Un Etat qui s’agenouille : « Nous soutiendrons à hauteur de 10 millions d’euros les initiatives qui seront prises par la Fondation pour l’islam de France en matière de culture, d’histoire et de sciences“, a annoncé le chef de l’Etat. “Je pense en particulier au développement des d’études islamiques de haut niveau à l’université. J’ai décidé que nous allons créer un institut scientifique d’islamologie. Nous créerons des postes supplémentaires dans l’enseignement supérieur pour continuer le travail en matière de recherche sur la civilisation musulmane, mais aussi sur le bassin méditerranéen et l’Afrique »

Avant d’en dire plus, attendons d’avoir les détails en intégralité du projet de loi. Il sera ensuite nécessaire aux citoyens de faire pression sur leurs députés si ils veulent éviter qu’une fois de plus, au nom du refus des élites de traiter la question islamiste à la source (en stoppant l’immigration et en expulsant ceux qui n’ont rien à faire sur le territoire français, y compris avec des déchéances de nationalité) , un arsenal législatif liberticide, un de plus.

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cybersécurité. Quelles menaces pour les réseaux de distribution électrique ?

Les cyberattaques menacent aussi les réseaux de distribution électrique et les entreprises stratégiques du secteur de l'énergie. Avec de...

Ecosse. Après leur victoire aux élections, les nationalistes demandent un référendum sur l’indépendance

Lors des élections de la semaine dernière en Ecosse, le Scottish National Party (SNP) rate de peu la majorité...

4 Commentaires

  1. Lneducation nationale est en decrepitude . Forcer les enfants à y aller au nom du Dieu republique pour lutter contre les amis de kouachi reste une farce politique .

  2. « …et augmenter l’enseignement de l’arabe à l’école. » : quelle originalité ! ça ne vous rappelle rien ? (Hakim El Karoui, Un islam français est possible, Institut Montaigne, septembre 2016).

  3. Il est complètement malade ce type! Le fait de scolariser son enfant à la maison n’a rien à voir avec du séparatisme ; le soutien scolaire non plus! Je donne des cours à domicile depuis des années, et je n’ai jamais endoctriné aucun de mes élèves dans une quelconque secte ou je ne sais quoi! Je suis payé par les familles pour aider mes élèves et mes étudiants à apprendre leur leçons, à préparer leurs exercices, leurs examens et contrôles! Tout se fait dans un stricte respect des programmes et c’est une continuité de ce qu’ils apprennent dans leurs établissements. Qu’il aille plutôt voir du côté des cours dispensés par les profs de l’éducation nationale : à ce niveau-là, je suis désolé de le dire, mais il y a carence à de nombreux niveaux que des gens comme moi s’efforcent de compenser pour aider les élèves et étudiants.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Jean-Marc Ayrault peine à faire valoir le thème de l’esclavage

En confiant les clés de Nantes à Johanna Rolland en 2014, Jean-Marc Ayrault imaginait-il qu’il allait si vite devenir un has been ? Débarqué de...

Instruction en famille : le régime d’autorisation, véritable parcours du combattant, doit absolument être écarté

Bernard RINEAU, Avocat associé et Hubert VEAUVY, Avocat en droit public, nous adressent un texte au sujet de l'instruction en famille, dont le sort...

Covid : le virus de la dictature

A la Une de cette édition, la démocratie française n’a pas la cote ! Le classement du journal britannique The Economist fait état d’une...

Les « Gaulois réfractaires » ont-ils renoncé à lutter contre Macron ?

Par Michel Geoffroy, auteur de La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre des mondes ♦ Il est courant, dans les allées...